Attaquer sur circuit en Porsche 911 avec un coffre de toit

Attaquer sur circuit en Porsche 911 avec un coffre de toit

Pour terminer la journée, je vous propose une vidéo insolite d’une très vieille Porsche à l’attaque sur le Nürburgring. Son propriétaire, qui était visiblement en voyage, n’a même pas pris la peine de retirer son « coffre de toit » !…

Un amateur d’anciennes voyageur… et sportif !

La Porsche 911 (901) est la première génération de la célèbre lignée de sportives du constructeur allemand. Produite à partir de 1964 jusqu’en 1973, elle est équipée d’un six-cylindres à plat d’une cylindrée de 2,0 l développant lors de sa sortie 130 ch. Ce bloc refroidi par air émet une sonorité spécifique que l’on pourrait qualifier de rageuse qui a contribué à son succès (plus de 89 000 unités produites).

Voici un voyageur amateur de circuit en ancienne très pressé !

Voici un voyageur amateur de circuit en ancienne très pressé !

Cette auto a aussi la réputation d’être délicate à piloter, car le moteur est placé en porte-à-faux arrière. Il peut donc rapidement déséquilibrer la voiture et lui faire réaliser un tête-à-queue (pour y remédier, la proue est même lestée sur certains modèles). Une difficulté qui ne semble pas déranger le conducteur filmé par Rallyeoberehe. On peut voir la 911 filer à toute allure et glisser généreusement sur le Nürburgring, le tout avec un chargement important fixé au toit. De quoi dégrader le centre de gravité…

A titre d’information, la cote de ce modèle débute à 50 000 € pour dépasser allègrement les 100 000 € !…

> Lire aussi : Les rencontres les plus insolites au Nürburgring

Crédit image : YouTube

L’Audi SQ7 tel qu’attendu à Francfort

L’Audi SQ7 tel qu’attendu à Francfort

Dévoilé à la fin de l’année dernière, l’Audi Q7 (lire : A la découverte du nouvel Audi Q7) est déjà disponible avec une large palette de motorisations. Pour cette deuxième génération, le grand SUV aux Anneaux va même être proposé dans une version musclée SQ7 dont Abcmoteur vous livre les premières informations, ainsi qu’une illustration probablement très proche de la réalité…

L’imposant Q7 se met au sport

Le dernier Q7 n’a pas encore atteint ses un an. Pourtant, il sera bientôt en mesure de proposer une palette de motorisations variées. En plus des V6 essence et diesel, développant respectivement 333 et 272 ch, et d’une version hybride rechargeable de 373 ch baptisée e-tron associée au V6 TDI, le constructeur allemand devrait révéler en fin d’année une déclinaison sportive. Le SQ7 est attendu d’ici peu, soit au salon de Francfort qui se tiendra du 17 au 27 septembre prochain.

L'Audi Q7 va prochainement muscler son jeu avec une version SQ7. Est-ce un simple frimeur ou un vrai SUV sportif ?

L’Audi Q7 va prochainement muscler son jeu avec une version SQ7. Est-ce un simple frimeur ou un vrai SUV sportif ?

Déjà surpris par notre photographe espion, l’imposant SUV de plus de 5 mètres a vu une partie de sa fiche technique apparaître sur le web grâce à Autoblog. On peut voir sur la photo que le premier Q7 associé à la lettre « S » sera doté d’un V8 4,0 l TDI affichant 435 ch et un couple estimé à 900 Nm. De quoi supplanter le V8 4,2 l TDI de 385 ch et 850 Nm de l’A8.

Audi SQ7 fiche technique

Les performances de cet engin de plus de 2 tonnes seraient impressionnantes. Le 0 à 100 km/h serait abattu en 5,5 s à l’aide de la boîte automatique tiptronic envoyant la puissance aux quatre roues motrices qui seront sans doute également directrices. La vitesse maximale se situera aux alentours des 300 km/h en mettant de côté la bride électronique habituelle fixée à 250 km/h.

L’Audi SQ7 devrait arriver chez les concessionnaires en 2016 à un tarif présumé de 80 000 €. On espère chez Abcmoteur qu’une variante carburant à l’essence sera également proposée par la suite ! Toujours est-il que le BMW X5 M peut dormir sur ses deux oreilles avec ses 575  ch !…

A suivre d’ici la rentrée. En attendant, voici un prototype du bestiau à l’essai sur le Nürburgring qui aura besoin de passer en carrosserie !…

Le marché automobile français toujours dans le vert (pâle)

Le marché automobile français toujours dans le vert (pâle)

Le bout du tunnel est-il enfin loin derrière nous ? Depuis le début de l’année, les bilans mensuels positifs s’enchaînent… et juillet ne déroge pas à la règle. Voilà qui est une bonne nouvelle pour les constructeurs, même si la hausse du mois qui vient de s’achever est limitée : + 2,3 %. Le plus dur semble donc passé mais une rechute n’est pas inenvisageable.

Peugeot rit, Renault pleure

Au total, 147.132 voitures particulières neuves ont été immatriculées en juillet. Ombre au tableau : les constructeurs français connaissent dans l’ensemble un ralentissement (- 1,6 %). Seul Peugeot a le sourire aujourd’hui, avec une progression des ventes de 7,6 %, porté par l’arrivée de la 208 restylée.

La marque au lion tire profit de ses nouveautés... contrairement au losange.

La marque au lion tire profit de ses nouveautés… contrairement au losange.

Citroën limite la casse à – 0,4 % alors que DS est une nouvelle fois à la peine (- 6,5 %). Mais ce n’est rien à côté de Renault, qui recule de plus de 11 %. Une situation étonnante pour une firme qui enchaîne les nouveautés depuis le début de l’année (Espace, Kadjar…).

Les étrangers sont plutôt contents

La hausse générale du marché est donc due au bloc des étrangers. Mais les fortunes sont diverses. Parmi les champions de juillet, citons Fiat, qui progresse de 25,6 % (même si cela doit s’expliquer en partie par l’immatriculation des nouvelles 500 arrivées en concessions).

Toyota est également très satisfait (+ 10,7 %) tout comme Mercedes (+ 17 %). Le record de hausse est une nouvelle fois signé Jeep, qui aligne les super-performances depuis fin 2014 grâce à l’arrivée du Renegade.

Le diesel en chute

Si l’on excepte Alfa Romeo (- 20,7 % et qui attend impatiemment l’arrivée dans les showrooms de la Giulia), il n’y a pas de gros gadins. Opel et Skoda sont au ralenti, mais limitent la casse avec respectivement – 5,5 et – 6,6 %.

Depuis le début de l’année, 1.164.625 voitures ont été écoulées en France. Cela représente une hausse de 5,6 %. A noter que sur les sept premiers mois, la part du diesel est de 59 %, contre 64 % sur l’ensemble de 2014.

Le top 100 des ventes depuis janvier

Top 100 des ventes France Janvier à Juillet 2015 - 1 Top 100 des ventes France Janvier à Juillet 2015 - 2

Le bilan des constructeurs

immatriculations-voitures-particulieres-juillet-2015Evolution par rapport aux années précédentes

Evolution Marché France (Juillet 2015)

Source : CCFA. Evolutions par rapport à juillet 2014.