La Ferrari 488 ôte son toit

La Ferrari 488 ôte son toit

Oh joie, une nouveauté dévoilée en plein cœur de l’été, période traditionnellement très calme d’un point de vue « révélations ». Depuis l’officialisation de la Talisman, il ne s’est pas passé grand chose. On savoure donc cette info… même si ce n’est qu’une 488 GTB qui a perdu son toit !

458 2.0

Enfin pas totalement. Il y a toujours un toit rigide, qui est donc escamotable. Comme sur la 458 Italia, qui avait d’ailleurs créé une première dans le monde des sportives à moteur central arrière. Il n’est pas étonnant que cette architecture ait été conservée : Ferrari vante ses qualités (meilleur confort en position fermée, poids inférieur à la capote traditionnelle en toile)… et la 488 est une grosse évolution de la 458 !

Un cabriolet dévoilé l'été, c'est une bonne idée. Commercialisée en fin d'année, cela l'est moins.

Un cabriolet dévoilé l’été, c’est une bonne idée. Commercialisée en fin d’année, cela l’est moins.

Attention pas un simple restylage, même si à l’extérieur tout est inédit. La face avant intègre désormais une très large entrée d’air, avec en son centre deux piliers qui font référence à un nez de Formule 1. De profil, impossible de manquer la grande ouverture au niveau des épaules, qui deviennent ainsi plus marquées. A l’arrière, les feux ont été redessinés mais gardent une forme ronde. Les échappements ont été déplacés, avec deux sorties au lieu de trois.

100 ch de plus !

Mais le plus intéressant se trouve dans les entrailles. Sans surprise, la fiche technique est identique au coupé GTB. Le petit Spider Ferrari abandonne donc le V8 atmo 4.5 pour un V8 biturbo 3.9. La sonorité y perd, même si les ingénieurs ont tout fait pour que cela se remarque le moins possible, mais la puissance s’envole : de 570 ch, on passe à 670 ch ! Il en est de même pour le couple, qui culmine à 760 Nm à 3.000 tr/min.

Ferrari 488 Spider - 4 Ferrari 488 Spider - 6 Ferrari 488 Spider - 7

La valeur maximale du couple varie en fonction du rapport engagé (boîte double embrayage 7 rapports). Ferrari indique que le temps de décalage d’un turbo traditionnel est ici totalement gommé. Comme sur le coupé GTB, il faut 3 secondes pour passer de 0 à 100 km/h. En revanche, pour franchir la barre des 200, le Spider a besoin de 4 dixièmes de plus (8,7 secondes).

Le prix aussi décoiffera

Les évolutions esthétiques mentionnées plus haut ont un but précis : améliorer l’aérodynamique. Les techniciens de la firme ont selon les mots de Ferrari « réussi à atteindre de manière simultanée deux objectifs normalement contradictoires : une portance négative optimale et une réduction de la trainée ». A bord, un pare-vent vitré qui peut se régler selon trois positions permet de réduire les turbulences une fois que le toit est rétracté (ce qui demande 14 secondes).

Ferrari 488 Spider - 1 Ferrari 488 Spider - 2 Ferrari 488 Spider - 3

La structure du châssis associe onze alliages d’aluminium différents, le tout couplé à des matériaux nobles comme le magnésium. Résultat : la rigidité est identique au coupé. Côté aides à la conduite, il y a un contrôle de traction, un différentiel électronique ou encore le « Side Slip Angle Control », qui surveille l’angle de dérive du train arrière. Tout ceci facilite encore plus la conduite de la 488, qui sera presque à la portée de tous… niveau pilotage. Car côté finances, c’est tout autre chose avec un tarif d’environ 225.000 €.

La Renault Talisman ressemble trop aux Allemandes ?

La Renault Talisman ressemble trop aux Allemandes ?

Depuis sa présentation officielle datant du 6 juillet dernier, la Renault Talisman a globalement reçu des critiques positives. Néanmoins, son design est régulièrement l’objet de comparaisons avec les productions allemandes. Abcmoteur a donc décidé de convertir la berline du Losange en Volkswagen…

Voici la Volkswagen Talisman

Après avoir partagé avec vous la Talisman déclinée en break, puis en coupé, que diriez-vous d’une Volkswagen Talisman ? Bien que la Française ne ressemble réellement à aucune autre auto, elle s’inspire de quelques codes stylistiques propres aux constructeurs d’outre-Rhin (profil robuste, lignes statutaires, …) tels que Audi et VW. Peut-être que cette illustration vous permettra de vous en rendre compte plus facilement ?

J'en ai profité pour retirer la virgule lumineuse située sous les optiques de phare afin de donner encore davantage de crédit à cette "Volkswagen Talisman"

J’en ai profité pour retirer la virgule lumineuse située sous les optiques de phare afin de donner encore davantage de crédit à cette « Volkswagen Talisman »

Il faut avouer que le résultat est pour le moins perturbant tout en s’avérant pas déplaisant. Pourtant, les modifications opérées sur la Renault Talisman ne sont pas nombreuses. Seuls le logo et les jantes ont été remplacés. Les arches lumineuses positionnées sous les projecteurs ont été supprimées pour plus de réalisme.

Après des Clio, Captur, Espace et Kadjar dont le style plaît, Laurens van den Acker aurait-il choisi la facilité pour la Talisman ? La réponse n’est pas aussi simple, surtout que la berline s’identifie toujours facilement comme une Renault. Une des raisons de cette stratégie consistant à singer le dessin germanique est sans doute due au fait qu’il est bien difficile de se faire une place sur le segment des familiales sans adopter une allure imposante et relativement conservatrice. Un domaine où excellent Audi et Volkswagen.

La Laguna (lire notre essai de fin de carrière) dessinée sous l’ère de Partick Le Quément a grandement pâti de son apparence banale peu séduisante, il fallait donc changer. Citroën l’a fait pour sa C5. Peugeot en a fait autant pour sa 508 et même pour sa 308 qui est pourtant une berline compacte.

Il reste maintenant à voir si la Renault Talisman arrivera à faire de l’ombre à la Volkswagen Passat. N’hésitez pas réagir en commentaires !

La Mercedes Classe C Coupé sera dévoilée le…

La Mercedes Classe C Coupé sera dévoilée le…

A Francfort, les constructeurs germaniques jouent à domicile : ils sont donc obligés de mettre le paquet côté nouveautés. Dans le gigantesque hall Mercedes, on ne saura ainsi plus où donner de la tête, avec la présentation déjà programmée de la Classe A restylée (lire : Mercedes présente une Classe A restylée plus sportive), du nouveau SUV de milieu de gamme GLC (lire : Mercedes GLC : on efface tout et on recommence) et de la Classe C Coupé. Les deux premières citées ont déjà été dévoilées officiellement. La troisième le sera le 19 août. Pour nous faire patienter, Mercedes a mis en ligne plusieurs images d’un modèle camouflé.

L’AMG pour commencer !

Mais attention : Mercedes a souhaité donner un petit coup de projecteur sur une variante très spéciale de la C Coupé. Il s’agit de l’AMG 63 ! D’ailleurs, on ne sait pas encore si ce sera la seule version révélée le 19 août ou si la firme allemande détaillera également les déclinaisons plus abordables.

Comme Mercedes le dit, "quelque chose de rapide arrive" !

Comme Mercedes le dit, « quelque chose de rapide arrive » !

La 63 reprendra logiquement la même motorisation que la berline, à savoir un V8 4.0 litres. Ce bloc existe en deux versions, normale 476 ch et S 510 ch (lire : Mercedes-AMG C 63 : la M3 peut trembler). Le Coupé, que Mercedes a clairement orienté plaisir et performances, ne pourrait garder que la plus musclée. De quoi prendre une sacrée avance sur la BMW M4 (lire notre essai) et son bloc de 431 ch (mais une GTS est attendue courant 2016).

Mini S Coupé

Niveau look, à travers le camouflage, on distingue les éléments typiques des « vraies » AMG, comme la lame qui traverse la prise d’air ou la calandre à double barrette centrale. De manière plus générale, la Classe C Coupé sera une petite Classe S Coupé, avec un profil et une poupe similaire : custode pointue, feux horizontaux reliés par une baguette chromée… En clair, la photocopieuse aura encore fonctionné dans les bureaux Mercedes. Mais là, on ne va pas s’en plaindre puisque cela rendra plus « accessible » une auto très désirable (s’ils pouvaient faire de même avec la GT).

Rendez-vous donc le 19 août pour en savoir plus !

Mercedes Classe C Coupe Teaser - 3 Mercedes Classe C Coupe Teaser - 1

La Ferrari F12berlinetta va muscler son jeu

La Ferrari F12berlinetta va muscler son jeu

Au catalogue depuis 2012, la Ferrari F12berlinetta va passer à la vitesse supérieure l’année prochaine. Voici deux images volées et quelques informations déjà connues sur la supercar au Cheval cabré…

Plus de puissance et moins de poids pour l’Italienne

D’abord suspectée d’être nommée « GTO », la F12 la plus performante devrait reprendre l’appellation déjà utilisée par la 458 Italia, à savoir « Speciale ». D’après Autocar, elle serait ainsi plus puissante en voyant son V12 atmosphérique de 6,3 l passer de 740 à 770 ch et aussi plus légère grâce à une sévère cure d’amincissement s’élevant à 200 kg. Le poids total chuterait de 1 630 à 1 430 kg !

Ferrari F12 Speciale avant

De plus, la F12 Speciale recevrait un pack aérodynamique lui permettant d’être encore plus efficace en appui et à haute vitesse. Grâce à toutes ces améliorations, le 0 à 100 km/h descendrait à 3 s (- 0,1 s), mais la vitesse maximale (de 340 km/h sur la F12berlinetta) n’augmentera peut-être pas en raison de la plus forte traînée.

Ferrari F12 Speciale arriere

Pour découvrir officiellement la Ferrari F12 Speciale qui sera très probablement celle que l’on peut voir sur les deux captures d’écran du configurateur ci-dessus, il faudra patienter jusqu’au salon de Genève, en mars 2016. Des petites modifications sur la F12berlinetta, qui sera toujours vendue, pourraient avoir lieu lors du salon de Francfort, en septembre prochain.

A suivre pour celle qui sera sûrement le dernier modèle de Maranello, avec la FF, à être dotée d’un bloc atmosphérique et non hybride. Le prix de base sera sans aucun doute supérieur à 300 000 € à comparer avec les 273 000 € qui sont demandés aujourd’hui.