Porsche présente sa 911 GT3 R : une pure pistarde !

Porsche présente sa 911 GT3 R : une pure pistarde !

Avec la récente introduction de la nouvelle mouture de la GT3 RS, version de route ultime de la famille 911, Porsche s’est dit qu’il fallait aussi penser aux clients désirant posséder une voiture uniquement dédiée aux circuits. La 911 qui fait fi de tout compromis, c’est elle : la GT3 R.

Bodybuildée

Avec ses ailes généreusement élargies et son monumental aileron arrière, on se dit que la R a passé de longues heures à la salle de sport. Vous trouviez la version de route agressive ? On atteint ici un autre niveau : le pare-choc avant est encore plus près du sol, la lame prête à découper le premier obstacle venu, le pare-choc arrière exhibe de gros extracteurs d’air derrière les roues et le toit reprend le double bossage prononcé pour laisser passer les casques. On note que les trois entrées d’air du pare-choc avant de la GT3 RS laissent place à un seul radiateur frontal, qui contribue à améliorer la position du centre de gravité, dixit les ingénieurs de Zuffenhausen. Comme sur les 911 RSR engagées en championnat d’endurance.

Porsche 911 GT3 R - 1

Porsche 911 GT3 R - 2

Porsche 911 GT3 R - 3

L’intérieur peut paraître spartiate. Et pour cause : tout ce qui n’était pas nécessaire a été enlevé ! On retrouve un cockpit dans son plus simple appareil, avec des câbles apparents, toute une batterie de switchs et d’interrupteurs sur la console centrale, un petit volant en peau retournée et enfin un unique siège baquet ultra enveloppant. Si besoin était, l’arceau cage au diamètre impressionnant est là pour rappeler que vous n’irez pas chercher le pain en GT3 R.

Porsche 911 GT3 R - interieur

Légèreté

Sous le capot (arrière, c’est une 911 pardi !), la même base que dans la GT3 RS : un flat-6 de 4 litres de cylindrée. Porsche reste vague dans ses chiffres : tout juste sait-on qu’il développe plus de 500 chevaux. Mais comme toujours, la puissance brute ne signifie rien sans annoncer le poids. Ce dernier s’établit à 1 220 kilos, soit 200 de gagnés par rapport à la GT3 RS ! En cause, les multiples éléments en plastique renforcé de fibre de carbone comme l’aileron, les capots avant et arrière mais également les jantes forgées BBS ou les vitres en polycarbonate, pare-brise compris. Les changements de rapports s’effectuent quant à eux par palette au volant.

Porsche 911 GT3 R - 4

Les suspensions sont évidemment réglables dans tous les sens (hauteur, carrossage, parallélisme…) et le freinage est à la hauteur du potentiel de la bête : des étriers six-pistons viennent pincer des disques de 380 millimètres à l’avant et des étriers quatre pistons serrent des disques de 372 millimètres à l’arrière. Les disques sont en acier et non en carbone-céramique comme l’on pourrait s’y attendre, peut-être en raison du coût de ses derniers. Dernier détail technique, la marque annonce avoir porté la capacité du réservoir à 120 litres.

Avis aux écuries qui souhaiteraient acquérir une Porsche 911 GT3 R, il vous en coûtera 429 000 euros hors-taxe.  Les premières livraisons interviendront à partir de décembre 2015.

La Porsche 911 GT3 R en vidéo

L’occasion d’écouter le six-cylindres à plat !

La nouvelle Audi R8 frôle les 200 000 € en V10 Plus

La nouvelle Audi R8 frôle les 200 000 € en V10 Plus

Après la publication du tarif de la Renault Clio RS Trophy, voici celui d’une autre sportive… d’un tout autre registre : la deuxième génération de la R8. Audi a d’ailleurs trouvé une belle formule pour qualifier l’auto : « des sensations de circuit tous les jours ».

Deux V10

Pour cette nouvelle mouture, au placard le V8 (qui ne devrait même pas être proposé par la suite). La R8 cru 2015 débute sa carrière avec deux versions du V10 FSI, emprunté à la Lamborghini Huracan. Les puissances sont de 540 et 610 ch. La plus musclée, nommée Plus, atteint 330 km/h et passe de 0 à 100 km/h en 3,2 secondes. C’est l’Audi de série la plus rapide jamais commercialisée.

La nouvelle R8 vous a tapé dans l’œil ? Commencez à contacter votre banquier...

La nouvelle R8 vous a tapé dans l’œil ? Commencez à contacter votre banquier…

Les carnets de commandes seront officiellement ouverts au mois de juin. Les livraisons débuteront à la rentrée. Le tarif de base de la nouvelle R8 est fixé à 167.000 €. C’est évidemment beaucoup plus que l’ancienne qui avait en entrée de gamme un petit V8 de 430 ch, facturé 118.100 €. La précédente R8, née en 2007 et vendue à 27.000 exemplaires dans le monde, coûtait 162.100 € en version V10 525 ch et 176.800 € en V10 Plus 550 ch.

vue 3-4 arriere Nouvelle-Audi-R8-V10-Plus 2015

A peine moins chère que l’Huracan

Le prix s’envole avec la nouvelle venue de 610 ch, annoncée au tarif de 199.000 € (histoire de ne pas franchir la barre psychologique des 200.000 !). A noter que la cousine Lamborghini Huracan LP610-4 coûte seulement 4.400 € de plus ! La nouvelle Porsche 911 GT3 RS, certes à la mécanique moins imposante (flat 6 500 ch) mais ultra-efficace sur circuit est affichée à un prix légèrement inférieur à 185.000 €. Dans ces zones de tarifs, on devrait aussi trouver la nouvelle McLaren 570S, qui comme son nom l’indique développe 570 ch (et aura un bel avantage : un poids inférieur).

Il ne vous reste maintenant plus qu’à tenter votre chance aux différentes loteries !

La Ferrari 488 GTB va enlever le haut

La Ferrari 488 GTB va enlever le haut

Présentée il y a trois mois, la Ferrari 488 GTB qui vient en remplacement de la 458 Italia va bientôt connaître sa première déclinaison. Ce sera une version découvrable dont nous avons déjà les premières informations.

La Spider aussi performante que la Berlinetta

Tout d’abord, selon des médias bien informés, la 488 GTS Spider (GTB pour « Berlinetta » et GTS pour « Spider ») recevra le même moteur que sa sœur à toit fixe. Il s’agit d’un V8 biturbo aux performances impressionnantes : 670 ch à 8 000 tr/min et 760 Nm de couple à partir de 3 000 tr/min.

La Ferrari 488 GTS Spider, ici en illustration, est attendue pour le salon de Francfort au mois de septembre prochain

La Ferrari 488 GTS Spider, ici en illustration, est attendue pour le salon de Francfort au mois de septembre prochain

vue arriere Ferrari 488 GTS Spider

Comme à son habitude, la marque italienne fera en sorte que sa Spider soit quasiment aussi efficace que sa Berlinetta. Le 0 à 100 km/h devrait donc toujours tourner autour des 3 s, tandis que la vitesse maximum resterait à 330 km/h, voire légèrement moins.

Ferrari 488 Spider

La 488 GTS Spider aura un toit en dur amovible, tout comme sa devancière la 458 Spider

vue 3-4 avant Ferrari 488 Spider

profil Ferrari 488 Spider

Pour finir, il faudra compter une rallonge de 20 000 à 30 000 euros supplémentaires pour acquérir une 488 GTS Spider par rapport à une 488 GTB, soit un prix d’achat compris entre 220 000 et 230 000 euros. A noter aussi que par la suite une Ferrari 488 Scuderia plus radicale sera de la partie.

Les Ferrari 488 GTB & 488 GTS Spider en vidéo

Elles ont été surprises en cours de test à l’entrée des quartiers généraux de Ferrari, à Maranello :

Crédits images : X-Tomi Design & Theophilus

3 050 € de surcoût pour la Renault Clio RS 220 EDC Trophy

3 050 € de surcoût pour la Renault Clio RS 220 EDC Trophy

Un an après la Mégane troisième du nom, la Clio RS adopte le badge Trophy. Cette nouvelle variante plus épicée de la citadine du losange, dévoilée lors de l’ouverture du Salon de Genève, est enfin disponible à la commande. Les premiers exemplaires arriveront dans les concessions en juin.

Ce qui change par rapport à la RS

Les modifications sont surtout techniques. La puissance augmente de 10 %, passant de 200 à 220 ch. Grâce notamment à une nouvelle cartographie moteur et un turbo de taille supérieure, le couple maxi grimpe de 240 à 260 Nm et peut même atteindre pendant quelques secondes 280 Nm avec un overboost.

Attention, cette Clio est une série limitée. Mais le nombre d'exemplaires disponibles est encore inconnu !

Attention, cette Clio est une série limitée. Mais le nombre d’exemplaires disponibles est encore inconnu !

La boîte de vitesses a été améliorée pour obtenir des passages de rapport jusqu’à 30 % plus rapides. Le châssis n’est pas en reste : il est raffermi et abaissé : – 20 mm à l’avant, – 10 mm à l’arrière. Les amortisseurs ont été renforcés et la direction est promise plus directe.

D’un point de vue esthétique, les changements sont plus rares. Seules les jantes 18 pouces « Radical » font vraiment la différence. Elles sont chaussées de pneumatiques Michelin Pilot Super Sport 205/40. Un œil attentif remarquera l’inscription Trophy sur la lame dans la prise d’air. A bord, les inserts décoratifs ont un aspect carbone.

Quel est le surcoût ?

Avec un tarif de 28.900 €, la Clio RS Trophy coûte 3.050 € de plus que la RS « normale ». Une somme qui semble à première vue importante mais justifiée par les nombreuses améliorations techniques et les quelques équipements gagnés. Les sièges sport en cuir, chauffants à l’avant, sont ainsi en série. Avec 135 g de CO2 rejetés par kilomètre, la Trophy est pénalisée par un tout petit malus de 150 €. Attention précision très importante : cette auto est une série limitée… mais Renault n’indique pas le nombre d’exemplaires produits !

RENAULT CLIO IV R.S. 220 EDC TROPHY (B98 RS TROPHY) - PHASE 1

L’auto peut être commandée avec une nouvelle teinte givre nacré mat et toit noir, facturée 1.800 €. Le fameux jaune Sirius coûte 1.600 €, le Rouge Flamme 620 €. Parmi les rares autres options, il y a le R.S Monitor 2.0, un système de télémétrie embarqué qui gagne ici une fonction d’ajustement de la progressivité de la pédale d’accélérateur selon 5 modes.

Et la concurrence ?

Cette Clio RS Trophy a une cible tout désignée : la Peugeot 208 GTI by Peugeot Sport (l’ancienne série spéciale 30th qui est durablement au catalogue). La lionne a un bloc de 208 ch avec une boîte manuelle et coûte 29.200 €. Sans surprise, la nouvelle Mini John Cooper Works, plus puissante (231 ch) est plus chère encore : à partir de 31.995 €.