VW Golf : entre la GTI et la R, voici la GTI Clubsport

VW Golf : entre la GTI et la R, voici la GTI Clubsport

Impossible d’imaginer une édition du Wörthersee sans la Golf GTI ! La Volkswagen est l’élément de base de ce rendez-vous qui réunit chaque année lors du pont de l’Ascension les amateurs des sportives des marques du groupe allemand. Et VW chouchoute les visiteurs de ce festival automobile puisqu’il a pris l’habitude d’y dévoiler des autos inédites (tout comme Audi qui expose en 2015 le TT Clubsport Turbo).

La Golf GTI fêtera en 2016 ses 40 ans. Pour marquer le coup, VW devrait lancer cette Clubsport de 265 ch.

La Golf GTI fêtera en 2016 ses 40 ans. Pour marquer le coup, VW devrait lancer cette Clubsport de 265 ch.

265 ch comme la Leon Cupra

En 2013, on a ainsi découvert la Golf Design Vision GTI. En 2014, la vedette a été la Golf GTI Roadster Vision GT imaginée pour le jeu vidéo GranTurismo. En 2015, c’est encore la compacte qui est à l’honneur (sans blague ?). Mais les designers et ingénieurs de la firme germanique ont mis de l’eau dans leur vin ! La Golf spécialement imaginée pour le Wörthersee, annoncée il y a quelques jours par des teasers, est nettement plus sage d’apparence.

Nommée Clubsport, cette Golf GTI a l’air si « normale » qu’on s’attend à la retrouver en concessions. Et la probabilité que cela arrive est forte. Actuellement, la GTI (voir notre essai) développe en version de base 220 ch. Une finition Performance grimpe à 230 ch. Mais ensuite, il y a un gros trou jusqu’à la R et son bloc de 300 ch. La Clubsport pourrait combler ce vide puisqu’elle est dotée d’un moteur de 265 ch. Une puissance qui ne vous rappelle rien ? Si, bien sûr, c’est celle de la Seat Leon Cupra de base. Le cœur de la machine est ainsi un quatre cylindres 2.0 TSI. Mais la transmission intégrale reste réservée à la R. La Clubsport est une traction, aidée d’un différentiel autobloquant piloté.

Seriennahe Volkswagen Studie Golf GTI Clubsport Volkswagen Golf Gti Clubsport 2015 - 1

Boucliers, jantes et aileron inédits

Le design a aussi été revu. Moins spectaculaire que les dernières créations pour le Wörthersee, cette Golf reste intéressante sur le point esthétique avec des appendices inédits. Le bouclier avant a ainsi été redessiné, avec une prise d’air centrale élargie, complétée par des fentes latérales habillées de baguettes horizontales. La calandre héberge toujours une ligne rouge, qui se prolonge dans les optiques. A l’arrière, le becquet a été agrandi. Le bouclier intègre un petit diffuseur et deux sorties d’échappement. Les jantes sont spécifiques. Ultime détail : une bande noire avec la mention Clubsport est présente sur les flancs. L’habitacle n’a pas (encore) été montré.

La Clubsport de série pourrait être commercialisée en 2016. Une année importante pour Volkswagen, puisque ce sera celle des 40 ans de la Golf GTI ! Honnêtement, avec cette dernière info, on voit mal comment la Clubsport resterait à l’état de concept.

Volkswagen Golf Gti Clubsport 2015 - 2

Comment éviter d’user prématurément son embrayage ?

Comment éviter d’user prématurément son embrayage ?

L’embrayage d’une voiture remplit une fonction indispensable : il accouple (embraye) ou désengage (débraye) le boîte de vitesse du moteur. L’utiliser correctement est essentiel pour ne pas diminuer sa durée de vie et ainsi conduire à un coûteux remplacement par le garagiste.

Les bonnes pratiques pour ne pas fumer son embrayage

Pour vous aider à ménager votre embrayage, voici une liste de quelques astuces faciles à mettre en œuvre au quotidien. Certaines concernent les utilisateurs de boîte manuelle et la dernière s’adresse aux adeptes de boîte robotisée. Suivez le guide !

Un embrayage qui commence à coller ou qui broute ? La douloureuse n'est malheureusement plus très loin pour vous !...

Un embrayage qui commence à coller ou qui broute ? La douloureuse n’est malheureusement plus très loin pour vous !…

  • En douceur. Premier point évident, mais que l’on ne pense pas toujours à appliquer : éviter de brutaliser la commande d’embrayage. D’autres éléments y sont reliés et n’apprécient guère les chocs violents. On prendra donc la peine de débrayer et ensuite d’embrayer calmement et sans précipitation. Il faut toujours accompagner la pédale du début à la fin.
  • Débrayer à 100 %. Avant de passer un rapport, il faut absolument avoir enfoncé la pédale d’embrayage jusqu’en butée. Autrement, les mécanismes seront prématurément usés et fragilisés.
  • Ne pas garder le pied sur l’embrayage. Certains conducteurs ont pris la mauvaise habitude de se servir de la pédale d’embrayage comme d’un repose-pied. De cette façon, on agit quand même sur l’embrayage qui se dégrade et surchauffe.
  • Frein à main électrique. Le traditionnel frein à main à câble disparaît peu à peu dans nos voitures, mais son remplaçant électrique grignote l’embrayage. Pendant un court instant, il retient l’auto malgré le fait que vous appuyez sur l’accélérateur. Ce temps de réaction fait patiner l’embrayage. Pour éviter cela, il faut légèrement relever le pied gauche tout en mettant un petit coup de gaz. Les freins relâchent les roues. Vous pouvez partir.
  • Aide au démarrage en côte. Ici aussi, le petit délai entre le moment où vous accélérez et le moment où l’auto s’élance abîme l’embrayage. Pour contourner ce problème, il faut commencer par s’élancer lentement et attendre que les freins se desserrent. Puis, vous pouvez accélérer franchement.
  • Boîte de vitesses robotisée et arrêt prolongé. Bien que vous n’avez pas de pédale d’embrayage (que deux au total : le frein à gauche et l’accélérateur à droite), le système commandant la boîte robotisée utilise bien un embrayage ! Ainsi, lorsque vous êtes à l’arrêt et pas en neutre (position « N », aussi appelée « point mort »), vous restez débrayé. A la longue, cela usure les mécanismes et la butée d’embrayage, comme nous vous en parlions dans le premier point. La solution ? Passer en neutre le temps que le feu rouge passe au vert ou que l’embouteillage disparaisse.

A votre tour, n’hésitez pas à commenter ces conseils et à proposer vos propres astuces via les commentaires !

Une sonorité de folie pour cette Porsche 911 GT3 !

Une sonorité de folie pour cette Porsche 911 GT3 !

Chez Abcmoteur, on aime bien partager avec vous nos « morceaux favoris ». Par là, il faut entendre « des vidéos présentant des autos distillant une sonorité particulièrement réussie ». La Porsche 911 991 GT3 en fait partie, en particulier lorsqu’on l’équipe d’un échappement adaptable !

Une 911 GT3 qui a de la voix comme nulle autre !

Pour rappel, la Porsche 911 991 GT3 développe 475 ch (à 8 250 tr/min, régime maxi à 9 000 tr/min !) et 440 Nm de couple sur les seules roues arrière grâce à son six-cylindres à plat 3,8 l atmosphérique. Une belle débauche de puissance qui sonne de façon typique et se retrouve sur aucun autre modèle de la production automobile actuelle.

Porsche 911 991 GT3 echappement iPE Innotech RACE

D’origine le bruit d’une GT3 n’a rien de ridicule. Après modification, il en devient sublime !

Côté performances, la bête ne demande que 3,5 s pour passer les 100 km/h et elle atteint en pointe 315 km/h

L’échappement iPE Innotech RACE en action !

Un exemplaire a pu être filmé en étant équipée d’un échappement iPE Innotech RACE. Le résultat est tout simplement magnifique, tout spécialement lorsque la sportive passe devant la caméra posée en bord de route !

Crédit image : capture vidéo YouTube « Insanely LOUD Porsche 991 GT3 with iPE Innotech RACE Exhaust Sound »