Nouveau Ford Galaxy : dinosaure sur roues

Nouveau Ford Galaxy : dinosaure sur roues

On dit souvent que les modes vont et viennent… mais bon, l’adage fonctionne surtout dans le milieu vestimentaire ! En automobile, il est moins valable. Je vois mal comment les grands monospaces « traditionnels », qui ont connu leur heure de gloire dans les années 1990, pourraient faire un retour fracassant. D’ailleurs, la majorité des constructeurs pensent aussi cela, comme le prouve par exemple le non remplacement du quatuor PSA-Fiat (807, C8, Ulysse et Phedra). Même le plus célèbre d’entre eux, le Renault Espace, a revu sa formule pour ressembler davantage à un crossover.

La mode est aux crossovers. Mais Ford conserve au catalogue le Galaxy pour ceux qui aiment les familiales traditionnelles.

La mode est aux crossovers. Mais Ford souhaite conserver au catalogue le Galaxy pour ceux qui aiment les familiales traditionnelles.

Mais Ford fait de la résistance ! Après avoir lancé la deuxième génération du Galaxy en 2007, à une époque où ces engins commençaient à ne plus avoir la cote, il persévère avec un troisième opus, dévoilé aujourd’hui hors salon. Honnêtement, je pense que ce modèle ne doit son salut qu’au S-Max, le grand monospace sportif de la firme américaine, qui vient d’être renouvelé après avoir connu un joli succès. En clair, ce Galaxy est un S-Max rhabillé, ce qui ne demande pas un investissement pharaonique. Cela permet à Ford de séduire des parents aux goûts classiques… et des entreprises.

Le S-Max étant dynamique, le Galaxy reste du genre conservateur, avec une silhouette sage, très camionnette… un peu datée. Pas d’exubérance particulière. Le regard et la calandre sont partagés avec le S-Max tandis que le bouclier est inédit avec de grands antibrouillards. La surface vitrée latérale est généreuse, pour permettre aux occupants de bien voir l’extérieur. L’arrière est proche de celui du précédent modèle, avec des feux horizontaux liés à la lunette. Ford ne donne pas encore les nouvelles dimensions de l’engin.

Autodesk VRED Professional 2015 SR1-SP3 Ford Galaxy 2015 - 9 Ford Galaxy 2015 - 1

La planche de bord est également partagée avec le frère sportif. Par rapport à l’ancien, les formes sont plus élégantes, donnant l’impression d’une présentation plus haut de gamme. La partie supérieure de la console centrale intègre un grand écran tactile 10 pouces. Comme sur les autres modèles de la gamme, on commande le système à la voix grâce à la fonction SYNC. C’est loin d’être la seule technologie de ce véhicule, qui fait le plein d’aides à la conduite en tout genre.

Il y a les désormais classiques systèmes de surveillance des angles morts, d’aide au stationnement qui s’occupe du volant en créneau et en bataille, d’aide au maintien dans la file… Plus original, Ford propose un limiteur de vitesse intelligent : il scanne les panneaux de limitation de vitesse et ajuste l’accélérateur pour aider le conducteur à respecter la limite et éviter les amendes !

Ford Galaxy 2015 - 13 Ford Galaxy 2015 - 11 Ford Galaxy 2015 - 12

Voilà qui pourra être bien utile, surtout si l’auto est dotée du nouveau bloc diesel 2.0 TDCi biturbo de 210 ch, qui délivre un couple maximal de 450 Nm. Ford propose des plus abordables diesel à simple turbo de 120, 150 et 180 ch. Côté essence, le choix se fera entre le 1.5 Ecoboost 160 ch et le 2.0 Ecoboost 240 ch. La base technique est aussi commune avec le S-Max, mais des réglages sont spécifiques à ce modèle.

La direction s’adapte à l’allure : elle facilite les manœuvres en ville et améliore la précision à vitesse plus soutenue. Le Galaxy cru 2015 adopte les systèmes de contrôle de stabilité et anti-retournement, qui ajustent le couple moteur et le freinage pour améliorer la tenue de route.

interieur Ford-Galaxy-2015 coffre Ford-Galaxy-2015

Ford Galaxy 2015 - 14

Véhicule familial par excellence, le Galaxy peut embarquer sept personnes. Ford annonce une habitabilité en légère hausse pour les occupants des 2ème et 3ème rangs. Les sièges se replient dans le plancher grâce à des boutons placés dans le coffre, comme sur le nouvel Espace. Le hayon peut s’ouvrir avec le fameux coup de pied sous le bouclier. Ford ne communique pour l’instant aucun volume de chargement.

Kia Optima : priorité aux USA

Kia Optima : priorité aux USA

Un mois après le concept annonciateur Sportspace, voici la version de série de la nouvelle Optima. Sans surprise, la firme coréenne a choisi un salon américain pour la dévoiler en première mondiale. Le pays de l’Oncle Sam est encore friand de berlines (le nombre d’autos de cette catégorie révélées à New York le prouve bien) et c’est là-bas que cette asiatique fonctionne le mieux.

Dévoilée en première mondiale au Salon de New York, la nouvelle Optima arrivera en Europe à la fin de l'année.

Dévoilée en première mondiale au Salon de New York, la nouvelle Optima arrivera en Europe à la fin de l’année.

Kia propose déjà l’Optima en France mais elle est très confidentielle chez nous (moins de 500 immatriculations l’année dernière). Honnêtement, la nouvelle génération ne devrait pas faire mieux, du moins en carrosserie tri-corps. Car, comme l’a annoncé le Sportspace, la nouvelle Optima sera déclinée en break. Et si le modèle de production est aussi séduisant que l’étude de style, l’auto devrait être moins anonyme dans l’Hexagone… et plus généralement sur le Vieux Continent.

Ceux qui connaissent l’actuelle Optima (de vrais passionnés de la marque !) constatent que la nouvelle venue en est proche esthétiquement. On retrouve les grandes lignes du précédent opus, avec par exemple une large lunette arrière qui rejoint une baguette chromée qui passe au-dessus du vitrage latéral. Ce dernier est désormais constitué de trois glaces au lieu de deux.

2016 Kia Optima SX-L 2016 Kia Optima SX 2016 Kia Optima SX

A l’avant, il y a toujours la fameuse calandre nez de tigre, affinée, avec dans son prolongement des optiques étirées. Kia aurait pu faire un effort pour dissimuler la découpe du capot au niveau du logo. La version européenne, qui devrait être dévoilée à la rentrée au Salon de Francfort, pourrait avoir un bouclier spécifique. La poupe adopte de grands feux inclinés.

Grosse déception à l’intérieur. La planche de bord n’a rien à avoir avec celle du concept-car. Celle que l’on découvre aujourd’hui est bien plus classique… et a un fort goût de déjà-vu. Les designers Kia semblent s’être inspirés de la Mazda 6 et des productions BMW. La présentation est donc classique, avec une console centrale légèrement orientée vers le conducteur.

2016 Kia Optima SX 2016 Kia Optima SX 2016 Kia Optima SX-L

Peu d’originalité dans la liste des équipements, avec des technologies de plus en plus courantes : surveillance des angles morts, système de freinage automatique, gestion feux de croisement automatique, régulateur de vitesse adaptatif… L’auto sera disponible chez nous avec les services connectés TomTom, intégrant notamment la signalisation des zones de danger. Ils seront gratuits pendant sept ans. La mise à jour des cartes sera aussi offerte pendant la même durée.

L’Optima a été logiquement dévoilée avec ses spécifications américaines. Pour l’instant, Kia évoque donc la présence sous le capot de trois moteurs essence. Deux d’entre eux sont repris à l’ancien modèle : un 2.4 GDI d’environ 185 ch et un 2.0 GDI turbo de près de 250 ch. Ils sont rejoints par un nouveau 1.6 turbo de 178 ch environ (oui, aux USA le nombre précis de chevaux est connu au moment de la commercialisation), associé à une boîte double embrayage DCT 7 rapports (annoncée en Europe sur la Cee’d GT). A n’en pas douter, Kia proposera chez nous du diesel. La version hybride devrait aussi être reconduite. Selon la marque, la priorité des ingénieurs a été d’améliorer le confort des suspensions et la tenue de route. Ils ont aussi retravaillé l’insonorisation et réduit les vibrations.

2016 Kia Optima SX-L

2016 Kia Optima SX

2016 Kia Optima SX-L

Marché automobile français : toujours dans le vert

Marché automobile français : toujours dans le vert

Pour mars 2015, le marché automobile français de la voiture particulière continue à progresser. Après janvier (+ 10,9 %) et février (+ 4,1 %), le troisième mois de l’année signe une hausse de 4,3 % à nombre de jours ouvrables comparable par rapport à mars 2014, soit 196 572 immatriculations. Les constructeurs peuvent commencer à espérer une reprise du marché. Patrick Blain, président du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles (CCFA), a d’ailleurs relevé son estimation à 2 % de croissance pour 2015. Auparavant, il pariait sur des chiffres de ventes stables.

La Ford Fiesta (ici lors de notre essai de la Black Edition) arrive à se positionner notamment devant les Toyota Yaris et Opel Corsa

La Ford Fiesta (ici lors de notre essai de la Black Edition) arrive à se positionner notamment devant les Toyota Yaris et Opel Corsa

Ce mois-ci, la part des motorisations diesel demeure stable, autour des 59 %, ce qui correspond à 5 points de moins que la répartition obtenue sur l’année 2014 (64 %).

Peugeot et Renault tirent les groupes français vers le haut

En données brutes, le marché auto a augmenté de 9,3 % pour mars 2015 par rapport au même mois de l’année précédente. Les groupes tricolores croissent de 7,8 % avec une part de marché s’établissant à 54,9 %, tout en sachant que PSA Peugeot Citroën (28,7 % de PdM) et le Groupe Renault sont au coude-à-coude (26,1 % de PdM).

Du côté du premier cité (+ 7,9 %, soit 56 479 unités), c’est encore une fois Peugeot qui voit ses ventes s’améliorer à deux chiffres (+ 12,3 %, soit 33 855 unités), tandis que Citroën, tout juste stable depuis le début de l’année (- 0,4 %), reprend un peu de couleurs (+ 5 %, soit 19 661 unités). Pour DS (voir notre édito), la déconfiture se poursuit avec une chute de 14,8 %, soit 2 963 unités.

Pour le Groupe Renault (+ 8,1 %, soit 51 362 unités), Renault s’octroie un joli + 13 % (soit 42 070 unités), quand Dacia se montre à la peine à – 9,8 % (soit 9 292 unités). Une baisse qui se prolonge depuis quelques mois…

Les constructeurs étrangers sont en forme !

En observant les groupes étrangers (+ 11,1 %, soit 88 676 unités), presque tous sont sur une progression à deux chiffres de leurs ventes. Il n’y a que le groupe GM (- 17,5 %, soit 6 675 unités), arrêtant Chevrolet en Europe et voyant Opel fortement ralentir ce mois-ci (- 11,6 %, soit 6 661 unités), qui se trouve dans le rouge.

Pour les autres, on retiendra la santé de fer des groupes Ford, BMW et Mercedes. L’Ovale bleue et l’Hélice peuvent se targuer d’être autour des 20 %, tandis que l’Etoile s’offre le luxe de presque atteindre les + 40 % ! Et pour chacun, ces bonnes statistiques sont confirmées depuis janvier 2015 !

Le top 100 des ventes en France de janvier à mars 2015

Depuis mars, le top 10 est exclusivement français. On observe que la Clio accroît encore un peu plus son avance sur sa rivale la 208, tandis que le Captur arrive à prendre la place de la 308 en atteignant la 3ème place. L’Adam classée à la 100ème position se révèle être malheureusement un échec commercial pour le Blitz.

top-10-vp-france-janvier-mars-2015 top-100-vp-france-janvier-mars-2015

Le bilan des constructeurs

immatriculations-voitures-particulieres-mars-2015

Evolution du marché par mois sur cinq années

evolution-marche-francais-5-ans-mars-2015

Source chiffres et images : CCFA. Ventes de voitures particulières neuves. Evolution par rapport à mars 2014.

Cadillac CT6 : contentez-vous du meilleur

Cadillac CT6 : contentez-vous du meilleur

Une maxime dont usent et abusent les services marketing et qui pourrait très bien s’appliquer au nouveau porte-étendard de Cadillac. Pour son grand retour sur le segment du très haut de gamme, la marque américaine a mis les petits plats dans les grands et nous a concocté une berline irréprochable sur le papier.

Résolument technologique

La CT6, c’est d’abord une présence. Bon, il faut dire qu’avec près de 5,2 mètres de long pour 1,9 de large, elle ne passe pas vraiment inaperçue. Le design est très suggestif et fait honneur aux codes de la marque, avec des arrêtes saillantes présentes un peu partout. La face avant se montre agressive, notamment grâce aux phares full LED qui s’étirent jusque sur les ailes. Le profil est en revanche très classique, tandis que l’arrière s’inspire clairement de ce qui se fait sur le segment, à l’image des feux qui ne sont pas sans rappeler ceux de la britannique Jaguar XJ.

Cadillac-CT6 Cadillac-CT6-2015 profil Cadillac-CT6 habitacle Cadillac-CT6 sieges Cadillac-CT6

Qu’en est-il de l’intérieur ? C’est bien simple, il y a tout. Normal pour une voiture de ce standing me direz-vous, mais tout de même, la lecture des caractéristiques donne le tournis : climatisation quadri zone, système Hi-Fi Bose à 34 hautparleurs (!), connexion Internet 4G et point d’accès Wi-fi, caméra 360 degré pour l’aide au stationnement avec fonction enregistrement pour s’assurer que le valet de l’hôtel ne fait pas n’importe quoi avec votre CT6, écran HD tactile avec trackpad déporté sur la console centrale pour la saisie intuitive… En théorie, difficile de trouver quoi que ce soit à redire ! La présentation se veut épurée et cossue et fait appel au bois et au cuir.

Poids maîtrisé

Le plumage c’est bien, mais encore faut-il que le ramage soit à la hauteur si on ne veut pas que le soufflé retombe. Cela tombe bien, les motoristes ont également un menu alléchant à proposer. La gamme démarre avec un 4-cylindres 2.0 turbo de 265 chevaux. Si cela ne vous convient pas, un V6 3.6 atmosphérique de 335 canassons devrait vous contenter. Toujours pas ? Qu’à cela ne tienne, Cadillac profitera de la CT6 pour étrenner un inédit V6 3.0 twinturbo de 400 chevaux disposant de quelque 533 Nm de couple.

console centrale Cadillac-CT6 places arriere Cadillac-CT6 accoudoir arriere Cadillac-CT6 volant Cadillac-CT6 nouvelle Cadillac-CT6 Cadillac-CT6-2016

Des chiffres plus que suffisants surtout quand on apprend que la grande berline profite d’un poids estimé à seulement 1,7 tonnes ! Pour comparer, la CT6 équivaut grosso modo à une BMW Série 7 avec le poids d’une Série 5, grâce à l’utilisation massive d’aluminium. L’agilité devrait être au rendez-vous, surtout que les roues arrière sont directrices. Proposée en propulsion ou transmission intégrale, la Cadillac est dans tous les cas dotée d’une boîte de vitesses automatique à huit rapports pour des émissions de CO2 et des consommations maîtrisées.

La production du vaisseau amiral débutera pour le marché américain à la fin de cette année. L’Asie, l’Europe et le Moyen-Orient profiteront eux aussi de la CT6, mais les premiers modèles n’arriveront pas avant 2016.

Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

Nouveau kimono pour le Lexus RX 450h

La marque ne le cache pas. Ses modèles ne sont pas conçus pour plaire à tout le monde. C’est bien simple, les nouvelles Lexus, on les aime ou on les déteste. Au moins elles ne laissent pas indifférent. Avec son nouveau design, où la hache semble avoir remplacé le stylo, le Japonais se fait remarquer et attire des clients en quête d’un luxe original. Car oui, cela existe les amateurs de premium lassés des productions germaniques.

Comme son petit frère NX, le RX adopte un design tape-à-l'oeil. On aime ou pas.

Comme son petit frère NX, le RX adopte un design tape-à-l’œil. On aime ou pas.

Ainsi, après avoir présenté des IS, RC et NX (voir notre essai) au look plus que tarabiscoté, Lexus enchaîne avec la quatrième génération du RX. Ce grand SUV est capital pour lui. Les trois premières générations ont été vendues à 2,1 millions d’exemplaires, soit 1/3 de la production totale de la marque depuis sa naissance en 1989 !

Bien dans la veine des dernières productions, le RX millésime 2016 est dessiné à la règle. Il reprend la silhouette de l’ancien (toit légèrement plongeant, lunette très inclinée) avec les derniers codes en vogue chez Lexus, comme les optiques étirées. On retrouve l’immense calandre en forme de diabolo. Le profil est original avec un vitrage qui se prolonge jusqu’au bout. L’auto a gagné 12 cm en longueur, atteignant 4,89 mètres. Une taille encore correcte pour un grand SUV. Lexus n’a pas fait plus, car il propose sur certains marchés un 4×4 XXL, le LX.

2015.03.23 Lexus Rx 2015 - 12 Lexus Rx 2015 - 10

Le discours est semblable pour l’intérieur. Les designers de Lexus n’aiment pas la simplicité et ont conçu une planche de bord aux formes un peu compliquées. Voilà qui tranche avec le côté dépouillé du nouveau Audi Q7. La console centrale orientée vers le conducteur est surplombée par un grand écran de 12,3 pouces. Celui-ci se commande via une petite souris placée devant l’accoudoir central.

Pour dégager de la place, le levier de vitesses a été avancé. Selon Lexus, les passagers seront plus à leurs aises. Côté équipement, le RX n’innove pas vraiment, se contentant de reprendre des technologies de plus en plus courantes : alerte franchissement ligne blanche, gestion automatique feux de croisement, alerte anticollision, surveillance des angles morts…

2015.03.11 Lexus Rx 2015 - 21 2015.03.11

En France, le RX sera proposé, comme l’actuel, avec une unique motorisation hybride essence. Elle couple un bloc V6 3.5 à un moteur électrique, le tout développant une puissance maximale de plus de 300 ch (299 ch sur le modèle actuel). Pas de moteur hybride rechargeable au programme pour le moment. La marque japonaise affirme que ce nouveau RX «  a été conçu pour offrir un comportement routier digne d’une berline ».

Il est doté d’un train avant McPherson et d’un train arrière à double triangulation. Les suspensions ont été revues pour améliorer la tenue de route sans négliger le confort. Une suspension adaptative sera disponible sur la plupart des versions : elle gère électroniquement l’amortissement en fonction des conditions rencontrées. La structure a été rigidifiée et l’insonorisation a été améliorée.

interieur Lexus-Rx-2015

ordinateur de bord Lexus-Rx-2015

Lexus Rx 2015 - 31

Dévoilé en première mondiale à New York, le nouveau RX 450H devrait arriver dans les concessions françaises à la fin de l’année.