Abcmoteur a rendu visite à Top Gear made in France !

Abcmoteur a rendu visite à Top Gear made in France !

A la fin de l’année passée, nous vous annoncions l’arrivée de la franchise Top Gear en France. Le stig avait fait son apparition en premier pour être ensuite suivi des trois animateurs sélectionnés. Aujourd’hui, nous nous sommes rendus sur les « terres » de Top Gear France, une belle occasion de découvrir la base de cette équipe déjantée et également de prendre le pouls de cette émission arrivant bientôt sur nos écrans de télévision !

L’aérodrome de Brienne-le-Château comme quartier général

Levé au petit matin, votre serviteur s’est rendu à l’aérodrome de Brienne-le-Château, dans la région Champagne-Ardenne. A l’image de la version originale, Top Gear France utilise donc aussi un aérodrome pour son QG. Inauguré il y a plus d’un siècle (le 27 juillet 1913 précisément), celui-ci est dans un état délabré. Le poids des années, bien visible, crée une atmosphère particulière pas franchement rassurante, mais constitue le terrain de jeu idéal pour des fous de la bagnole !

hangar Top Gear France aerodrome Brienne-le-Chateau avions aerodrome Brienne-le-Chateau

Le circuit de Top Gear est ici reproduit à l’identique. En plus du Stig qui se charge de tester les voitures dans leurs dernières limites, des célébrités effectuent des tours chronométrés dans une voiture « petit budget ». Ce vendredi 30 janvier, qui était le dernier jour de tournage de la première saison, c’était notamment au tour de François Fillon de se prêter au jeu. L’homme politique a ainsi dû réaliser son meilleur temps sous une pluie mêlée de flocons avec une Dacia Sandero !

circuit Top Gear France aerodrome Brienne-le-Chateau

Alors ce nouveau Top Gear, à la hauteur ?

Après avoir vu l’extérieur, il est temps de pénétrer à l’intérieur du gigantesque hangar. Il faut d’abord passer par une première pièce et ensuite ouvrir une seconde porte pour accéder au plateau de Top Gear France. Là encore, tout est repris à l’original, c’est assez incroyable de se dire que maintenant Top Gear est en France ! Toutes les installations sont présentes avec la scène où le public se tient debout, l’estrade et ses fauteuils de voiture, l’affiche du Stig, quelques autos disposées ici et là – dont un certain nombre sont bonnes pour la casse ! –, … C’est assez perturbant de découvrir toute cette organisation et l’envers du décor… Pendant un instant, on se croirait presque sur le plateau au Royaume-Uni !

hangar aerodrome Brienne-le-Chateau tournage Top Gear France plateau Top Gear France affiche Stig Top Gear France decors Top Gear France decors Top Gear francais

Pour avoir été dans le public et avoir regardé le résultat final tel que les téléspectateurs le verront, la prestation des trois compères, que sont Philippe Lellouche, Bruce Jouanny et Yann Larret alias Le Tone, est à la hauteur ! Bien entendu, il ne s’agit pas d’imiter leurs homologues anglais (Jeremy Clarkson, Richard Hammond et James May). Lellouche est du genre à aimer les anciennes brutes de décoffrage, Jouanny en tant que pilote semble apprécier les modernes utilisant par exemple des technologies issues de la F1, tandis que Le Tone est le plus original des trois avec ses habits qui lui offrent un style décalé. Des séquences montrant les aventures des trois grands enfants laissent penser que l’humour sera au premier plan, les différentes personnalités de l’équipe devraient faire le reste, y compris pour parler sans langue de bois

public Top Gear France equipe Top Gear France

Le top départ est fixé pour le mercredi 18 mars à 20 h 45 sur le canal 24 de RMC Découverte. Pendant un mois, ce sont 8 épisodes qui seront diffusés par deux une fois par semaine. Espérons que les fans répondront présent au lancement. Le budget se comptant en centaines de milliers d’euros devraient permettre de réaliser les défis les plus fous !… Ce premier aperçu étant positif, on attend avec impatience ce futur rendez-vous hebdomadaire devant notre petit écran conjuguant dérision et passion automobile. Vivement le printemps !

Volkswagen Golf GTD SW : prise de muscles

Volkswagen Golf GTD SW : prise de muscles

Vous chérissez votre Golf, mais l’arrivée du petit deuxième vous oblige à voir plus grand ? Vous souhaitez conserver un minimum de dynamisme et de sportivité avec des consommations maîtrisées ? Volkswagen vous dédie sa Golf break, pour la première fois labellisée GTD.

T’as le look coco

Comme la Golf R SW (malheureusement non disponible en France) avant elle, la GTD SW reprend en tout point le look de la compacte (voir notre essai). A l’avant, on retrouve ainsi un bouclier menaçant et comportant de larges entrées d’air, des phares bi-xénon de série et un logo GTD sur la grille de calandre. De profil, on remarque les ailes élargies et les jantes de 17 pouces spécifiques. L’arrière, enfin, arbore des feux assombris et une double sortie d’échappement chromée. Un pack Sport & Design optionnel facturé 965 € permet d’avoir un sélecteur de profil de conduite, des jantes de 18 pouces, des étriers de frein peints en rouge et des vitres surteintées.

vue 3-4 avant Volkswagen Golf GTD SW vue profil Volkswagen Golf GTD SW

L’habitacle dispose de sièges sport, d’inserts et de garnitures noires, d’un volant avec décor en aluminium et de l’inévitable pommeau de levier de vitesses façon balle de golf. Peu de fantaisie donc, mais une rigueur à laquelle Volkswagen ne déroge pas.

Une puissance bienvenue

Comme sur la compacte, c’est le 2.0 TDI de 184 chevaux et 380 Nm de couple qui prend place sous le capot de la GTD SW. Il assure un niveau de performances honorable avec 0 à 100 km/h en 7,9 s tout en limitant sa consommation qui est donnée pour 4,4 L/100 km en cycle normalisé. La Golf dispose également d’une suspension surbaissée de 15 mm et d’une direction progressive pour un meilleur feeling de conduite.

avant Volkswagen Golf GTD SW arriere Volkswagen Golf GTD SW

La concurrence n’est pas en reste puisque les Peugeot 308 SW GT, Skoda Octavia Combi RS (voir notre essai) ou Ford Focus ST SW proposent également des motorisations diesels à la puissance très proche de la Golf GTD. Les tarifs de cette dernière ne sont pas encore communiqués pour la France, mais l’on sait qu’elle est déjà commercialisée en Allemagne à partir de 31 975 €. Le prix sera sûrement un peu supérieur dans l’Hexagone, plus proche des 34 650 € réclamés par la 308 que des 31 100 nécessaires à l’achat de la Focus.

La Volkswagen Golf GTD SW fera son lancement officiel au salon de Genève qui se déroulera du 5 au 15 mars.

La plus radicale des Lotus reçoit une boîte automatique

La plus radicale des Lotus reçoit une boîte automatique

Sur le marché depuis 2012, la Lotus Exige S a atteint en fin d’année le cap des 1 000 unités vendues. La bonne santé de la marque anglaise en 2014 devrait se poursuivre avec la commercialisation de l’Exige S Automatic qui vient de commencer.

Un tiers des ventes attendu pour la boîte automatique

Proposée en option contre 2 185 € (hors taxes), la boîte automatique installée sur l’Exige S (à partir de 67 190 €) est celle déjà utilisée pour l’Evora. Disponible sur le coupé, comme sur le roadster, cette nouvelle transmission à 6 vitesses permet selon Lotus d’améliorer le 0 à 100 km/h de 0,1 s à 3,9 s. Le changement d’un rapport à l’aide des palettes au volant demande 240 millisecondes, soit un temps légèrement plus long qu’une Lexus LFA ou une Nissan GT-R. D’ailleurs, le constructeur affirme que l’Exige S Automatic effectue le même chrono que son homologue en manuel sur le circuit d’essai maison (Lotus Hethel).

Le Race Pack optionnel permet d'ajouter un mode Race à la gestion de la boîte pour diminuer l'intervention du contrôle de motricité et de stabilité

Le Race Pack optionnel permet d’ajouter un mode Race à la gestion de la boîte pour diminuer l’intervention du contrôle de motricité et de stabilité

Le launch control fait aussi partie du Race Pack

Le launch control fait aussi partie du Race Pack

Cette boîte n’engendre pas de prise de poids avec toujours 1 182 kg sur la balance, tandis que les émissions de CO2 chutent de 235 g/km à 222 g/km pour une consommation moyenne de carburant de 9,6 l/100 km. En position centrale arrière, le V6 3,5 l d’origine Toyota conserve ses 350 ch et 400 Nm de couple.

vue 3-4 avant Lotus Exige S vue 3-4 arriere Lotus Exige S

Lotus espère accroître encore ses ventes en 2015 et écouler 1/3 de ses Exige S en automatique. Reste à connaître quel sera le résultat en terme de conduite sur cette auto forte en sensations !