Le nouveau BMW X1, c’est lui !

Le nouveau BMW X1, c’est lui !

Sur Abcmoteur, nous vous avions déjà parlé à deux reprises de la deuxième génération du X1, mais il était encore partiellement camouflé contrairement à ces dernières photos où le BMW apparaît à nu !

Un design plus moderne et anguleux

C’est grâce au site chinois AutoHome que l’on peut découvrir à travers cinq clichés une bonne partie de la carrosserie de celui portant le nom de code « F48 » en version xDrive 25 Li. Les principales modifications concernent les optiques avant et arrière, les boucliers, ainsi que le fameux haricots qui passent pour surdimensionnés !

calandre BMW-X1 2015 aile avant BMW-X1 2015 aile arriere BMW-X1 2015

A l’avant, les petits projecteurs de forme circulaire sont toujours de la partie. Le bouche d’aération est plus proéminente et les phares ne sont pas très éloignés de ceux que l’on a pu découvrir récemment sur la Série 1 restylée. Les feux arrière sont davantage en « L » et biseautés.

Premier SUV BMW disponible en traction avant

En outre, ce BMW X1 2015 reposera sur la plateforme UKL et sera donc une traction quand il ne sera pas en transmission intégrale (le modèle actuel est une propulsion). Des trois-cylindres 1,5 l seront disponibles en plus des quatre-cylindre 2,0 l en essence et diesel, soit des niveaux de puissance allant de 116 à 231 ch. Ce sont en fait les blocs présents sur le monospace Série 2 Active Tourer (voir notre essai).

photo volee BMW-X1 2015 hayon BMW-X1 2015

Il faudra encore patienter un peu pour la présentation officielle. La révélation devrait se faire au salon de Francfort, en Allemagne, au mois de septembre prochain.

Vous pouvez consulter nos photos espions du X1 visible entièrement, mais encore partiellement camouflé et nos images montrant l’intérieur.

Source : AutoHome

5 voitures commercialisées en 2015 qui valent le détour

5 voitures commercialisées en 2015 qui valent le détour

L’industrie automobile traverse sans aucun doute une période difficile et de mutation à cause notamment de la pollution et des nouvelles technologies. Pour autant, les nouveautés ne manquent pas pour attiser notre curiosité !… Voici la sélection d’Abcmoteur pour 2015.

Notre top 5 des autos immanquables pour cette année

En ne retenant que seulement cinq modèles, le tri n’a pas été facile. Parmi les sélectionnés, nous avons retenu une majorité de sportives, mais ce n’était pas un critère indispensable. Le choix se faisant sur l’impact de telle ou telle commercialisation et sur l’attrait du modèle. Dans la mesure du possible, nous essayerons de vous proposer les essais de ces autos sur Abcmoteur.

top nouveautes 2015

1. Ford Mustang (mi-2015) – L’Amérique arrive en Europe

L’événement de cette année, c’est sans conteste le lancement pour la première fois de la Ford Mustang en France ! Proposée à des prix très compétitifs (à partir de 35 000 €) et entièrement nouvelle, la muscle-car risque bien de faire des émules. La Chevrolet Camaro a maintenant une première véritable concurrente !

Ford Mustang Cabriolet 2015

2. Jaguar XE (juin 2015) – L’offensive du Félin face aux Allemands

Jaguar revient de loin. Mal en point, la firme anglaise se porte nettement mieux depuis son rachat. Elle s’aventure pour 2015 sur un terrain où la concurrence est ardue et dominée par le trio allemand formé par Audi, BMW et Mercedes : le segment D correspondant aux berlines familiales. Le constructeur a placé la barre très haut et mise gros sur ce lancement. La plateforme allégée, le moteur diesel inédit quatre-cylindres Ingenium de 180 ch et le dynamisme de la XE sont à étudier !

Jaguar-XE

3. Honda Civic Type R (mi à fin 2015) – La hache de guerre enfin déterrée ?

Dans l’univers des compactes sportives, la guerre est redoutable. Toutes ou presque, cherchent à revendiquer le meilleur chrono sur le très exigent circuit du Nürburgring. Ce chiffre ne faisant pas tout, la prochaine Honda Civic Type R – enfin ! – annoncée pour le salon de Genève (5 au 15 mars) devra être en mesure de bousculer les références que sont les Renault Megane RS (voir notre essai) et Seat Leon Cupra pour se faire une place. Les essais sont particulièrement attendus, tout comme le caractère du moteur turbo i-VTEC qui devrait s’approcher des 300 ch.

dessin Honda-Civic-Type-R-Concept

4. Mazda MX-5 (été 2015) – Retour aux sources

La Mazda MX-5 est un roadster propulsion qui connait un vrai succès depuis la première génération apparue en 1989. Pour le quatrième opus, la marque a allégé son auto, l’a raccourci et l’a rendu plus efficiente tout en conservant des moteurs atmosphériques relativement modestes (1,5 l 131 ch et 2,0 l 165 ch). Une auto sans superflu et amusante qu’il nous tarde d’essayer !

Mazda-MX-5 2015

5. Audi R8 (fin 2015) – Objectif : faire perdurer son succès

Ici, nous parlons supercar. Forcément, il est moins aisé de s’identifier à ce type de voiture que la plupart d’entre nous ne pourront jamais s’offrir. Cela étant, la R8 est une réussite en terme d d’efficacité, mais aussi de ventes, ce qui a beaucoup contribué à l’image de marque d’Audi. Ce modèle très populaire joue à fond son rôle de porte-drapeau. Sa remplaçante, dont la présentation officielle se fera au salon suisse dans un mois, aura la lourde tâche de rencontrer le même succès et d’améliorer les qualités de sa devancière, tout en se montrant toujours aussi compétitive face à ses concurrentes qui se sont affûtées entre temps et possédant une histoire bien plus longue sur ce marché (l’Audi R8 a été produite à partir de 2007). Un défi d’envergure !

Audi R8 2015

La future Audi A4 aura un style plus anguleux

La future Audi A4 aura un style plus anguleux

20 ans ! En dehors du fait que l’A4 est presque aussi vieille que votre serviteur, cet anniversaire est surtout symbolique et Audi ne pouvait pas le passer sous silence. C’est donc un tout nouveau modèle que nous découvrirons cette année et il est pour l’heure activement testé dans le rude hiver scandinave.

Copier/coller

Ctrl + C/Ctrl + V, Pomme + C/Pomme + V, peut importe le logiciel, le principe est le même. Audi décline ses modèles invariablement, en appliquant les mêmes procédés jusqu’à harmoniser l’ensemble de sa gamme. Ainsi, pour se faire une idée du design de la nouvelle A4, il suffit d’observer comment le TT 2 est devenu TT 3 (voir notre essai) : moins de rondeurs, plus d’agressivité et d’arêtes saillantes. Maintenant prenez une image de l’actuelle A4 (B8) et placez-la à côté de nos spy-shots. Vous voyez où je veux en venir ? La calandre se fait plus carrée, les optiques plus minces et menaçantes, mais dans l’ensemble la silhouette reste identique. Il faudra attendre de découvrir la carrosserie non camouflée pour repérer les autres petits détails qui feront que l’A4 pourra prétendre au nom de code B9. On remarque toutefois que les rétroviseurs sont désormais solidaires des portières.

avant future Audi A4 Audi A4 2015 Audi A4 B9

Bien que nous n’ayons point de photos de l’intérieur pour le moment, on sait que les passagers profiteront d’un peu plus d’espace grâce à un empattement allongé et à des porte-à-faux réduits. Au niveau de l’équipement embarqué et de la finition, il n’y a pas vraiment de soucis à se faire : la marque aux anneaux est étiquetée premium et compte bien rester leader en terme de qualité perçue.

spyshot Audi A4 B9 vue profil Audi A4 2015 vue 3-4 arriere Audi A4 B9

Le plus important ne se voit pas

Si l’extérieur est plus une évolution qu’une révolution, les choses bougent en revanche un peu plus sous la carrosserie. L’A4 B9 reposera sur la plateforme MLB evo du groupe VAG, ce qui lui assure un gain de poids d’environ 90 kg par rapport à sa devancière. Combinée aux porte-à-faux réduits, elle permettra une meilleure répartition des masses.

prototype Audi A4 2015 prototype Audi A4 B9

Une large palette de moteur essence et diesel sera disponible, sans que nous ne sachions encore précisément quels blocs seront retenus. Gageons que la majorité des mécaniques actuelles seront remaniées et adaptées pour plus d’efficience et de performance. Un modèle e-tron viendra assurer la présence de l’A4 sur le segment hybride (voir notre essai de l’A3 e-tron). En outre, il a été question pendant un temps d’une transmission intégrale « e-quattro » avec un moteur thermique pour les roues avant et un ou deux moteurs électriques pour les roues arrière. Si l’idée pourrait fonctionner sur des modèles classiques, il est difficile de l’imaginer pour les déclinaisons sportives S4 et RS 4.

photo volee Audi A4 B9 poupe future A4

Ces dernières seront bien évidemment de la partie. La S4 sera vraisemblablement équipée du même V6 à compresseur que l’actuelle, avec une puissance d’environ 350 chevaux. La RS 4 devrait en revanche laisser tomber le V8 et revenir à ses premières amours, avec un V6 biturbo (comme la première RS 4, la B5) porté à environ 500 chevaux. Dommage pour le bruit fantastique du V8, mais bonne nouvelle pour la consommation.

L’Audi A4 B9 berline sera présentée cette année, probablement durant le salon automobile de Francfort en septembre. Le break pourrait quant à lui faire son apparition dans un an, pour le salon de Genève 2016.

Crédit photos : CarPix pour Abcmoteur

Mercedes-Maybach Classe S : à partir de 145.800 €

Mercedes-Maybach Classe S : à partir de 145.800 €

Disparu une deuxième fois en 2012, Maybach est déjà de retour. Mais le label ultra-luxe de Daimler n’est plus utilisé en tant que marque à part entière. Il faut désormais le voir comme une excroissance de Mercedes, à la manière d’AMG pour les sportives. Maybach est ainsi utilisé pour désigner une nouvelle variante de la Classe S.

La Classe S monte encore en gamme avec cette déclinaison Maybach pour rivaliser avec la Rolls-Royce Ghost.

La Classe S monte encore en gamme avec cette déclinaison Maybach, rivale de la Rolls-Royce Ghost.

La grande berline de l’étoile monte donc encore en gamme (si, si, c’est possible) pour se rapprocher de la « petite » limousine de Rolls-Royce, la Ghost. D’ailleurs, avec ses 5,45 mètres de longueur, cette S dépasse l’anglaise de cinq centimètres.

La britannique garde cependant l’avantage en matière de mécanique. Elle est dotée d’un V12 de 570 ch alors que la Mercedes propose au mieux 530 ch dans sa version S600. C’est également un V12 qui officie, associé à une boîte automatique à 7 rapports. Mercedes propose aussi une plus « abordable » S500 équipée d’un V8 de 455 ch, avec boîte 9 rapports.

Maybach-Mercedes-Classe S-2 vue 3-4 arriere Maybach-Mercedes-Classe S

A côté de la Rolls, la Maybach serait presque donnée ! Quand la Ghost est affichée au tarif de 267.480 €, l’allemande débute à « seulement » 145.800 € avec le V8. En V12, elle franchit la barre symbolique des 200.000 € mais reste loin de la Rolls, avec 206.500 €. Sans surprise, le malus est maximal avec des rejets de C02 de 207 et 274 g/km. Mais 8.000 € en plus à ce niveau de gamme, c’est une broutille !

Par rapport à la Classe S Limousine, la Maybach est plus longue de 20 centimètres. L’écart de prix est de 22.000 € pour la S500 et 19.600 € pour la S600. On peut quasiment dire qu’en moyenne, le centimètre en plus est facturé 1.000 € ! D’un point de vue esthétique, hormis l’allongement, les changements visibles sont rares (insert chromé sur le montant central, badge sur le montant arrière…).

places arriere Maybach-Mercedes-Classe S sieges arriere Maybach-Mercedes-Classe S

A bord, c’est évidemment à l’arrière que la Maybach s’apprécie le plus. L’espace aux jambes est royal. De série, on trouve des sièges inclinables électriquement jusqu’à 43,5° avec un repose jambes. Ils sont chauffants et ventilés. La personne installée à droite peut reposer ses pieds sur un support qui se déploie électriquement à l’arrière du siège passager. Pour faciliter la conversation entre le chauffeur et les occupants arrière, il y a un système d’amplification vocale !

En option, il est possible d’équiper son auto d’un minibar pouvant contenir plusieurs bouteilles de champagne. Un petit plus facturé 1.380 €. Pour 2.850 €, on a une console centrale Businness avec un double porte-gobelet réfrigéré. En complément, pourquoi ne pas opter pour les deux flûtes à champagne, pour la modique somme de 3.850 € ! Côté look, les jantes forgées de 20 pouces à l’aspect brillant coûtent 4.700 €…

La future BMW Série 5 affronte l’hiver

La future BMW Série 5 affronte l’hiver

Vers la mi-décembre, nous vous avions détaillé les nouveautés attendues pour la septième génération de la Série 5 (nom de code : G30). Nos photographes espions viennent de nous rapporter de nouveaux clichés concernant cette fois-ci la version hybride ! Signe qu’elle devrait arriver simultanément ou presque au lancement de la berline qui est attendu pour 2016, voire 2017.

Dans la lignée de la future Série 7

C’est sur des routes copieusement enneigées que la future Série 5 s’est faite surprendre, les constructeurs ayant pour habitude d’amener leurs prototypes dans les pays nordiques afin de les tester dans les conditions les plus extrêmes qui soient possibles.

avant BMW Serie 5 G30 hybride BMW Serie 5 hybride 2016 spyshot BMW Serie 5 hybride

Du côté du design, cette nouvelle mouture s’inspirera largement de ce qui a été vu sur ces photos volées de la Série 7 millésime 2015. L’allure sera plus dynamique et le profil visuellement moins lourd.

proto BMW Serie 5 hybride profil BMW Serie 5 hybride future BMW Serie 5 hybride

Des éléments de l’habitacle et les équipements, dont certaines technologies dernier cri, seront repris au vaisseau-amiral précédemment cité.

Cure de minceur pour la grande routière !

La bonne nouvelle, c’est que l’allégement destiné à l’esthétique de la Série 5 sera également appliqué à la masse totale de la voiture. En utilisant une nouvelle plateforme et en ayant recours à des matériaux légers tels que la fibre de carbone, l’aluminium et le magnésium, BMW arrivera à diminuer le poids jusqu’à 200 kg ! En sus des moteurs allant de 3 à 8 cylindres, la « béhème » sera disponible avec une motorisation hybride, de quoi être plus « écologique » selon la définition actuelle des normes de pollution…

BMW Serie 5 G30 hybride vue 3-4 arriere BMW Serie 5 G30 hybride arriere BMW Serie 5 G30 hybride

Le moteur thermique serait un quatre-cylindres essence turbo d’une cylindrée de 2,0 l développant environ 200 ch. En ajoutant le bloc électrique, la puissance cumulée s’élèverait à 250 ch afin d’offrir un niveau de performance honorable.

A suivre…

Crédit photos : CarPix pour Abcmoteur