Remplir un constat amiable avec son smartphone

Remplir un constat amiable avec son smartphone

Il y a du changement en cas d’accident sur la route. A partir d’aujourd’hui, 1er décembre 2014, il est possible de remplir un constat amiable sur son téléphone portable. On fait le point sur les avantages de cette dématérialisation et sur son fonctionnement.

E-constat

Le e-constat, c’est quoi ?

En cas d’accrochage, on peut maintenant faire un constat électronique. Pour cela, il faut télécharger une application dédiée (et gratuite), disponible pour les téléphones fonctionnant avec iOS et Android. Toutes les compagnies acceptent cette forme de constat. Pratique quand on n’a pas de stylo !

Quels sont les avantages ?

Le gros plus de ce e-constat, ce serait une indemnisation plus rapide. En effet, une fois que les deux parties ont « signé » le document, celui-ci est envoyé instantanément aux deux assureurs. Le traitement informatique en serait donc accéléré. Autres avantages : le risque de faire des erreurs est moindre et le document est plus complet. On peut ainsi renseigner l’identité de témoin et joindre des photos de l’accident. L’application géolocalise l’endroit du sinistre. On gagne aussi du temps avec des propositions de réponses (exemple : une liste des assurances).

Quand peut-on l’utiliser ?

Le e-constat est à utiliser dans des cas bien précis, rappelés à la mise en route de l’application (rassurez-vous, dans la vie courante les exceptions sont rares au final). Il faut que l’accident se soit déroulé en France, concerne un ou deux véhicules immatriculés en France et n’ait pas fait de blessé, même léger. S’il y a petit ou gros bobo, il faut appeler la police.

Avant de commencer, vérifiez que vous êtes dans une zone avec une bonne connexion 3G/4G. Assurez vous aussi que l’autre partie est favorable au e-constat, pas obligatoire. Si cela n’est pas le cas, remplissez un formulaire papier classique, qui a toujours la même valeur.

Le e-constat peut être rempli par un ou deux smartphones. Dans ce dernier cas, les deux téléphones sont liés via un code qui permettra au final de n’avoir qu’un seul et même constat.

Comment ça marche ?

C’est très simple. On renseigne à tour de rôle ses données, avec les mêmes informations que sur le papier. On commence ainsi par s’identifier et donner les références de son auto et de son assureur. On peut d’ailleurs pré-remplir chez soi cette partie. On indique ensuite la zone d’impact du véhicule puis les circonstances, avec les petites cases à cocher (élément le plus important).

Vient ensuite le moment du fameux croquis. Deux façons de faire : soit on s’aide d’un outil graphique simple d’utilisation (qui aide à tracer les routes, des panneaux…) soit on fait un dessin sur un papier que l’on prend en photo.

Au final apparaît un constat rempli qui ressemble à celui papier. Les deux parties peuvent alors vérifier les données renseignées et les corriger si cela est nécessaire (on peut revenir en arrière). Si tout le monde est d’accord, on fait une signature avec le bout de son doigt. Le e-constat est validé, il est envoyé aux assureurs. On reçoit un SMS de confirmation et un exemplaire en PDF par mail.

Les grandes règles ne changent pas

Si vous n’êtes pas d’accord, rien ne vous oblige à signer. Vous faîtes alors votre constat que vous enverrez à votre assureur. Les règles d’indemnisation sont identiques et vous pouvez toujours aller faire réparer où bon vous semble.

Le Mondial de l’Auto n’aura pas sauvé le marché français

Le Mondial de l’Auto n’aura pas sauvé le marché français

Au mois d’octobre dernier se tenait le Mondial de l’Automobile. Ce salon est le plus visité du monde et les marques présentes avaient annoncé avoir réalisé sur place des commandes records. Et pourtant, les ventes de voitures particulières du mois de novembre sont encore une fois à la baisse. Après – 3,8 % en octobre, le mois de novembre signe une baisse de 2,3 % (que ce soit en données brutes, comme en nombre jours ouvrables comparable) avec 135 070 immatriculations.

Plus récent que son rival le Renault Scenic, le Citroën C4 Picasso II ne parvient pas à le dépasser

Plus récent que son rival le Renault Scenic, le Citroën C4 Picasso II ne parvient pas à le dépasser

A noter que la part du diesel se relève tout doucement en passant de 61 % à 63 % en l’espace de trois mois.

Les groupes français particulièrement à la peine

Avec une part de marché de 51,86 %, les marques tricolores (70 047 immatriculations) ne sont pas loin de faire jeu égal avec les marques étrangères ! Que ce soit le groupe PSA Peugeot Citroën (- 8,9 %) ou le groupe Renault (- 5 %), la diminution de nombre de commandes est assez marquée.

Le plus à plaindre est Citroën qui affiche – 16,3 % par rapport à novembre 2013. Sur les onze premiers mois de l’année 2014, les Chevrons baissent très légèrement (- 0,9 %), alors que toutes les autres marques françaises progressent et plus particulièrement Dacia (+ 18,2 % !). Ce dernier est d’ailleurs le seul à être dans le vert pour novembre avec + 2,3 %. Peugeot et Renault accusant respectivement sur la même période une chute de – 2,8 % et – 7,1 %.

Les marques étrangères proches des 50 % de PDM

Parmi les groupes étrangers, le constat est bien meilleur, puisque qu’au global les immatriculations (65 023) progressent de 3,6 % par rapport à novembre 2013. Dans le vert, on retrouve le groupe Volkswagen qui se fait remarquer avec Seat pouvant se targuer d’afficher une progression à deux chiffres (+ 17,2 %). Le groupe Toyota fait du surplace à + 0,8 %.  Les groupes Nissan, BMW et Mercedes cartonnent avec respectivement + 29,5 %, + 20 % et + 17,1 % ! A noter que seul Smart peine à – 38 %.

Pour ce mois-ci, les mauvais élèves sont encore les groupes Ford et Hyundai. L’Allemand décline de 7,6 %, tandis que le Coréen recule de 11,7 % à cause de la chute de la marque Kia (- 23,5 %) que la marque Hyundai (+ 8,6 %) ne parvient pas à compenser. Le résultat de janvier à novembre n’est pas bon pour les distributeurs français du groupe coréen (- 23,7 %).

Le top 100 des ventes en France de janvier à novembre 2014

Le classement demeure inchangé à l’exception de la Peugeot 308 (voir notre essai) qui passe devant la Citroën C3.

top-10-vp-france-janvier-novembre-2014

top-100-vp-france-janvier-novembre-2014

 

Le bilan des constructeurs

immatriculations-voitures-particulieres-novembre-2014

Evolution du marché par mois sur six années

evolution-marche-francais-6-ans-novembre-2014

Source chiffres et images : CCFA. Ventes de voitures particulières neuves. Evolution par rapport à novembre 2013

Future Porsche 911 : encore une boîte méca et un moteur atmo

Future Porsche 911 : encore une boîte méca et un moteur atmo

Pour les irréductibles puristes en matière de voiture sportive pure et dure, le passé semble bien plus plaisant à conduire que les dernières productions. Il faut dire que la disparition progressive de la boîte manuelle et des moteurs atmosphériques semble déjà bien engagée… Heureusement, certains constructeurs, dont Porsche fait partie, conserve ces deux spécificités malgré le faible volume de ventes que cela représente. Le site australien Drive a même eu la confirmation que la prochaine 911 proposera encore un vrai levier de vitesse et un bloc à aspiration naturelle !

La boîte manuelle, bientôt une spécificité Porsche ?

August Achleitner, chef de produit de la Porsche 911, a expliqué avec les termes suivants cette volonté de conserver ces deux choix techniques : « Nous avons discuté plusieurs fois pour savoir si nous devrions offrir une boîte manuelle dans le futur, parce que la répartition des ventes de la PDK (note : boîte à double embrayage) est très majoritaire – jusqu’à 85 % sur certains marchés. Et puis la question de développer une boîte manuelle pour la prochaine génération [de la 911] a été posée. Nous voulons la garder pour une raison : nos concurrents ne proposent pas une boîte manuelle et cela pourrait devenir une caractéristique propre à la 911 de proposer encore une boîte manuelle« .

Porsche 911 997 GT3

La Porsche 911 997 GT3 avec boîte manuelle

interieur Porsche 911 997 GT3 boite manuelle

Il faut dire que depuis que la dernière Porsche 911 991 GT3 est livrée avec une PDK, on était en mesure de s’interroger sur l’avenir des Porsche possédant trois pédales. Peut-être que l’arrivée prochaine de la Jaguar F-Type à boîte manuelle a influencé les dirigeants de la marque allemande ?

Davantage de moteurs turbo, mais toujours de l’atmo

Autre bonne nouvelle, la tendance du downsizing et de la suralimentation qui va avec, n’aura pas raison de – tous – les six-cylindres Porsche.

arriere Porsche 911 997 GT3

M. Achleitner a affirmé que « peut-être qu’il y aura plus de motorisations suralimentées, mais il y aura aussi des moteurs à aspiration naturelle. C’est le cas avec la GT3, mais cela le sera aussi pour d’autres modèles« . Il a également ajouté que le flat-six 3,8 l de la GT3 pouvant prendre 8 500 tr/min est une caractéristique importante à garder pour les pilotes les plus férus.

La marque Maserati a 100 ans aujourd’hui

La marque Maserati a 100 ans aujourd’hui

Le 1er décembre 2014 est un moment particulier pour Maserati. En effet, la marque italienne fête aujourd’hui son centenaire !

En un siècle, Maserati a considérablement grandi

Depuis que les trois frères Alfieri, Ettore et Ernesto Maserati ont ouvert leur premier atelier à Bologne, en Italie, il y a exactement 100 ans, la marque symbolisée par un Trident a vécu de nombreuses aventures. On se souvient notamment des exploits tels que le record de vitesse de Borzacchini en 1929, la victoire au championnat du monde de F1 remportée par Fangio sur sa 250F en 1957 ou encore la MC12 qui a brillé en FIA GT dans les années 2000.

Crédit photo : Karma Motorsports (Speedin')

Crédit photo : Flickr / Karma Motorsports (Speedin’)

En l’espace d’un siècle, Maserati est passé d’un petit atelier à une entreprise à dimension internationale. Actuellement, ce sont 43 pays avec plus de 310 distributeurs qui représentent le constructeur dont le siège social est situé à Modène.

Un avenir prometteur pour le Trident

Coïncidence ou non, l’année anniversaire qu’est 2014 aura été marquée par des performances commerciales exceptionnelles pour les Quattroporte et Ghibli. Ces deux berlines « ont battu tous les records de vente, que ce soit aux Etats-Unis, en Chine ou en Europe » dixit Harald Wester, le PDG de Maserati. Pour la France, cela correspond à un bond de 400 %, soit près de 500 unités livrées chez nous.

Quattroporte

Ghibli_01

En 2015, les 19 distributeurs présents dans l’Hexagone devraient conserver leur sourire, puisque cette année sera marquée par la commercialisation du SUV Levante. En 2016, ce sera au tour du coupé Alfieri !

A noter qu’un site internet a été mis en ligne pour l’occasion.