Renault s’engage (enfin) dans l’hybride

Renault s’engage (enfin) dans l’hybride

Le concept Eolab présenté au Mondial de l’automobile est un avant goût de l’offensive du losange en matière de motorisation mixte. Un changement de stratégie de la part de son PDG qui ne jurait jusqu’alors que par l’électrique. Avec le succès que l’on sait.

Renault Eolab Paris 2014

Il n’y croyait pas. Et les rares témoins qui ont pu assister à cette convention des concessionnaires, organisée il y a deux ans à peine, s’en souviennent encore. A la tribune, Carlos Ghosn répondait aux questions du réseau français. Et lorsque quelqu’un ose lui demander quand est-ce que Renault allait enfin se lancer dans l’hybride, la réponse a fusé. « Avec le 100% électrique nous sommes des précurseurs. Est-ce que vous pensez vraiment que j’ai une tête de suiveur ? » Pourtant, il y a quinze jours à peine, au Mondial de l’Automobile, le PDG de Renault arborait le même visage et le même grand sourire en présentant le concept-car Eolab. Un prototype hybride. Une petite auto pas seulement destinée à tournicoter sur les podiums de salons, ou à rassurer le gouvernement français qui a versé des subventions aux constructeurs hexagonaux pour développer des autos ne consommant que 2 L/100 km. D’autant que l’engin fait mieux et ne nécessite qu’un tout petit litre. Sur le papier du moins. En fait, Eolab est une projection de l’hybride Renault tel qu’il devrait apparaître sur les voitures de série d’ici 2017. Une confidence livrée par les ingénieurs maison qui se sont réunis en congrès avec leurs confrères il y a quelques jours à Rouen.

Renault Eolab salon auto Paris 2014

Des Clio et futures Megane hybrides

Pour autant, la version définitive de l’hybride made in Renault ne devrait pas arborer la livrée d’Eolab. On devrait la retrouver sur des modèles déjà connus de la marque : la Clio et la future Megane. Et le système électrique devrait compléter les moteurs thermiques déjà existants que sont les 1.5 L DCi et TCe 115 ch essence. Selon cet ingénieur qui a participé au développement de ce système, et l’a présenté à Rouen, « c’est plutôt un système start and stop très amélioré qu’un véritable hybride ». En clair : Les futures petites et moyennes du losange, récupèreront de l’énergie au freinage, système déjà vu ailleurs. Mais elles devraient également disposer d’un petit moteur électrique fonctionnant comme un overdrive moderne, grâce à une boite automatique à trois rapports. Les deux premiers actionnent le bloc thermique et le troisième enclenche le moteur électrique. Qui pourra également se combiner au premier en cas de forte accélération.

habitacle Renault Eolab Mondial 2014

Ce premier hybride de l’ex-régie est actuellement en cours de développement. Évidemment, il ne s’agit pas encore d’un revirement de bord total de la part d’un PDG qui ne jurait jusqu’ici que par le 100% électrique, en y injectant au passage près de 6 milliards d’euros pour des chiffres de vente confidentiels. Mais c’est bien un retour sur terre de la part du chairman de Renault. Un pragmatisme retrouvé après huit ans d’errements exclusivement voltaïques. Une prise de conscience de celui qui ne veut pas être un suiveur et l’est devenu, sous les contraintes du marché et du bon sens.

Pour en savoir plus sur l’Eolab, vous pouvez consulter notre prise en main du prototype !

Spy-shots : Aston Martin met le turbo !

Spy-shots : Aston Martin met le turbo !

On le savait depuis presque un an, AMG va fournir des moteurs V8 à Aston Martin. Par les temps qui courent, nul doute que ceux-ci seront suralimentés. Et ce n’est pas le prototype shooté sous tous les angles par nos photographes espions qui nous enlèvera cette idée de la tête !

Cousin germanique

Il est des signes qui ne trompent pas. Comme par exemple, la présence d’un capot muni de larges écopes (celui de la V12 Vantage actuelle), ou encore ce qui semble être une paire d’intercoolers logés dans la calandre.

mulet Aston Martin

future Aston Martin Vantage

Après l’avoir entendue sur le Nürburgring, nos photographes sont formels : c’est bien un V8, et le bruit de l’admission confirme qu’il carbure à la sauce turbo. AMG, V8 suralimenté… Il n’en faut pas plus pour se convaincre que c’est le 4.0 biturbo de la Mercedes-AMG GT S (aussi présent dans la C63 S) qui servira de base.

mule Aston Martin moteur AMG

Aston Martin moteur V8 turbo

Aucune puissance n’est encore annoncée, mais étant donné qu’il produit 510 chevaux dans les allemandes susmentionnées, difficile de croire qu’il se contente de la même cavalerie pour figurer sous le capot d’une lady anglaise au blason plus prestigieux.

Large. Très large.

Quand on regarde les photos du prototype en question, on reconnaît d’emblée une Aston Martin Vantage. Sauf que quelque chose cloche.

photo volee Aston Martin

spyshot Aston Martin 2016

Sans atteindre la violence d’une Porsche passée entre les mains du préparateur RAUH-Welt BEGRIFF, il faut bien avouer que l’Aston que nous avons sous les yeux est bestiale ! La faute à des ailes élargies à l’extrême par des extensions et à une monte pneumatique d’une taille encore jamais vue sur la gamme Vantage. Le message caché, c’est surtout que la prochaine plateforme qui accueillera les futurs modèles de la marque reposera sur des voies plus larges, gage de stabilité. L’empattement semble par contre sensiblement identique à la version actuelle.

Aston Martin turbo

photo espion Aston Martin

Esthétiquement, aucun autre indice ne nous apporte des précisions sur le design des futures créations du constructeur de Gaydon.

mule Aston Martin Vantage

prototype Aston Martin

Aston Martin a d’ores et déjà fait des marques déposées pour les appellations DB10 à DB15, et l’on sait de source sûre que la DB9 sera remplacée en 2016, après douze ans de carrière.

Crédits photographiques : CarPix pour Abcmoteur

Paris 2014 : PGO présente la Coastline

Paris 2014 : PGO présente la Coastline

Renault, Peugeot et Citroën n’étaient pas les seuls constructeurs tricolores à exposer au Mondial de l’Automobile de Paris. Certes bien plus petite, la marque PGO était également de la partie pour dévoiler une version spéciale de la Cevennes : la Coastline.

PGO Cevennes Coastline Paris 2014

Ce modèle issu du programme de personnalisation de l’artisan français se rapporte à l’univers nautique et plus précisément de la voile. Ainsi, le roadster néo-rétro très compact se trouve dans un livrée bleue, reçoit du teck sur le capot et une sortie d’échappement Supersprint Performance pour flatter les tympans. D’ailleurs, au chapitre mécanique c’est l’ancien bloc de la Mini Cooper S qui officie (en position centrale arrière), c’est-à-dire le 1,6 l turbo de 184 ch. Il permet de déplacer les moins de 1 000 kg avec vivacité. Le 0 à 100 km/h demande 5,9 s et la vitesse maximale est de 225 km/h.

avant PGO Cevennes Coastline Paris 2014

A l’intérieur, on note les inserts chromés et le cuir et l’Alcantara cohabitant sur le volant et les sièges… Ambiance originale assurée à son bord ! Son prix de vente devrait se situer légèrement au-dessus des 45 000 €.

PGO Cevennes C Paris 2014

avant PGO Cevennes C Paris 2014

> Retrouvez toutes les nouveautés du Mondial 2014 dans cet article.

La Mini se décline en 5 portes pour le salon de l’auto

La Mini se décline en 5 portes pour le salon de l’auto

Pour ce 15ème article sur les nouveautés du Mondial de l’Automobile de Paris, allons donc faire un tour sur le stand Mini. La marque anglaise y présentait notamment une nouvelle déclinaison de sa citadine fétiche et une étude de style mélangeant habillement le néo-rétro.

Mini 5 portes

Si vous suivez activement Abcmoteur, vous avez déjà dû lire notre essai des Mini Cooper S 5 portes et Mini Cooper SD 5 portes. Commercialisée dans quelques jours – le 25 octobre précisément –,  la Mini 5 portes devrait rencontrer le succès au regard du marché plébiscitant majoritairement les autos avec cinq ouvrants. En outre, comme nous avons pu le constater dans notre test, elle ne démérite pas par rapport à la trois portes et propose une habitabilité en hausse.

Mini Cooper S 5 portes Paris 2014

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre présentation détaillée et les prix de la Mini 5 portes.

Mini Superleggera Vision

Non loin de là était exposée la Mini Superleggera Vision. Ce concept de roadster au style à la fois moderne et mêlant des traits semblant provenir des années 1960 attirait les regards. Avec son avant de Mini, ses flancs épurés et sa poupe arborant des feux singeant le drapeau du britannique, il faut bien être difficile pour ne pas succomber à son charme.

Mini Superleggera Vision Paris 2014

arrriere Mini Superleggera Vision Paris 2014

Sous le capot, c’est un moteur électrique – dont la puissance n’a pas été communiquée – qui prend place. Face à l’engouement suscité, Peter Schwarzenbauer, membre du directoire de BMW (qui possède Mini), a déclaré « qu’une décision serait prise dans les six prochain mois » concernant une éventuellement production en série !… Espérons une réponse favorable, même pour un petit nombre d’exemplaires, ce sera assurément un futur collector !

> Retrouvez toutes les nouveautés du Mondial 2014 dans cet article.