Oui, la route rapporte bien plus qu’elle ne coûte !

Oui, la route rapporte bien plus qu’elle ne coûte !

Le 22 avril dernier avait lieu un colloque sur la vitesse organisé par la Ligue de Défense des Conducteurs (LDC) au sénat, à Paris. L’occasion de rétablir la vérité, de soulever des problématiques et de souligner certains paradoxes comme notamment l’état de notre réseau routier qui va en se dégradant et ce, malgré les recettes gigantesques qu’il permet d’en tirer…

20 milliards de recettes chaque année !

Parmi les différentes interventions, nous vous présentons aujourd’hui celle Pierre Calvin, président de l’Association Technique de la Route. Son discours s’intéresse au rôle des infrastructures tels que les terre-pleins, glissières, marquages, revêtements,… Celles-ci peuvent être présentes en nombre (autoroutes), comme inexistantes (départementales) et aussi inadaptées (glissières = guillotine pour les motards…). Sans parler des limitations insensées où l’on vous demande de rouler à 90 km/h sur une 4×4 voies avec séparateur central, alors que cette vitesse maximum est réservée aux voies à double-sens…

Baisser les limitations de vitesse, c'est ignorer les problèmes d'infrastructure de plus en plus criants

Baisser les limitations de vitesse, c’est ignorer les problèmes d’infrastructures de plus en plus criants

Ces carences et incohérences résolues pourraient sauver de centaines de vies au regard des statistiques sur les causes d’accidents, d’autant plus que les bénéfices économiques de l’automobile sont conséquents : 20 milliards d’euros par an ! Quand on sait que seulement 200 millions d’euros sont alloués annuellement pour l’entretien des nationales – soit autant que le budget communication de la SNCF !… –, il est grand temps de revoir les choses en profondeurs.

L’intervention de Pierre Calvin en vidéo

Voici ses explications détaillées :

McLaren P1 spéciale circuit : elle se nommera GTR

McLaren P1 spéciale circuit : elle se nommera GTR

Lors de l’édition 2013 du Salon de Genève, nous avions assisté à un événement rare : la présentation simultanée de deux hypercars. D’un côté, on avait la Ferrari LaFerrari, qui prenait la relève de l’Enzo, née en 2002. De l’autre, on trouvait la McLaren P1, qui donnait enfin une descendance à la mythique F1, produite entre 1992 et 1998. L’édition 2015 du show Suisse pourrait être le théâtre d’un nouvel affrontement au sommet avec la présentation des déclinaisons « circuit » de ces deux bêtes.

Le communiqué publié pour  dévoiler le nom "P1 GTR" était accompagné de ce petit croquis.

Le communiqué publié par McLaren pour dévoiler le nom « P1 GTR » était accompagné de ce petit croquis.

Pour fêter les 20 ans de la victoire au Mans

S’il ne fait aucun doute que la firme au cheval cabré prépare une telle version de la LaFerrari, le projet n’a pas encore été confirmé publiquement. Tout le contraire de ce qui se passe chez les Anglais. McLaren avait déjà annoncé il y a quelques jours l’arrivée d’une P1 « Track » lors de la présentation de ses résultats 2013. Il est allé plus loin avec la révélation des premières informations officielles.

Pour commencer, McLaren a donné le nom de l’engin. Ce sera P1 GTR. Et ces trois nouvelles lettres n’ont pas été choisies au hasard. Elles ont été utilisées par les versions compétitions de la F1 dans les années 1990. La F1 GTR avait gagné les 24 Heures du Mans en 1995. 20 ans plus tard, le clin d’oeil était inévitable.

Production ultra limitée

La P1 GTR sera produite en série très limitée. Pour l’instant, le nombre d’exemplaires prévus n’a pas été donné par McLaren, mais il sera faible. La marque précise déjà que ce sera son modèle le plus rare sur le marché. La fabrication commencera lorsque le 375ème et dernier exemplaire de la version de route sera produit. La GTR sera réservée à un strict usage sur circuit. Elle n’aura donc pas besoin de se conformer aux législations relatives à la circulation sur route ouverte.

McLaren annonce la couleur : la GTR sera « conçue et développée comme la meilleure voiture du monde adaptée pour le mode Race, ce qui lui permettra d’atteindre des niveaux encore plus élevés de performance, de tenue de route et d’adhérence ». Les informations techniques sont encore rares mais McLaren donne la plus importante : la valeur de puissance. Ce sera 1000 ch ! La version route annonce 916 ch, en utilisant un V8 biturbo de 739 ch et un KERS. La GTR adoptera des pneus slicks, un essieu élargi et un style plus agressif.

 2,5 millions d’euros !

Autre information confirmée : le prix. Il est de 1,98 million de livres sterling, soit près de 2,5 millions d’euros. La GTR sera réservée à ceux qui ont déjà une P1 classique. McLaren indique d’ailleurs que c’est suite à de nombreuses demandes de propriétaires de P1 qu’il s’est décidé à faire cette version course. Le constructeur britannique fera profiter aux heureux acquéreurs de cette bête d’un programme sur mesure pour devenir un vrai pilote. Il comprendra des formations de remise en forme, l’accès aux simulateurs de course de McLaren et la participation à au moins six événements internationaux de conduite dédiés sur les plus célèbres circuits de Formule 1 de la planète.

McLaren F1 GTR 1995