BMW confirme la Série 2 Cabriolet, voici les 1ères photos

BMW confirme la Série 2 Cabriolet, voici les 1ères photos

Alors que la Série 2 Coupé est en vente depuis le mois de mars dernier – nous en avions essayé la version la plus puissante, la M235i –, BMW vient de confirmer l’arrivée d’une nouvelle déclinaison pour la Série 2 : un cabriolet. Il n’a pas fallu longtemps à nos chasseurs de scoops pour surprendre un prototype de la future Série 2 F23 Cabriolet… presque entièrement dépourvu de camouflages !

Prochain adversaire sérieux à l’Audi A3 Cabriolet

Comme sa prédécesseur la Série 1 Coupé, la Série 2 Coupé adopte une capote souple. La toile présente de nombreux avantages pour la ligne de l’auto qui reste très proche du coupé, pour le poids qui n’augmente pas démesurément, tandis que les coûts sont moins élevés. Ici, on peut voir ce qui sera – quasiment – la version définitive, seules quelques parties de la voiture sont curieusement camouflées telles qu’une partie du pare-choc et des optiques avant et arrière.

spyshot BMW Serie 2 cabrio

Voici la BMW Série 2 CC entièrement à nue ou presque !

spy BMW Serie 2 cab

BMW Serie 2 cc

Les belles lignes du coupé sont conservées, une réussite

BMW compte-t-il offrir des phares et feux spécifiques à sa découvrable pour la rendre plus exclusive ? L’hypothèse paraît très peu probable. Toujours est-il que dans l’attente de la Classe C Cabriolet, l’Audi A3 Cabriolet sera la principale rivale pour la petite « béhème ».

Calqué sur le coupé

Au chapitre mécanique, la Série 2 Cabriolet reprendra tout du Coupé, à savoir les trains roulants, les motorisations et les transmissions. Ainsi, les clients auront le choix parmi une large palette de diesel (143 à 218 ch) et d’essence (184 à 326 ch), une boîte manuelle à six vitesse ou une boîte auto ZF à huit rapports et à une transmission aux roues arrière ou intégrale (xDrive).

BMW Serie 2 decouvrable

BMW Serie 2 capot souple

A un peu moins d’un an de sa sortie, on peut déjà admirer la capote en toile noire dans les rues de Munich (Allemagne) !

photo volee future serie 2 cabriolet

La production du cabriolet devrait débuter pour fin 2014

Il y a de fortes chances que tout comme le coupé, le cabriolet passent entre les mains des équipes Motorsport pour devenir une M2 Cabrio.

En vente d’ici un an à peine

Pour découvrir la BMW Série 2 Cabriolet, il faudra patienter jusqu’au salon de Genève (5 – 15 mars 2015), en Suisse, pour une commercialisation en avril/mai

La Série 2 Cabriolet M235i en vidéo ?

A suivre.

Crédits : CarPix pour Abcmoteur

Essai Renault Clio 4 RS Cup : la sportive à tout faire

Essai Renault Clio 4 RS Cup : la sportive à tout faire

Longtemps critiquée pour sa boite automatique EDC et le fait qu’elle soit disponible seulement en 5 portes, la Renault Clio 4 RS fait parler d’elle. Avec comme principale rivale la 208 GTI (voire notre essai) dont la plupart disent du bien, la petite sportive au losange s’est trouvé une concurrente de poids.
Difficile de faire oublier sa devancière (la Clio 3 RS) tant cette dernière dominait le segment des petites sportives.

essai Clio 4 RS EDC 200

S’affichant à 25 990 euros (malus compris), le prix a fait un bond en avant par rapport à la 3ème génération (+ 3 500 euros), son tarif est-il justifié pour une petite sportive ? Essai…

Un jaune Sirius la mettant en valeur

Sur le plan esthétique, que de changements par rapport à la Clio 4 de base ! Bouclier intégrant les feux de jour avec lame F1, jantes noires 18 pouces spécifiques, étriers de frein rouges, diffuseur avec double sortie d’échappement. A cela s’ajoute la couleur qui est sans doute la plus réussie pour une Clio 4 RS, le jaune Sirius.

Renault Clio 4 RS

vue 3-4 ar Clio 4 RS

profil Clio 4 RS

Tous ces artifices en font un cocktail explosif et font de cette dernière une sportive au style agressif. Uniquement proposée dans une carrosserie 5 portes, le style de l’auto est forcément un peu moins dynamique, mais les poignées bien cachées dans les montants de portes ne dégradent pas le style.

avant Clio 4 RS jaune sirius

arriere Clio 4 RS

calandre Clio RS 2014

jante 18p Clio 4 RS

Un intérieur manquant de sportivité

Grosse déception en entrant dans l’habitacle, on ne retrouve pas la sportivité que l’extérieur dégageait. Les principaux plastiques présents sont durs et peu agréables au toucher. Quant à la signature Renault Sport désormais typique sur les sportives de Renault, il s’agit simplement d’un autocollant ajouté sur la planche de bord côté passager. Un peu léger…

portiere Clio iv RS

habitacle Clio 4 RS

sieges sport Clio 4 RS

La présence du coloris orange sur les sièges, les ceintures, le volant, le levier de vitesse, les aérateurs et les tapis de sol apportent un peu de gaieté sur cet intérieur principalement noir.
Par chance, l’auto est suffisamment équipée avec en série le système multimédia R-Link comprenant toutes les fonctionnalités de la voiture (GPS, radio, photo, vidéo, téléphone), climatisation automatique, volant cuir, vitres arrière teintées. L’assistant d’aide à la conduite Coyote est toujours de série, un vrai « + » quand on connait les « pièges » de la route.

interieur Clio 4 RS

planche de bord Clio 4 RS

Les options sont nombreuses avec notamment le pack Cup et le RS Monitor (équipant notre modèle), aide au stationnement arrière avec caméra, peinture métallisée, …

Une sportive accueillante

Un inconvénient peut devenir un avantage dans certaines situations. Accusées de pénaliser la ligne de l’auto, les 5 portes sont un vrai avantage concernant l’habitabilité. Bien cachées dans les montants, les poignées ouvrent les portes arrière et facilitent l’accès à bord.
Etant l’une des plus grandes de sa catégorie avec 4,09 m, accueillir des passagers ne pose aucun problème pour la sportive au losange. Ceux-ci sont choyés avec un espace aux jambes, une largeur et une hauteur plus que corrects.
Le confort ne fait pas défaut à la française et les passagers que ce soit à l’avant ou à l’arrière sont bien reçus, grâce aux suspensions filtrant bien les imperfections de la route et l’insonorisation toujours impeccable.

banquette arriere Clio 4 RS

Avec 300 litres, le coffre (facile d’accès et au seuil pas trop haut) permet de loger un bon nombre de bagages.

coffre Renault Clio 4 RS

Un V6 dans la Clio et un RS Monitor pour la télémétrie

Le R-Sound accessible depuis le système R-Link permet de modifier la sonorité du moteur via les haut-parleurs de l’habitacle. Ainsi vous pouvez vous croire dans une Clio V6, une Clio Cup, une voiture des années 1930, une moto, une Laguna, voire même une navette spatiale !

console centrale Renault Clio 4 RS

Le RS Monitor 2.0 (de série sur notre modèle d’essai) donne accès à une multitude d’informations sur la voiture. On retient principalement les diagrammes de couple et de puissance, la pression du turbo, l’angle du volant, la température d’admission, la pression sur le frein.
On peut également via le chapitre performances calculer le temps lors d’une accélération (0 à 50 km/h, 0 à 100 km/h, 0 à 1000 m) ou bien lors d’un freinage (100 à 0 km/h).
Bien sûr, il est possible lors d’une sortie circuit de chronométrer ses temps au tour via le chapitre Chronomètres.

Châssis fidèle à sa réputation

A son volant, on retrouve les qualités routières si chères à la marque. L’atelier Renault Sport a fait un excellent travail pour offrir un compromis entre tenue de route et confort.
Le petit moteur 1,6 l de 200 ch gavé par un turbo et associé à la boite automatique EDC 6 vitesses est le mariage parfait pour utiliser cette voiture au quotidien. En effet, la boite se révèle très douce lors de passages de rapports et s’oublie complètement dans les bouchons.

moteur Renault Clio 4 RS

La sonorité du 1,6 l turbo préparé par Renault Sport a été travaillée à l’échappement avec quelques pétarades de temps à autre

Renault Clio IV RS

Dès que l’on hausse le rythme, la boite automatique n’a plus la même réactivité qu’à allure normale et par conséquent, les vitesses passent un peu plus lentement sans pour autant être une gêne à la conduite. Pour remédier à cela, il suffit de sélectionner le mode Sport ou le mode Race et ainsi changer le comportement de l’auto tant sur la rigidité du volant que sur le temps de passage des vitesses (150 ms en mode Race, 160 ms en mode Sport contre 200 ms en mode Normal).
Il aurait tout de même été préférable d’avoir une boite manuelle lors d’un rythme soutenu ou à la lutte avec le chrono. Dernier reproche, l’auto prend seulement 6500 tr/min et oblige le conducteur à passer plus souvent les rapports. De plus, la boite est assez courte (2ème à 85 km/h) pénalisant la conduite sur circuit.

Clio IV RS

Clio 4 RS

Mis à part ces quelques défauts, la Renault Clio 4 RS est exempt de tout reproche. Le châssis Cup (en option dans le pack Cup à 600 euros) qui équipait notre modèle d’essai rehausse la rigidité par rapport au châssis de base (+ 15 %). La petite bombinette se place où on le souhaite sans aucun effort, tandis que le train avant transmet la puissance sur les roues motrices merveilleusement bien.
Sur route mouillée, elle s’autorise de petites glissades, tandis que sur le sec, il est possible de lever la roue arrière en insistant un peu. Bref une auto sûre, mais qui peut s’avérer joueuse !
Son poids, en baisse par rapport à la précédente génération (1 204 kg) lui permet d’expédier le 0 à 100 km/h en 6,7 s. Quant à la consommation, elle reste modérée (environ 7 l) au quotidien, mais s’envole sur circuit (quasiment 20 l).

Clio RS 2014

Pour être complet, il est possible de réaliser un Launch Control à l’aide de la boite auto EDC.
Après avoir sélectionné le mode Race, tirer les palettes du volant vers soit, appuyer simultanément sur le frein et l’accélérateur. La voiture se cale à 2500 tr/min, il ne reste plus qu’à lâcher les freins et l’auto part en trombe !

Sportive et polyvalente

La nouvelle Renault Clio 4 RS est toujours une vraie sportive avec une tenue de route et une efficacité exemplaire. Le châssis Cup (en option au prix de 600 €) est obligatoire pour les amateurs de sensations, tant pour le prix modéré de l’option, que pour le confort qui ne se dégrade pas.
Les quatre jours à son volant ont suffi pour montrer à quel point cette voiture est utilisable au quotidien.
Pour faire les courses (coffre suffisant), pour transporter la petite famille (habitable et 5 portes) ou même pour aller au travail avec les bouchons (la boite auto soulage le pied gauche).
Elle sait quasiment tout faire !

test Clio 4 RS EDC 200

Soyons franc, elle n’est pas parfaite. La finition « bas de gamme » et la boite EDC pas assez rapide sur circuit pourrait en refroidir quelques-uns…
Evidemment, certains puristes de la marque lui reprocheront qu’elle manque de radicalité par rapport à sa devancière, cependant, Renault a compris qu’une sportive était faite pour se faire plaisir, mais aussi l’utiliser au quotidien.
Quant au tarif gonflé, il parait justifié avec des progrès sur l’habitabilité et l’ajout d’une boite automatique.

Retrouvez aussi la Clio 4 RS dans notre comparatif GTI 200 ch où elle y testée sur circuit !

Vidéo de présentation de l’extérieur et intérieur

Un Grand Prix de France dès 2015 à Magny-Cours ?

Un Grand Prix de France dès 2015 à Magny-Cours ?

Voici déjà six saisons (2008) que le Grand Prix de France n’est plus. Alors qu’en 2012 son retour en 2013 avait été espéré pour le Castellet, mais sans succès, le sujet refait surface cette fois-ci avec Magny-Cours. Explications.

Une énième tentative ?

Le lundi 19 mai dernier, c’est sur la chaîne Infosport+ que Serge Saulnier, président du directoire du circuit nivernais, a affirmé être « toujours en négociations » avec la Formula One Administration (FOM) afin d’intégrer le calendrier 2015 de la F1. Un contrat est en cours, mais il a bien indiqué que « pour l’instant rien n’est signé ».

Accueillant la Formule 1 de 1991 à 2008, le circuit de Magny-Cours est un haut de lieu de la course automobile – (crédit : Cjp24 / Wikimedia)

Accueillant la Formule 1 de 1991 à 2008, le circuit de Magny-Cours est un haut de lieu de la course automobile – (crédit : Cjp24 / Wikimedia)

Malheureusement, comme à chaque fois c’est la partie financière qui pose problème, la question des infrastructures routières et hôtelières semblant résolues. Etant donné que le gouvernement apporte son soutient – mais pas financier ! –, M. Saulnier a du mal à apporter les garanties pour la redevance – se chiffrant en dizaines de millions d’euros – demandée par Bernie Ecclestone, en charge de la gestion des droits commerciaux.

Pour tenter de faire avancer les choses, « un groupe d’intérêt public » intégrant les départements de la Nièvre, du Cher, de l’Allier, de la Région Bourgogne, ainsi que l’agglomération de Nevers s’est réuni. Ces acteurs joueront un rôle déterminant. Le financement pourra également venir en partie des recettes liées à la billetterie, mais cette source de revenus reste aléatoire.

Bientôt la réponse

Pour connaître l’issue de cette affaire, l’attente devrait être assez courte puisque le président du circuit Magny-Cours a déclaré que la réponse sera donnée « avant l’été » 2014. Il précise qu’il a « de l’espoir » et que ses équipes et lui ont « travaillé là-dessus pendant plus de trois ans ». M Saulnier ajoute que « cela s’est construit lentement, mais sûrement, et j’ai le sentiment que le moment est arrivé de signer cet accord« .

Vidéo : Michael Schumacher sur le circuit Magny-Cours

Caméra embarquée datant de 2004…