Vidéo : quand Godzilla se fait ridiculiser par bien plus petit

Vidéo : quand Godzilla se fait ridiculiser par bien plus petit

Sur circuit, il y a toujours celui qui a une auto plus puissante et qui vous énerve parce que même si vous pilotez mieux que lui, il vous distance en ligne droite. Alors qu’il n’y a pas besoin d’avoir 100 ch pour se faire plaisir sur piste, voici une vidéo d’un pilote japonais pas peu fier de s’être « fait » une Nissan GT-R sur circuit à bord de sa Honda Civic EF1 préparée (moteur 1,4 l sohc) !

L'image parle d'elle-même...

L’image parle d’elle-même… (crédits : YouTube / Yopelstexxx951)

Intitulée « Where is your GODzilla now? », cette séquence est pour le moins amusante. A prendre avec humour bien sûr, si ce n’est qu’on peut retenir qu’acheter un bolide de quelques 500 ch ne veut pas dire acheter le coup de volant avec, à méditer pour ne griller les étapes !

Voir aussi la vidéo complète où l’on peut voir ce monsieur avaler une Integra et une S2000 toutes les deux modifiées pour le circuit :

BMW X3 : restylage de mi-carrière

BMW X3 : restylage de mi-carrière

Après 4 ans de carrière, la dernière génération de X3 (dénommée F25) s’offre un restylage. Le SUV bavarois adopte les nouveaux codes stylistiques de la marque ainsi qu’une nouvelle génération de moteurs diesel.

BMW-X3-Facelift

Mis à part la longueur accrue d’un centimètre, les dimensions de la nouvelle X3 n’évoluent pas. Conformément aux dernières réalisations de la marque, les optiques s’affinent et s’étirent en largeur. Les feux avant peuvent désormais accueillir un éclairage à LED. Le double haricot gagne en prestance grâce à l’entourage chromé plus large que le passé. Dernier petit détail : les rappels de clignotants ont désormais migré dans la coque des rétroviseurs. La partie arrière n’évolue pratiquement pas.

A l’intérieur, les évolutions restent elles aussi discrètes. L’habitacle bénéficie d’applications de chrome supplémentaires. Les porte-gobelets, intégrés dans la console centrale, sont désormais dissimulés sous une trappe coulissante.

interieur BMW-X3-restyle

En matière d’équipements, tous les X3 reçoivent de série l’iDrive associé à un grand écran central ainsi que l’Appel d’Urgence Intelligent, un système qui prévient automatiquement les secours en cas d’accident (déterminé par le déclenchement des airbags). Pour faciliter l’ouverture du coffre, le client peut opter pour le Smart Opener, qui consiste à déclencher l’ouverture (ou la fermeture) d’un simple mouvement de pied sous le bouclier arrière.

La gamme du X3 s’articule autour de 4 moteurs diesel et 3 essence. Tous répondent à la norme Euro 6. La nouvelle génération de moteurs 4 cylindres diesel d’une cylindrée de 2,0 l est conçue à partir d’un bloc en aluminium. La pression d’injection de la rampe commune atteint désormais 2 000 bars.

profil BMW-X3-2014

Le 4 cylindres diesel est disponible en deux variantes : sDrive18d (uniquement en propulsion) de 150 ch à 4000 tr/min (360 Nm de couple entre 1500 et 2250 tr/min)  pour des rejets de CO2 s’élevant à 124 g/km (boîte automatique). Le xDrive20d a une puissance de 190 ch à 4000 tr/min (400 Nm entre 1750 et 2250 tr/min) et rejette 131 g de CO2 /km (boîte automatique). Ces motorisations sont associées à une boîte manuelle à 6 rapports (automatique à 8 rapports en option).

Par rapport à la génération précédente, ce nouveau moteur permet d’économiser jusqu’à 10g de CO2/km dont 3 sont à attribuer au moteur en lui-même et 7 aux pneus à faible résistance au roulement (disponibles sur demande sauf sur 35i et 35d).

La gamme diesel est coiffée par deux six cylindres 3,0l, les xDrive30d et xDrive35d proposant respectivement 258 ch à 4000 tr/min (560 Nm entre 1500 et 3000 tr/min, 151 g de CO2 par km) et 313 ch à 4400 tr/min (630 Nm entre 1500 et 2500 tr/min, 157 g de CO2 par kilomètre). Ces deux moteurs sont systématiquement associés à une boîte automatique (BVA) à 8 rapports.

arriere nouveau BMW-X3

En essence, la gamme démarre avec un 4 cylindres 2,0 l proposant 184 ch entre 5000 et 6250 tr/min (270 Nm entre 1250 et 4000 tr/min). Ce moteur est disponible à la fois en propulsion ou en transmission intégrale. Dans le premier cas, le moteur est systématiquement accouplé à une boîte automatique à 8 rapports. Dans le deuxième cas, c’est une option. Ses émissions de CO2 s’élèvent à 156 g/km (sDrive), 161 g/km (xDrive avec BVA) ou 173 g/km (xDrive avec boîte de vitesses manuelle).

Vient ensuite le xDrive28i toujours motorisé par un 4 cylindres animé d’une puissance de 245 ch entre 5000 et 6500 tr/min (350 Nm de couple entre 1250 et 4800 tr/min, 161g de CO2/km). Enfin, un 6 cylindres vient chapeauter la gamme (xDrive 35i) avec une puissance de 306 ch (entre 5800 et 6400 tr/min) et un couple de 400 Nm (entre 1200 et 5000 tr/min) pour des rejets de CO2 de 193 g/km. Ces deux moteurs sont associés à une BVA à 8 rapports.

Tous les moteurs essences arborent une injection directe d’essence à haute pression, le calage variable des soupapes à l’admission et à l’échappement (double Vanos) ainsi que la levée variable des soupapes (Valvetronic).

Le nouveau BMW X3 en vidéos

Le spot officiel de présentation :

L’équipe BMW détaille son produit X3 :

Galerie photos

Mercedes dévoile la nouvelle Classe S Coupé

Mercedes dévoile la nouvelle Classe S Coupé

Le plus gros coupé de Mercedes délaisse l'appellation CL pour intégrer la gamme Classe S.

Le plus gros coupé de Mercedes délaisse l’appellation CL pour intégrer la gamme Classe S.

Mercedes cherche à simplifier sa gamme. La marque allemande ne souhaite pas réduire le nombre de modèles et de déclinaisons qu’elle propose (au contraire). Mais elle fait le ménage dans ses appellations. Il y a quelques années, les CLK disparaissaient pour laisser la place aux classiques Classe E Coupé et Cabriolet. Aujourd’hui, c’est le patronyme CL qui passe à la trappe. Le remplaçant du plus gros coupé de la firme germanique intègre plus simplement la famille Classe S. Une façon de faire profiter au modèle deux portes de la bonne image de marque de la berline, référence chez les limousines.

Des optiques avec des cristaux Swarovski !

Mercedes ne s’est cependant pas contenté de supprimer les ouvrants arrière. Tous les éléments de carrosserie sont inédits, même si bien évidemment l’esprit reste le même, avec des lignes galbées, sans agressivité. Si la longueur reste importante, avec 5,03 mètres, la silhouette gagne en fluidité par rapport à celle de la CL. Surtout, l’auto semble visuellement plus fine, grâce à la combinaison de nervures étirées, de surfaces lisses et d’une alternance sur les flancs de formes concaves et convexes.

Par rapport au CL, la ligne gagne en fluidité. L'auto parvient à allier sportivité et élégance.

Par rapport au CL, la ligne gagne en fluidité. L’auto parvient à allier sportivité et élégance.

Très élégante, la Classe S Coupé se veut quand même plus sportive que la berline. En témoigne sa large calandre dotée d’une immense étoile, à la place de la grille chromée à multiples lamelles. Le design de l’auto aurait pu frôler la perfection si Mercedes avait dessiné des optiques moins molles. Preuve que la S Coupé joue dans la catégorie grand luxe, les projecteurs peuvent en option s’orner de 47 cristaux Swarovski. A l’arrière, la caméra de recul est cachée derrière le logo.

Toit vitré en série

A ce niveau de gamme, on apprécie l’exclusivité. Les grosses économies d’échelle qui se voient ne sont donc pas appréciées. Mercedes évite ainsi de reprendre en intégralité la planche de bord de la berline. Il ne faut pas se leurrer, la base est la même, avec un positionnement identique des différents éléments et commandes. Mais en changeant quelques détails de la déco, les designers ont réussi à personnaliser le tableau de bord. L’insert décoratif n’est plus en position centrale.

Les fines optiques horizontales débordent sur la malle, qui intègre un petit becquet et une étoile agrandie.

Les fines optiques horizontales débordent sur la malle, qui intègre un petit becquet et une étoile agrandie.

Il migre au-dessus, dans la continuité des écrans, redessinant du coup la casquette qui surplombe l’ensemble. Le volant est aussi tout nouveau, avec une forme plus classique à 3 branches. Conducteur et passager ne seront pas obligés de se pencher pour attraper leur ceinture de sécurité : un petit bras mécanique l’avancera. A l’arrière, deux personnes peuvent prendre place dans des places bien délimitées. L’habitacle est baigné de lumière par un toit en verre fournit de série. La S Coupé reprend aussi l’affichage tête-haute inauguré par la nouvelle Classe C.

Elle se penche dans les virages

On devrait se sentir comme dans un cocon, parfaitement isolé du monde extérieur. Encore plus si on s’offre le système Magic Body Control, déjà présent sur la S, mais encore amélioré. Doté sur la berline d’une suspension active couplée à une caméra qui détecte les imperfections de la chaussée, il est complété ici par une fonction d’inclinaison dans les virages, comme sur une moto.

La partie centrale de la planche de bord n'intègre plus la baguette décorative. A la place, on trouve un revêtement en cuir.

La partie centrale de la planche de bord n’intègre plus la baguette décorative. A la place, on trouve un revêtement en cuir.

L’accélération transversale qui s’exerce sur les occupants est réduite, les passagers sont mieux calés dans leur siège. La S Coupé démarre sa carrière commerciale avec un V8 4.7 litres de 455 ch, qui développe un couple de 700 Nm ! Mercedes a porté un soin tout particulier au son de l’échappement, avec un système de clapets à commande pneumatique, pour faire varier le bruit. Très rapidement, des motorisations plus et moins puissantes seront proposées. On attend aussi impatiemment la version AMG.

La Classe S Coupé fera ses débuts en public au Salon de Genève et sera commercialisée dans le courant du second semestre 2014. Le prix d’entée attendu sera au moins égal à 130 000 €.

Vidéos de la Classe S Coupé 2014

Voici deux spots présentant le nouveau coupé germanique de luxe :


Galerie photo