Tous les portiques écotaxe recensés sur une carte mise à jour

Tous les portiques écotaxe recensés sur une carte mise à jour

Quasiment chaque mois depuis août 2013, c’est un portique écotaxe qui tombe ! Afin de mieux se rendre compte de l’ampleur de ce dispositif installé sur tout le territoire français et de repérer les potences détruites, voici une carte interactive et mise à jour selon les événements.

Le portique écotaxe de Jans est le dernier dispositif démonté en date (9 janvier 2014)

Le portique écotaxe de Jans est le dernier dispositif démonté en date (9 janvier 2014)

L’année 2014 sera sans doute l’année décisive pour la mise en place ou non de l’écotaxe, une affaire à suivre de très près !

La carte des portiques actualisée en temps réel

A l’heure où sont écrites ces lignes, on compte 149 portiques dont 7 détruits ou démontés.

Source : associationsvisio

2014 : le 1er portique écotaxe est tombé !

2014 : le 1er portique écotaxe est tombé !

Rien ne les arrêtera. C’est ce que l’on peut se dire alors que la protestation contre l’écotaxe a fait de nouveau une victime chez ces fameux portiques (dont on reviendra sur l’utilité !…). C’est dans la nuit du mercredi 8 janvier au jeudi 9 janvier que la dégradation a été réalisée, en Loire-Atlantique (44). Ce département comptait six potences.

Un utilisateur de Twitter poste des photos du 7ème portique éco-taxe abattu depuis le début de la lutte contre cet impôt

Un utilisateur de Twitter poste des photos du 7ème portique éco-taxe abattu depuis le début de la lutte contre cet impôt

Il est environ 2 h 15 du matin, le feu est mis à l’armoire électrique – qui transmet le courant et les données – du portique de Jans, situé à 3 km au sud du bourg sur la RN 137. Le feu s’est rapidement propagé au portique lui-même qui a été démonté tout comme celui de Pontorson à la fin du mois de décembre dernier. Pour rappel, le premier avait été abattu en août 2013 à Guiclan (voir vidéo), en nord-Finistère (RN 12).

Il est fort probable que cet acte soit le résultat d’un opération commandée par les Bonnets rouges qui font front avec le gouvernement depuis des mois. Ces résistants demandent le retrait total de la taxe poids lourd et veulent préserver la gratuité des voies express dans leur région. Une manière aussi de sauvegarder l’emploi.

Affaire à suivre.

Audi Allroad Shooting Brake Concept : du Q1 et du TT ?

Audi Allroad Shooting Brake Concept : du Q1 et du TT ?

Le salon de Detroit débutera lundi prochain et rares sont les nouveautés qui demeurent bien gardées. Dernière en date à « fuiter » sur le web : l’Audi Allroad Shooting Brake Concept qui nous avait été teasée au début du mois de décembre dernier par quatre croquis.

Plus aucun concept ne peut se passer de ces phares au dessin très acéré que les nouvelles technologies permettent. Sous cet angle, l'Allroad Shooting Brake fait presque penser à une A3 coupée qui a été surélevée

Plus aucun concept ne peut se passer de ces phares au dessin très acéré que les nouvelles technologies permettent. Sous cet angle, l’Allroad Shooting Brake fait presque penser à une A3 coupée qui a été surélevée

detroit audi-allroad-shooting-brake-concept

Avec sa calandre massive et anguleuse, ses jantes de 19 pouces, ses protections en plastique « brut » et des barres de toit en alu satiné, l’Allroad Shooting Brake joue la carte du baroudeur urbain pressé

Une « habitude » avant la sortie du coupé TT

Avec ce concept-car Quattro (4×4) qui n’aboutira sans doute jamais sur une commercialisation en série, la marque d’Ingolstadt adresse un clin d’œil pour le style de ses futurs modèles. Est-ce le Q1, le TT 2014 dont on a pu voir l’intérieur high-tech au CES (l’image de l’intérieur est la même à quelques détails près !) ou les deux que veut annoncer l’Allroad Shooting Brake ? En regardant la poupe, on pense tout de suite au coupé compact d’Audi avec ces optiques de feux et ces formes arrondies…

L'habitacle est quasiment le même que celui qui a été présenté pour le TT 2014

L’habitacle est quasiment le même (bouton « start » déplacé…) que celui qui a été présenté pour le TT 2014

Si ce n'est pas un (gros) clin d’œil au TT cet arrière arrondi reprenant des feux stops du TT modifiés !

Si ce n’est pas un (gros) clin d’œil au TT cet arrière arrondi reprenant les feux stops (modifiés) du TT !
La double sortie d’échappement droite gauche nous fait penser qu’Audi indiquera un ensemble thermique et électrique de plus de 200 ch

Pour rappel, la deuxième génération du TT – donc l’actuelle – avait eu également le droit en 2005 à une étude similaire pour l’annoncer.

De l’électrique sous le capot

De profil, le crossover affiche près du passage de roue arrière le sigle « e-tron ». Ce qui signifie que ce concept devrait être une hybride rechargeable tout comme l’A3 Sportback e-tron (commercialisée au second semestre 2014). L’avantage de cette technologie est de profiter de la puissance d’un moteur thermique tout en diminuant la consommation avec le soutient du moteur électrique dont les batteries devraient être installées sous le plancher. Une autonomie d’une cinquantaine de kilomètres en tout électrique permet même d’envisager d’utiliser l’auto comme une 100 % électrique.

Normalement, l'Audi Allroad Shooting Brake ne passera pas la phase de production. Ne disons pas "jamais", tant la gamme de la marque aux trois ne fait que de s'étendre !

Normalement, l’Audi Allroad Shooting Brake ne passera pas la phase de production. Ne disons pas « jamais », tant la gamme de la marque aux trois anneaux ne fait que de s’étendre !

Affaire à suivre, d’autres informations vont être communiquées rapidement.

>> Voici les caractéristiques techniques de l’Allroad Shooting Brake

La mairie de Paris limite le périph’ à 70 : on y roule à 37 km/h en moyenne

La mairie de Paris limite le périph’ à 70 : on y roule à 37 km/h en moyenne

Il s’agit de la deuxième fois que la vitesse du périphérique parisien est abaissée. Après 1993 (de 90 à 80 km/h), ce vendredi 10 janvier 2014 celle-ci se voit encore amputée de 10 km/h. Une exception sur le territoire, la baisse des limitations ayant été évitée. Les raisons invoquées par la maire de Paris ? La pollution de l’air et auditive, ainsi que les accidents. Est-ce bien sérieux ?

Qu'est-ce qui a changé depuis la mise en service du périphérique en 1973 ?

Qu’est-ce qui a changé depuis la mise en service du périphérique en 1973 ?

L’argument des nuisances

Des milliers d’habitations côtoient l’anneau routier qui entoure la capitale. Pour ces personnes, l’axe le plus fréquenté de France doit être supporté au quotidien. C’est bien entendu le bruit qui est en tête des préoccupations de ces habitants. Rouler moins vite ferait moins de bruit, vrai ?

Si l’on considère les bruits de roulement qui proviennent du contact du pneu sur la chaussée, c’est exact. Toutefois, circuler plus lentement demandera de descendre un rapport et bien souvent le régime moteur sera plus élevé et donc plus bruyant. Le Nouvel Observateur est allé tester au sonomètre l’avant et l’après. Résultat : un décibel de moins, autant dire rien ! Et c’est sans compter qu’en roulant sur les 35 km de bitume à 70 km/h au lieu des 80 km/h valables auparavant, ce seront 4 minutes de plus au minimum (voir ci-après l’explication d’un spécialiste des transports) passés sur celui-ci (calculez votre temps perdu avec Le Parisien). Autant de temps supplémentaire à émettre des décibels et polluer… et payer pour ceux utilisant un taxi !

L’argument de la Sécurité Routière

On ne cessera jamais de nous le rabâcher – à force de bourrage on aimerait faire croire des inepties ? –, la vitesse tue et plus on la diminue, plus on sauve de vies. Problème : ces dernières années le nombre de morts a atteint un seuil limite sur la rocade. Les décès sont devenus incompressibles tellement ils sont réduits et malheureusement inévitables devant le flot de véhicules et d’usagers fragiles (motards et scootéristes).

La durée des trajets va progresser, et pas seulement à cause d'une vitesse limite réduite de 10 km/h, la vitesse moyenne va encore flancher

La durée des trajets va progresser, et pas seulement à cause d’une vitesse limite réduite de 10 km/h, la vitesse moyenne va encore flancher

Pire, comme le détaille cet article sur l’accidentologie du périph’ parisien, le trafic ne fait que de baisser tout comme la vitesse moyenne, le nombre de radars a été doublé il y a mois d’un an (drôle de coïncidence !) et les statistiques sur les blessés suivent la tendance inverse ! Cherchez l’erreur !

Nouvelles rentrées d’argent et inefficacité totale attendues

Pour couronner le tout encore deux cabines radar seront installées prochainement pour un total de 18 appareils ! Sur un boulevard où l’on roule à 37 km/h en moyenne, à 44,5 km/h au meilleur moment de la journée, on comprend mieux les raisons de cette modification coûtant 22 500 € HT uniquement pour l’achat des 150 nouveaux panneaux de vitesse (et 100 millions d’euros par an). De quoi donner un coup fouet aux recettes des boîtes à flash qui avaient commencé à moins rapporter. Les voitures radars seront également sur le coup, tout comme la nouvelle Focus mobile mobile !

De plus, la vitesse moyenne des véhicules va continuer à diminuer comme l’explique Rémy Prud’homme, ancien professeur à l’université Paris XII et spécialiste des transports : « par effet de chaîne, les gens qui roulaient jusqu’ici en moyenne à 35 km/h rouleront encore moins vite demain car la moyenne des vitesses va baisser pour tout le monde et il y aura donc mécaniquement plus d’automobilistes sur le périphérique. Si vous roulez à 80 km/h, vous restez moins de temps sur la route que si vous roulez à 70 km/h. Or, plus le temps de parcours s’allongera sur le périphérique, plus la densité de conducteurs y sera importante. ». Que certains disent dans les médias que c’est un apaisement et du stress en moins, on frise la provocation !

Ce sera l’occasion de parler ultérieurement dans un autre billet des solutions qui s’offraient à la place de cette mesure faisant grand bruit pour un résultat positif que l’on cherche toujours !

>> De vraies solutions pour les problèmes du périphérique