Alliance, prise de participation : où va PSA ?

Alliance, prise de participation : où va PSA ?

Depuis le début de la crise économique internationale, PSA Peugeot Citroën souffre de sa trop grande dépendance au marché européen et de son offre peu adaptée, jusqu’à présent, aux attentes des clients chinois. Le groupe s’est alors lancé dans de vastes chantiers pour tenter de survivre.

Intervention de l’Etat

En 2009, Renault et PSA bénéficient d’un prêt de la part de l’Etat à hauteur de 6,5 milliards d’euro sous réserve que les constructeurs s’engagent à maintenir l’emploi. Un an plus tard, PSA annonce la fermeture d’un centre de logistique (Melun-Sénart) et rembourse une partie du prêt par anticipation avant de le solder complètement (tout comme Renault) en 2011.

En 2011, un document est mis à disposition du grand public par les syndicats: il fait état de la fermeture du site d’Aulnay, aussitôt démentie par la direction. La situation ne s’améliore guère pour le groupe et en mars 2012, PSA annonce, à la surprise générale, une prise de participation de 7% par General Motors. Quelques mois plus tard, le sort d’Aulnay sera condamné à la fermeture.

Production C3 Aulnay sous Bois

Dans le cas où le groupe se trouverait dans une situation désespérée, il y a fort à parier que l’Etat interviendrait en dernier recours pour limiter les dégâts (fermetures supplémentaires d’usine, licenciements secs).

General Motors ou l’alliance impossible

L’entrée de GM au capital de PSA reste une surprise. L’américain est en effet en difficulté sur ce marché avec sa marque principale (Opel / Vauxhall) dont la part s’effrite continuellement en Europe (de plus de 10% en 2001 à environ 6,5% en 2013). De plus, Chevrolet (qui ne sera plus commercialisée en Europe en 2016) peine à percer (1,2% de parts de marché).

Dans ces conditions, il semblait improbable que l’alliance de deux blessés puisse donner naissance à deux champions. De fait, si les deux partenaires évoquaient des projets de développement en commun ainsi qu’une centrale d’achat commune, les différents égos ont vite trouvé des terrains de mésentente qui ont fait perdre de précieux mois.

Après deux ans et demi d’alliance, General Motors vient de se retirer complètement du capital de Peugeot. Les deux ex-partenaires se seront tout de même accordés pour la production de certains véhicules en commun : le futur Opel Zafira sera produit dans l’usine Peugeot de Sochaux tandis que la future C3 Picasso sera assemblé à Saragosse dans l’usine Opel. Enfin, au rayon utilitaire, le futur Opel Combo fera cause commune avec le Peugeot Partner et le Citroën Berlingo.

Citroen C3 Picasso

Au total, la synergie entre les deux groupes ne se portera plus qu’à 1,2 milliard d’euros d’ici 2018 au lieu de 2 milliards prévus initialement.

BMW, Ford, Mitsubishi : des voies de garages

PSA avait su, dans le passé, passer des accords stratégiques avec d’autres constructeurs tels que BMW (moteurs essence et diesel 1,6l) et Ford (moteurs diesel 2,0l, 2,2l et V6 2,7l). Ces partenariats étaient alors jugés indispensables pour assurer la survie de PSA Peugeot Citroën. Ils ne connaîtront pas de futur pourtant.

Bild 094

D’autre part, PSA et BMW avaient créé une joint-venture dans le but de développer des technologies hybrides. BMW a finalement racheté les parts de PSA et s’est alors allié avec Toyota.

Enfin, le rapprochement avec Mitsubishi a échoué, faute d’accord financier entre les 2 parties. PSA rebadge actuellement la i-MiEV (voiture électrique) ainsi que l’ASX. Suite à l’intervention de GM et l’accord qu’a signé Mitsubishi avec l’Alliance Renault-Nissan, la iOn et la C0 ne devrait pas avoir de descendance dans l’immédiat. Peugeot se retrouvera donc sans véhicule électrique pour préparer le futur.

Des Chinois au capital ?

Les rumeurs les plus récentes font état d’une prise de participation de Dongfeng, constructeur chinois et allié historique du groupe français en Chine. Toutefois, ces plans pourraient bien être contrecarrés une fois de plus par l’Alliance Renault-Nissan : Renault vient en effet d’officialiser la création d’une co-entreprise avec Dongfeng pour produire dès 2016 des véhicules sur le sol chinois (capacité initiale : 150.000 véhicules par an).

S30??_P9-P10_570X210

Si le constructeur chinois venait à réellement investir dans PSA, ce ne serait pas la première qu’un tel partenariat prend forme : Ford a revendu Volvo en 2010 et depuis, le constructeur suédois a multiplié les investissements (nouveaux modèles – V40, nouvelle plateforme – SPA, nouvelle génération de moteurs essence et diesel) et surtout, il a su garder son identité.

Revente de Faurecia

Si l’arrivée de Dongfeng au capital de PSA venait à échouer, PSA pourrait se voir contraindre de revendre les parts qu’il détient de l’équipementier Faurecia (plus de 57%) pour disposer d’argent frais, comme il l’a fait récemment avec le transporteur Gefco.

La manœuvre s’avèrerait rentable sur le court terme mais pourrait s’avérer très hasardeuse sur le long terme, Faurecia réalisant près de la moitié du chiffre d’affaires de la branche automobile du constructeur et ayant contribué à limiter les pertes du groupe ces dernières années.

Le futur monospace traction BMW surpris en photos !

Le futur monospace traction BMW surpris en photos !

Après un concept baptisé Active Tourer en fin d’année dernière et quelques clichés avec camouflage cet été, c’est le site Worldcarfans qui a mis la main sur le futur monospace BMW entièrement nu. Autre nouveauté, il ne faudrait plus parler de Série 1 GT, mais de Série 2 Active Tourer (code F45) pour la version sept places et de Série 2 GT (F44) pour le modèle avec 5 sièges.

Voici le futur monospace BMW Série 2 Active Tourer dans sa version définitive pour sa commercialisation en au milieu ou en fin d'année 2014

Voici le futur monospace BMW Série 2 Active Tourer dans sa version définitive pour sa commercialisation en au milieu ou en fin d’année 2014. Les photos auraient été prises lors d’un tournage publicitaire

Pour sa première auto réservée à la famille, la marque à l'hélice ne change pas ce qui fait la recette de ses modèles : un avant massif inspiré des SUV et avec la partie basse du bouclier s'inspirant des Série 2 et Série 4. Bien heureusement, les haricots ne sont pas disproportionnés comme sur la Série 5 GT

Pour sa première auto réservée à la famille, la marque à l’hélice ne change pas ce qui fait la recette de ses modèles : un avant massif inspiré des SUV et avec la partie basse du bouclier s’inspirant des Série 2 et Série 4. Bien heureusement, les haricots ne sont pas disproportionnés comme sur la Série 5 GT

Le profil reste assez neutre, mais l'on constate une surface vitrée quelque peu écrasée pour dynamiser l'ensemble

Le profil reste assez neutre, mais l’on constate une surface vitrée quelque peu écrasée pour dynamiser l’ensemble

La plateforme UKL partagée avec la nouvelle Mini ne nous empêche de penser que le constructeur bavarois s'est fortement inspiré du Mercedes Classe B... du moins pour les optiques de feu le doute n'est pas permis !

La plateforme UKL partagée avec la nouvelle Mini ne nous empêche de penser que le constructeur bavarois s’est fortement inspiré du Mercedes Classe B… du moins pour les optiques de feu le doute n’est pas permis !

La première BMW traction serait sous-motorisée ?

En plus de faire tiquer les puristes en adoptant des roues avant motrices, le monospace made by BMW pourrait décevoir également pour son plaisir de conduite. Un argument fort de la marque.

La BMW Série 2 Active Tourer/GT proposera des trois-cylindres essence et diesel pour les plus petits moteurs

La BMW Série 2 Active Tourer/GT proposera des trois-cylindres essence et diesel pour les plus petits moteurs

En effet, lorsque l’on regarde la palette de motorisations attendues, l’entrée de gamme ne sera pas particulièrement véloce… Les blocs essence débuteront à 122 ch pour atteindre 224 ch (225i), tandis que du côté du mazout, l’offre s’étalonnera de 84 à 184 ch (220D).

Une version hybride serait également de la partie ultérieurement.

Et les tarifs ?

Attendu au salon de l’auto de Genève pour être de sortie à la rentrée 2014, l’Active Tourer devra conquérir de nouveaux clients et pour cela le prix d’entrée devrait ne pas être trop corsé – les diverses finitions et options permettront de relever la note –. Avec un peu d’optimisme, on serait tenté d’estimer un prix du neuf débutant à 23 000 €, mais la réalité devrait plutôt se situer autours des 24 000 €.

Récupérez vos points de permis avant qu’il soit trop tard !

Récupérez vos points de permis avant qu’il soit trop tard !

De nos jours sur un trajet Paris-Nice, il est impossible de ne pas croiser un radar ou les forces de l’ordre. Par conséquent, il n’est pas rare de perdre des points ! Cela peut être dû même à un simple petit excès de vitesse (1 point), l’utilisation du téléphone (3 points) ou pire, un feu rouge (4 points) ou après avoir trop bu (6 points).

Moins de six points = permis en danger

Lorsque votre seuil de points sur votre permis de conduire est trop faible (moins de 6 points par exemple), il faut envisager de participer à un stage de récupération de points, en particulier si la conduite d’un véhicule est indispensable pour votre travail.

Les stages de récupération de points de l’Automobile Club Association

Jusqu’à 4 points en deux jours

C’est ainsi que l’Automobile Club Association propose des stages d’une durée de deux jours (20 participants maximum) permettant de récupérer jusqu’à 4 précieux points sur son « papier rose ». Il faut avoir encore un point minimum et ne pas avoir participé à un ces stages durant les 12 derniers mois.

radar automatique autoroute

Des sessions sont organisées dans la France entière (+ de 100 par mois : plus de 150 000 stagiaires sont passés dans les centres). Pour l’automobiliste, c’est la seule solution rapide de ne pas voir son permis annulé suite à une infraction de trop !

Une sensibilisation aux dangers de la route

Fort de son expérience et des professionnels qui l’entourent (formateurs spécialisés en sécurité routière et psychologues), l’Automobile Club propose des stages qui répondent aux exigences légales et suivis par un programme de qualité.

Leur but est de cerner les mauvais comportements et de s’adapter à chaque  participant, que ce soit un grand « rouleur » effectuant plusieurs dizaines de milliers de kilomètres par an, autant qu’un usager de la route occasionnel. Il faut qu’il y ait une prise de conscience des risques par chacun.

Un stage de récupération de points gratuit pour les adhérents !

Les prix proposés par l’Automobile Club Association se situent dans la moyenne nationale. Par ailleurs, les adhérents « auto-zen » (à partir de 66€/an avec beaucoup d’autres services inclus) peuvent bénéficier d’un stage volontaire gratuit si leur permis atteint un seuil inférieur ou égal à six points (trois points pour les permis probatoires) sans être inférieur à un point. Un membre « auto-smile » (à partir de 45€/an) profitera, lui, de 25€ de réduction.

Enfin, l’Automobile Club Association propose également une application mobile et des pages sur les réseaux sociaux, pour suivre et commenter 24/24 les événements liés à l’actualité automobile en particulier et à la mobilité en général.

L’Automobile Club Association, membre de la Fédération Internationale de l’Automobile (FIA) intervient sur tous les sujets touchant à la mobilité, que ce soit au niveau local et national. Il se fait le porte-parole de tous les usagers de la route en dialoguant avec les pouvoirs publics, les constructeurs et les assureurs. Tout cela au quotidien dans le but que les routes soit plus sûres, les voitures plus fiables et que conduire demeure un plaisir et une liberté…

Article sponsorisé

Mercedes Classe C 2014 : officielle !

Mercedes Classe C 2014 : officielle !

Après avoir revu sa limousine, Mercedes s'attaque à sa petite berline, la Classe C. Un peu moins petite car elle prend 10 cm.

Après avoir revu sa limousine, Mercedes s’attaque à sa petite berline, la Classe C. Un peu moins petite car elle prend 10 cm.

Elle a été aperçue tellement de fois sans aucun camouflage ces dernières semaines (brochures scannées, modèles photographiés dans la rue…) qu’on ne peut guère être surpris en découvrant le dessin de la nouvelle Mercedes Classe C ! Même l’habitacle était connu. Mais cette fois, c’est Mercedes qui nous l’avait montré de manière officielle, en guise d’avant-goût (une coutume chez la marque allemande). Quelques équipements avaient été aussi présentés ! Mais alors, on savait tout de la C cru 2014 ?! Pas vraiment, car la technique n’avait pas été évoquée. On va donc commencer par là !

La C adopte le nouveau design Mercedes, très galbé, sans angle droit. L'empattement gagne 8 cm.

La C adopte le nouveau design Mercedes, très galbé, sans angle droit. L’empattement gagne 8 cm.

Trois moteurs pour commencer

Lors du lancement, la gamme sera curieusement limitée. On aura le choix entre trois moteurs : un 1.6 essence de 156 ch, un 2.0 essence de 184 ch et un 2.2 diesel de 170 ch (respectivement C180, C200 et C220 CDI). Mais Mercedes annonce déjà que l’offre s’élargira rapidement, avec à terme cinq blocs quatre cylindres essence, dont le plus puissant fera 238 ch. Les amateurs de six cylindres ne seront pas oubliés avec un modèle de 333 ch. Pour le gazole, trois moteurs supplémentaires sont prévus, de 115, 136 et 204 ch. Les deux premiers sont d’origine Renault. Enfin, pour être complet, précisons qu’une C350 BlueTEC HYBRID sera lancée, dotée d’un quatre cylindres diesel 204 ch couplé à un moteur électrique de 27 ch. Cette version annonce une consommation en cycle mixte de 3,9 litres aux 100 km.

Comme sur l'ancienne génération, deux calandres sont disponibles, l'une classique avec logo en bout de capot, et celle-ci plus sportive.

Comme sur l’ancienne génération, deux calandres sont disponibles, l’une classique avec logo en bout de capot, et celle-ci plus sportive.

De manière générale, grâce notamment à un poids en baisse d’environ 100 kg, la Classe C réduit ses consommations d’au moins 20 %. Tous les modèles sont dotés d’une boîte manuelle à 6 rapports. En option, on peut opter pour la transmission robotisée 7 rapports. La C reste une propulsion mais peut avoir quatre roues motrices, avoir avoir là-aussi payé un « petit » supplément.

Petite Classe S

La C génération W205 commence donc sa carrière avec des moteurs plutôt petits. Normal, c’est une mini Classe S ! On a souvent surnommé la Classe C de cette manière mais il faut avouer que cette fois, Mercedes ne nous laisse pas le choix ! La nouvelle venue est une version réduite de la limousine de la marque, avec la même silhouette, la même forme des feux… On aura toujours le choix entre deux calandres, l’une traditionnelle à fines barrettes chromées et logo en bout de capot, l’autre sportive avec immense étoile. Un pack AMG, qui comprend par exemple un bouclier avant avec de grandes prises d’air, est disponible. La C peut donc adopter une allure sportive et ne sera pas réservée à une clientèle traditionnelle.

C'est vraiment sous cet angle que l'on voit le plus l'inspiration du côté de la Classe S, avec des feux verticaux identiques.

C’est vraiment sous cet angle que l’on voit le plus l’inspiration du côté de la Classe S, avec des feux verticaux identiques.

La génération 2014 gagne près de 10 centimètres en longueur (4,68 mètres), histoire de prendre ses distances avec la nouvelle CLA. L’empattement prend 8 cm ce qui devrait profiter à l’habitabilité, qui n’a jamais été le point fort de la Classe C. Le coffre gagne en revanche juste cinq litres (480 litres). Mercedes a apporté un soin tout particulier à la présentation intérieure. De nombreux détails flattent l’oeil. On retrouve une architecture plutôt classique, avec une console centrale qui se prolonge entre le conducteur et le passager. Dommage que l’écran soit toujours aussi mal intégré.

La planche de bord flatte l'oeil. Dommage que l'écran du GPS soit si mal intégré, sinon on frise la perfection.

La planche de bord flatte l’œil. Dommage que l’écran du GPS soit si mal intégré, sinon on frise la perfection.

La clim mariée au GPS

En vraie Mercedes, la nouvelle Classe C met le paquet sur les technologies. Bonne nouvelle : quelques équipements bien pratiques font partie de la dotation de base, comme la caméra de recul, l’avertisseur de risque de collision avec freinage automatique, le frein de stationnement électrique… Mais sans surprise, la majorité des technologies reste en option. On retrouve ainsi l’assistant au stationnement, la conduite semi automatique dans les bouchons, l’affichage tête-haute, la reconnaissance des panneaux de signalisation… Côté confort, la C inaugure une climatisation couplée au GPS. Lorsque celui-ci détecte un tunnel sur votre trajet, il met en route automatiquement le recyclage de l’air.

Les passagers arrière devraient être un peu plus à l'aise. Le coffre ne gagne que 5 litres, pour un total de 480 litres.

Les passagers arrière devraient être un peu plus à l’aise. Le coffre ne gagne que 5 litres, pour un total de 480 litres.

Pour la France, Mercedes a juste donné le tarif de base des versions essence et diesel. La C180 démarre à 33 950 euros et la C220 CDI à 38 450 euros. L’auto arrivera dans les concessions en mars. Le break suivra très rapidement.

Galerie photo

L’échappement de la Volkswagen Polo R WRC : comme en rallye ?

L’échappement de la Volkswagen Polo R WRC : comme en rallye ?

Suite à l’essai de la Polo R WRC, nous avions pu remarquer que la petite boule de nerf de 220 ch a un comportement relativement sauvage. Serions-nous dans la peau d’un pilote de rallye une fois monté à bord de l’Allemande ?

Capable d’un 0 à 100 km/h en 6,4 s, la Polo R WRC Limited Edition pousse forty !

Capable d’un 0 à 100 km/h en 6,4 s, la Polo R WRC Limited Edition pousse fort !

Les 350 Nm de couple font mouliner le train avant… de quoi pimenter d’avantage la conduite ou plutôt le pilotage !

Les 350 Nm de couple font mouliner le train avant… de quoi pimenter d’avantage la conduite ou plutôt le pilotage !

Et question sonorité à l’échappement ? Le turbo souffle beaucoup, mais à l’extérieur le moteur ne chante pas. Volkswagen compense avec un système artificiel géré électroniquement dans l’habitacle en fonction du régime moteur

Et question sonorité à l’échappement ? Le turbo souffle beaucoup, mais à l’extérieur le moteur ne chante pas. Volkswagen compense avec un système artificiel géré électroniquement émettant dans l’habitacle en fonction du régime moteur

Pour mieux vous en rendre compte, voici quelques minutes de vidéo (à ne pas prendre au sérieux !) du 2,0 l TSI que l’on retrouve également sous le capot d’un Scirocco R (essai) ou d’une Golf 7 GTI (essai). A noter que le micro est placé sur la double sortie, le rendu est donc accentué. N’hésitez pas à augmenter le volume.

[sublimevideo poster= »https://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/12/rallye-vokswagen-polo.jpg » src1= »https://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/12/sonorite-moteur-vw-polo-r-wrc.mp4″ uid= »270bcde7″ id= »270bcde7″ width= »576″ height= »324″]

Plutôt convaincu ?