Ford Edge Concept : futur grand SUV mondial

Ford Edge Concept : futur grand SUV mondial

Ford Edge Concept - 3/4 avant

Le Edge est inconnu dans nos contrées. Mais sa première génération a connu le succès aux USA.

Les nouveautés de l’ovale bleu ont appris à voyager ! Dans le cadre de la stratégie « One Ford », qui consiste à proposer un maximum d’automobiles dites globales, des modèles auparavant typiques d’un continent sont désormais proposés sur la planète entière. L’avantage est que bien souvent les best-sellers des différentes zones géographiques se complètent.

Pour ses modèles compacts, Ford a ainsi privilégié des produits européens, comme la Fiesta ou la Focus. Pour son haut de gamme, les autos américaines sont préférées. Deux produits typiquement US vont ainsi enfin traverser l’Atlantique d’ici deux ans. D’abord, un mythe : la Mustang, dont la prochaine mouture sera dévoilée le 5 décembre prochain. Puis un gros SUV, nommé Edge, annoncé via ce concept qui a fait ses débuts au Salon de Los Angeles.

Ford Edge Concept - Profil

La deuxième génération se fait un peu plus dynamique, avec une lunette plus inclinée et une custode pointue.

Chez nous pas avant 2015

L’Europe devra une nouvelle fois faire preuve de patience tout de même. La version de série de l’engin sera présentée dans quelques semaines. L’Edge numéro 2 sera ensuite lancé sur son marché d’origine avant d’arriver chez nous plusieurs mois après. Il ne faut donc rien attendre avant 2015… Il viendra agrandir l’offre de SUV Ford qui comporte l’EcoSport et le Kuga.

S’il est destiné au monde entier, le futur Edge garde un style très américain, avec sa grande calandre aux épaisses barres chromées. Les optiques sont entièrement composées de LED. Ceux qui connaissent le modèle verront que c’est la poupe qui change le plus, moins typée break. Les formes sont plus anguleuses, avec des feux horizontaux qui débordent sur le hayon et qui sont reliés entre eux. Ils remontent aussi sur les flancs, où l’on remarque une vitre de custode pointue, qui ressemble à celle de la Lexus RX. Evidemment, lors du passage à la série, on oubliera les éléments typés concept : les jantes immenses, les poignées de portes quasi inexistantes…

Ford Edge Concept - Feux arrière

La poupe se fait plus anguleuse. Les feux désormais horizontaux sont reliés entre eux.

Haut de gamme Vignale en prévision

A l’intérieur, on remarque une planche de bord au dessin proche de celle du dernier concept S-Max. La console centrale sur deux niveaux, avec en partie haute un écran tactile 10 pouces entouré de grands aérateurs. Concept oblige, Ford a soigné la présentation avec un tableau de bord en partie recouvert de cuir perforé et de nombreux éclairages indirects bleutés. Ces éléments pourraient être conservés sur la version haut de gamme de l’Edge, nommée Vignale.

Aucun commentaire n’a été fait sur la partie technique. Pour en savoir plus à ce niveau, il faudra attendre la révélation du modèle de série… puis du modèle adapté à l’Europe. On en sait en revanche plus sur les dernières innovations embarquées par l’engin. Ford s’est lancé dans une course à la technologie depuis la naissance de la dernière Focus, et cela n’est pas prêt de s’arrêter visiblement.

Ford Edge Concept - Habitacle

La planche de bord est dans la lignée des dernières productions de Ford, avec un design moins caricatural. L’ambiance manque de chaleur.

Il se gare vraiment tout seul

On trouve en premier lieu un stationnement tout automatique. Il s’appuie sur le système semi-automatique Ford Active Park Assist pour se garer d’une simple pression sur un bouton et même de l’extérieur à l’aide d’une télécommande. Il fonctionne grâce à des capteurs à ultrason, capables de repérer une place perpendiculaire, et permet aussi de laisser le véhicule sortir seul d’un emplacement étroit avant de s’installer au volant.

Autre progrès : un meilleur dispositif d’évitement d’obstacles, qui peut déclencher une alerte lorsqu’il détecte un obstacle lent ou fixe devant. En l’absence de réaction du conducteur, il freine et braque automatiquement pour éviter une collision. On trouve aussi une direction adaptative, pour faciliter les manœuvres, tout en préservant de bonnes sensations de conduite à vitesse soutenue.

Ford Edge Concept - 3/4 arrière

L’Edge coiffera la gamme Ford en Europe d’ici 2015. Il pourrait inaugurer des équipements inédits.

Subaru WRX 2014 : nouveau raté…

Subaru WRX 2014 : nouveau raté…

Subaru WRX 2014 - 3/4 avant

La nouvelle WRX prend ses distances avec l’Impreza. Dommage qu’elle n’en profite pas pour avoir plus de personnalité.

Cette fois, Subaru doit vraiment arrêter de faire des concepts. Ils sont beaux mais sources de désillusions. Le mot est fort mais juste. Il y a un gouffre énorme entre les prototypes de la marque japonaise et les véhicules de série qui en découlent. La dernière née de la firme asiatique illustre une nouvelle fois ce malheureux principe : la WRX définitive n’a rien à voir avec le show-car vu à New York en avril.

On oublie le concept

Ce dernier nous avait mis l’eau à la bouche avec une silhouette athlétique de coupé quatre portes, toute en muscles. La WRX de série est une sage berline à coffre qui semble être passée par la case tuning. Fort dommage, d’autant plus que l’auto a souhaité pour la première fois se détacher de l’Impreza avec une carrosserie presque totalement inédite. Pourquoi donc ne pas avoir fait quelque chose de plus… sexy ? Subaru a semble t-il voulu que la WRX reste une familiale. Subaru insiste d’ailleurs sur les 2,5 cm en plus de l’empattement au profit des jambes des passagers arrière…

Subaru WRX 2014 - Profil

Prise d’air sur le capot, ailes gonflées, jantes noires, prises d’air agrandies… Il y a quand même tout ce qu’il faut pour faire une bonne sportive.

Le dessin extérieur est presque fade, malgré l’omniprésence d’appendices sportifs. A ce niveau, on remarque les incontournables, comme la large prise d’air sur le capot, les ailes avant gonflées, les quatre sorties d’échappement ou encore le petit becquet attaché à la malle. La proue adopte les derniers codes en vogue chez Subaru : une calandre hexagonale verticale, des optiques avec un « C » chromé à l’intérieur… A bord, service minimum. On retrouve un habitacle d’Impreza avec quelques changements sans surprise : pédalier alu, sièges plus enveloppants, volant avec méplat.

Subaru WRX 2014 - Intérieur

Un air de déjà vu à l’intérieur. Normal, c’est la planche de bord de l’Impreza avec quelques modifications : sièges sport, pédalier alu…

Tradition oblige : transmission intégrale et moteur à plat

Niveau technique, on retrouve les ingrédients inévitables d’une bonne Subaru : transmission intégrale et quatre cylindres essence à plat. Doté d’un turbo, ce 2.0 développe 268 ch. Le bloc est associé au choix à une boîte de vitesses manuelle à 6 rapports ou à une transmission à variation continue. Celle-ci offre plusieurs modes de fonctionnement, dont un manuel à 8 rapports, avec des palettes au volant. Aucun chiffre de performance n’a été communiqué. On nous promet plus d’efficacité au volant grâce à une caisse rigidifiée.

Dans quelques semaines, Subaru présentera la version plus épicée de la WRX, la STI, qui dépassera les 300 ch.

Subaru WRX 2014 - 3/4 arrière

C’est sous cet angle que l’on voit le plus de différences avec le concept. D’ailleurs, pour faire simple : le modèle de série n’a rien à voir.

>> Une vidéo de la bête évoluant sur des spéciales de rallye en terre battue est à découvrir ici.

>> La WRX STI pour encore plus de puissance !

Nouvelle Mini 2014 : toujours plus maxi !

Nouvelle Mini 2014 : toujours plus maxi !

Si la Mini gagne près de 10 cm en longueur par rapport à sa devancière, ses concepteurs n’ont pas souhaité révolutionner la Mini. Ils ont cherché, au contraire, à s’appuyer sur ses valeurs fortes telles qu’un comportement routier proche de la conduite d’un karting et un style fidèle au modèle originel.

nouvelle-Mini-Cooper

Carrosserie

Pas question de révolution, le style de la nouvelle Mini doit rester immédiatement identifiable à une Mini. De fait, si les proportions évoluent, la nouvelle Mini garde les code stylistiques propres à la marque, à savoir : des phares avant de formes ovoïdes cerclés de chrome, des feux arrières rectangulaires et verticaux eux-aussi entourés de chrome, une calandre en nid d’abeille (Cooper S), les montants de carrosserie noirs au niveau des vitrages et le toit de couleur contrasté.

Mini-Cooper mk3

En option, l’éclairage extérieur peut être réalisé à partir exclusivement de LED (phares avant, feux arrière, antibrouillards, éclairage diurne) avec adaptation automatique de la lumière en fonction des conditions de circulation.

Mini-Cooper 2013

L’aérodynamique de la carrosserie fait un net progrès avec un Cx désormais de 0,28 contre 0,35 à la génération précédente (surface frontale non communiquée).

Dimensions

La nouvelle Mini a donc gagné 98 mm en longueur par rapport à la Mini 2. Afin de garder des proportions équilibrées, le nouveau modèle gagne aussi 44 mm en largeur. La hauteur progresse de 7 mm, une augmentation relativement faible par rapport aux deux précédentes lui confère une silhouette plus trapue que le modèle précédent. Au final, la nouvelle Mini mesure 3,81 m de long (3,85 m pour la Cooper S), 1,73 m de large et 1,41 m de haut.

tous les modeles mini

En matière d’empreinte au sol, l’empattement progresse de 28 mm et les voies avant et arrière sont élargies de respectivement de 42 mm et de 34 mm. Des valeurs qui devraient améliorer la stabilité intrinsèque de la nouvelle Mini, elles pourraient à l’inverse dégrader la maniabilité, une des caractéristiques marquantes de la Mini. Toutefois, des réglages châssis adéquats doivent préserver un bon compromis entre ces deux valeurs antinomiques.

Grâce à ses dimensions en hausse, l’habitabilité fait un bond notable : le coffre propose désormais 211 litres (contre  160 l précédemment). Les occupants bénéficient également d’un espace accru. L’accès aux places arrières est facilité, passagers arrières qui profiteront d’une assise plus longue de 23 mm et d’une plus grande largeur aux épaules.

Motorisations

Exit les collaborations avec Chrysler, Toyota et plus récemment avec PSA. Mini utilise désormais ses propres moteurs et ils exploitent amplement les technologies de la maison-mère BMW. Toutes les motorisations (au nombre de 3 au lancement de la nouvelle Mini) sont conformes aux futures normes d’émissions Euro 6.

capot-Mini-Cooper

Tous les moteurs sont d’ailleurs équipés de la technologie TwinPower de BMW, à savoir le recours à la suralimentation (via turbocompresseur), l’injection directe de carburant, le calage variable des soupapes à l’admission et à l’échappement (double VANOS) ainsi que la levée variable des soupapes (Valvetronic).

La transmission aux roues avant de la Mini se fait via une boîte manuelle à 6 rapports. Lors d’un changement de vitesse, le moteur adapte automatiquement le régime moteur pour un meilleur confort de passage notamment lors des rétrogradages.

Optionnellement, elle peut être équipée d’une boîte automatique à convertisseur à 6 rapports elle-aussi. Accouplée au système de navigation, la boîte automatique adapte sa loi de passage des vitesses en fonction du profil de la route. Quelle que soit la motorisation choisie, la boîte automatique conserve les mêmes démultiplications, optimisées pour la Cooper S. Seul le rapport de pont change pour pallier les différences de couple entre les motorisations.

L’offre de Mini (Cooper) démarre en essence avec un moteur 3 cylindres développant 136 ch (entre 4.500 et 6000 tr/min) de 1,5 l de cylindrée. Il affiche un couple de 220 N.m (jusqu’à 230 N.m temporairement) de 1.250 à 4.750 tr/min. Ainsi motorisée, la nouvelle Mini accélère de 0 à 100 km/h en 7,9 secondes (7,8 secondes avec la boîte automatique) et atteint la vitesse maximale de 210 km/h. En matière d’émissions de CO2, elles se portent à 105 g/km (boîte de vitesses manuelle) ou 109 g/km (boîte automatique).

bloc moteur mini cooper 2014

La Mini Cooper S est équipée d’un 4 cylindres de 2l de cylindrée. Il développe une puissance 192 ch de 4.700 et 6.000 tr/min et un couple de 280 N.m (300 N.m de manière temporaire) entre 1.250 et 4750 tr/min. Elle accélère de 0 à 100 km/h en 6,8 secondes (6,7s en boîte automatique) et sa vitesse maximale est de 235 km/h (233 km/h avec la boîte automatique). Les émissions de CO2 sont de 133 g/km (boîte manuelle) ou 122 g/km (automatique).

Enfin, la Cooper D cache sous son capot un 3 cylindres diesel 1,5l équipé d’un turbo à géométrie variable et d’une rampe d’injection commune dont la pression peut atteindre 2.000 bars. Il dispose d’une puissance de 116 ch à 4.000 tr/min et d’un couple de 270 N.m à 1.750 tr/min. La D accélère de 0 à 100 km/h en 9,2 secondes et atteint la vitesse de 205 km/h (204 km/h avec la boîte automatique). Ses émissions de CO2 se limitent à 92 g/km en boîte manuelle et 98 g/km en boîte automatique sur le cycle d’homologation.

Tous les moteurs sont associés à un (petit) réservoir de 40 litres, capacité identique à la précédente génération.

Châssis

Le châssis de la Mini reste fidèle au principe de l’essieu avant de type Macpherson à l’avant et de l’essieu arrière multi-bras. Grâce à l’emploi d’aluminium et d’acier à haute limite élastique pour les éléments de suspensions, la Mini contient son poids par rapport à la génération précédente.

Fidèles à la réputation de la marque, les équipes de développement se sont attachées à conserver les caractéristiques d’agilité et de maniabilité de la nouvelle Mini. De fait, il ne faudra pas attendre de la nouvelle Mini plus de confort de suspension par rapport à la génération précédente. Les ingénieurs ont mis la priorité sur les sensations de conduite.

ordinateur de bord nouvelle mini

En option, la nouvelle Mini peut être équipée d’un amortissement variable piloté.

Tableau de bord

La nouvelle Mini fait sa révolution ! Le grand cadran central, trônant toujours fièrement en haut de la console centrale, n’affiche désormais plus la vitesse (ni la jauge à carburant). Cette présentation était devenue obsolète et il était temps pour la marque anglaise de la faire évoluer.

L’instrument central est désormais entouré d’un anneau éclairé par des LED. Capable de produire 6 couleurs différentes, elles ont une fonction informative. Par exemple, en association avec le radar de recul, elle passeront du vert au rouge selon la proximité d’un obstacle.

Au milieu de l’anneau central prend place, en option, un écran de 8,8 pouces. Les commandes type cockpit d’avion sont naturellement conservées (commandant notamment l’éclairage intérieur ou la désactivation de l’ESP).

compteurs tableau de bord mini 2014

L’indicateur de vitesse, le compte-tours et le niveau de carburant sont désormais positionnés de manière classique, en face du conducteur. En option, la Mini peut être équipée d’un affichage tête haute.

affichage tete haute mini cooper 2014

Prix et date de sortie

Pour cette troisième génération, Mini ne perd pas de temps à dévoiler ses tarifs. Ainsi, le prix d’entrée pour l’achat d’une Mini Cooper reste inchangé à 19 950 €. Bonne nouvelle, pour la Cooper D, le prix tombe à 21 600 €, soit une baisse de 250 €. Même constat pour la version haut de gamme Cooper S affichée pour 24 750 € au lieu de 25 000 €. Du côté des équipements, rien n’a encore été communiqué, mais une Audi A1 est moins compétitive à motorisation équivalente.

habitacle nouvelle mini

Pour ce qui est de sa commercialisation, la nouvelle Mini est attendue au printemps 2014.

Galerie photo