Citroën Cactus : l’anti-superflu arrive

Citroën Cactus : l’anti-superflu arrive

Le modèle de série sera proche de ce concept. Evidemment, il aura des fenêtres ! Les jantes seront aussi moins imposantes, les rétroviseurs plus grands ...

Le modèle de série sera proche de ce concept. Evidemment, il aura des fenêtres ! Les jantes seront aussi moins imposantes, les rétroviseurs plus grands …

Certains risquent d’être déçus en découvrant ce modèle. Car on a vite tendance à surnommer la Cactus « la 2CV du 21ème siècle ». Sauf que ceux qui rêvent d’un retour de la mythique Deuche découvriront en 2014 un petit SUV urbain, très proche de ce concept-car, qui n’a donc rien à voir avec la reine des campagnes. Si on peut se permettre un parallèle entre la Cactus et la « 2 pattes », c’est uniquement au niveau du positionnement de l’auto, où la volonté est de faire simple mais pas triste.

On vit dans une époque où la clientèle se partage de plus en plus en deux. D’un côté, on a ceux qui veulent se faire plaisir et se montrer avec une belle auto, chic et technologique. Pour ça, Citroën a les DS. De l’autre, on a ceux qui cherchent une voiture basique qui les amène d’un point A à un point B. Genre Dacia. Et là, Citroën n’a rien à proposer. Mais les choses vont changer. La marque aux chevrons met au point une nouvelle génération de modèles « C » qui vont descendre en gamme de façon assumée. Ce ne sera pas du low-cost mais presque. Jusqu’à maintenant, Citroën parlait d’essentiel. Mais il a lui même gommé ce mot de son vocabulaire. Il était un peu trop péjoratif car beaucoup l’associaient à dépouillé.

Pour son premier modèle sans superflu, Citroën a choisi un SUV compact, rival des Renault Captur et Peugeot 2008. Côté prix, il sera placé entre ces derniers et un Duster.

Pour son premier modèle sans superflu, Citroën a choisi un SUV compact, rival des Renault Captur et Peugeot 2008. Côté prix, il sera placé entre ces derniers et un Duster.

Simple mais pas basique

Et ce n’est pas ce que veut faire Citroën. Car comme le montre ce concept-car, la Cactus ne fera pas l’impasse sur tous les équipements modernes, avec par exemple un écran tactile pour remplacer de nombreuses commandes. L’idée de la marque, c’est de gommer le superflu. Ce dont on peut facilement se passer. Les friandises de Big Brother, comme les surveillances et alertes en tous genres, devraient donc être oubliées, tout comme quelques éléments de confort pas vraiment indispensables, comme les vitres arrière électriques.

La simplicité doit se voir dans le design aussi. Très fluide, avec des surfaces sans agressivité, sans rupture. On remarque ainsi les ailes dessinées dans le prolongement du capot. On retrouve les derniers codes de Citroën, comme les optiques séparées en deux éléments, avec une fine barre de diodes en position verticale. On ne sait pas si l’engin de série gardera des signatures lumineuses aussi soignées. En revanche, l’aspect flottant du montant C sera gardé. On retrouvera aussi les imposantes protections en plastique.

Sous les quatre optiques et sur les flancs, on trouve des éléments en plastique qui renferment des capsules d'air, nommées Airbump, pour amortir les petits chocs.

Sous les quatre optiques et sur les flancs, on trouve des éléments en plastique qui renferment des capsules d’air, nommées Airbump, pour amortir les petits chocs.

Des protections innovantes

Celles-ci inaugurent une technologie inédite : elles enferment des petites capsules d’air qui amortissent les petits chocs. Pour suivre la mode de la personnalisation, ces éléments seront proposés en différentes couleurs. A bord, la priorité a été de donner de l’espace aux passagers en réduisant le volume de la planche de bord. Pour cela, la boîte à gants est en partie haute, repoussant l’airbag passager dans le montant de pare-brise et le levier de vitesse a été remplacé par des boutons sur la console centrale, qui n’est pas rattachée au plancher. On aime l’idée de la banquette à l’avant, qui devrait être conservée.

Citroën a voulu dégager l'espace pour que les occupants se sentent à l'aise. La planche de bord se fait donc aérienne. Elle semble dépouillée mais tous les éléments de confort de base sont là.

Citroën a voulu dégager l’espace pour que les occupants se sentent à l’aise. La planche de bord se fait donc aérienne. Elle semble dépouillée mais tous les éléments de confort de base sont là.

Le superflu, il se gomme aussi au niveau de la technique. En clair, la gamme des motorisations sera réduite pour ne pas perdre du temps et de l’argent dans la mise au point de versions peu vendues. Les gros blocs essence turbo seront donc oubliés. La puissance maximale d’une Cactus devrait tourner autour des 110 ch. L’auto devrait quand même avoir droit à des moteurs modernes, notamment les futurs 3 cylindres 1.2 THP. La base ne sera pas celle, modulaire, du nouveau Picasso. Pas un souci pour Citroën qui confie que du moment que l’auto est efficace en termes de consommations et d’émissions de C02, le client ne fait pas attention à la base utilisée. Le gabarit sera proche du concept, qui mesure 4,20 mètres de longueur.

La hauteur du modèle de série sera volontairement réduite, autour d'1,55 mètre, afin de ne pas trop nuire aux consommations. Car la Cactus devra être économique à l'achat et à l'usage.

La hauteur du modèle de série sera volontairement réduite, autour d’1,55 mètre, afin de ne pas trop nuire aux consommations. Car la Cactus devra être économique à l’achat et à l’usage.

Un jour de révélation pas choisi au hasard

L’auto de série sera dévoilée le 5 février 2014. Une date qui n’a pas été choisie au hasard puisqu’elle correspond au jour d’anniversaire de la naissance du fondateur de la marque, André Citroën. Ce sera aussi a cette occasion les 5 ans du label premium DS. La Cactus de série, qui devrait être rattachée à la gamme C4, fera ses débuts en public à Genève et sera ensuite commercialisée avant l’été prochain.

Nissan X-Trail 2014 : retour en beauté

Nissan X-Trail 2014 : retour en beauté

On efface tout et on recommence. Le nouvel X-Trail adopte l'allure d'un crossover, avec un air plus citadin, sans protection en plastique.

On efface tout et on recommence. Le nouvel X-Trail adopte l’allure d’un crossover, avec un air plus citadin, sans protection en plastique.

C’est ce qu’on appelle l’ironie de l’histoire. Le X-Trail avait vu ses ventes fondre suite à l’arrivée des Qashqai court et long. A tel point qu’on le pensait condamné. Et pourtant, en 2013, l’engin doit son salut au crossover compact de la firme japonaise ! Explications.

Si Nissan n’a pas décidé d’abandonner totalement les carrosseries classiques (il prépare en ce moment une nouvelle compacte rivale directe de la Golf), il veut proposer un maximum de crossovers en complément suite au véritable succès du Qashqai. Et il y avait un trou entre ce dernier et le Murano. La version 7 places « +2 » du premier le comblait partiellement mais Nissan souhaitait placer un vrai modèle. Et ce rôle a été attribué à la 3ème génération de X-Trail, qui délaisse donc l’allure de baroudeur pour une silhouette plus urbaine et plus sportive. Typé famille, le nouveau venu poussera vers la sortie le Qashqai +2 et permettra à Nissan de proposer un Qashqai 5 places plus dynamique, dans la veine du Juke.

Cette troisième génération a été préfigurée par le concept Hi-Cross vu à Genève en mars 2012.

Cette troisième génération a été préfigurée par le concept Hi-Cross vu à Genève en mars 2012.

Plus élégant, plus américain

On oublie donc tout des anciens X-Trail. Le nouveau est plus chic, plus moderne et prouve à merveille qu’avec quelques traits simples on peut obtenir une jolie silhouette. L’engin ne fait pas dans l’outrancier ni dans les excès et sait pourtant se montrer séduisant avec des formes équilibrées. Le nouvel X-Trail est international : il sera aussi vendu aux Etats-Unis sous l’appellation Rogue.

Le nouvel X-Trail n’est pas l’engin le plus original qui soit mais son allure est très agréable avec des lignes équilibrées, sans fioritures.

Le nouvel X-Trail n’est pas l’engin le plus original qui soit mais son allure est très agréable avec des lignes équilibrées, sans fioritures.

Et l’influence américaine se ressent dans le design, surtout au niveau de la poupe, avec des volumes solides. L’épaisse barre chromée autour du logo à l’avant fait aussi très USA. Une nervure partant du capot, contournant le montant de pare-brise et soulignant le vitrage latéral donne du relief au profil, tout comme les passages de roues marqués.

Le premier X-Trail 7 places

Il est dommage de voir Nissan ne pas faire des efforts pour le dessin de la planche de bord. La marque qui cherche à donner un côté fun a ses crossovers pourrait proposer un poste de conduite plus dynamique. Le succès du Peugeot 3008, avec sa planche de bord digne d’une sportive, prouve que le client est attentif à ce genre de détail. Ici, on a du classique, sans originalité.

On est un peu déçu par cette planche de bord, sans grande originalité. On aurait aimé quelque chose de plus sportif.

On est un peu déçu par cette planche de bord, sans grande originalité. On aurait aimé quelque chose de plus sportif.

Comme on l’a dit plus haut, le X-Trail séduira les familles. En option, il pourra proposer deux sièges supplémentaires dans le coffre. Les trois rangées de sièges sont implantées à des hauteurs différentes pour que les passagers puissent bien voir le paysage. Pour favoriser l’accès à la banquette centrale, mais aussi l’installation des jeunes enfants, les portes arrière s’ouvrent à près de 90 °. Les sièges de la deuxième rangée sont coulissants et inclinables. L’habitabilité progresse grâce à un empattement allongé et à des sièges conducteur et passager creusés. Ceux qui aiment se faciliter la vie opteront pour le hayon électrique. Dans le coffre, on trouve un plancher réglable sur deux niveaux.

Pas de miracle, les 6ème et 7ème places seront réservées à des petits gabarits… qui ne seront pas très à l’aise. Cela dépannera.

Pas de miracle, les 6ème et 7ème places seront réservées à des petits gabarits… qui ne seront pas très à l’aise. Cela dépannera.

Côté équipements, pas d’innovation. Le X-Trail millésime 2014 reprend les friandises vues sur les modèles récents de Nissan, comme le Note. On retrouve la dernière génération du système de navigation NissanConnect, qui donne accès à tout un ensemble d’applications allant des plates-formes de réseaux sociaux au divertissement via un écran tactile 7 pouces. On retrouve aussi les fonctionnalités de Google avec par exemple la fonction Send to car : le conducteur planifie son itinéraire depuis sa maison avant de l’envoyer d’un clic à la voiture. Le système est associé à la fonction Bluetooth et à des prises USB et AUX.

Entre les sièges avant : la molette du système All-Mode 4x4-i, qui gère la transmission intégrale.

Entre les sièges avant : la molette du système All-Mode 4×4-i, qui gère la transmission intégrale.

La nouvelle base technique du groupe

Le nouvel X-Trail a l’honneur d’inaugurer la nouvelle plate-forme modulaire CMF de l’Alliance Renault-Nissan, qui sera reprise par toutes les autos du losange des gammes moyenne et haute (de la Mégane à l’Espace). Pour l’instant, Nissan est resté muet sur les motorisations qui équiperont l’engin. On aura le choix entre des versions traction ou quatre roues motrices, avec le système « All-Mode 4×4-i » qui offre le choix entre trois modes de fonctionnement : deux roues motrices, Auto et Lock (transmission intégrale permanente).

Le nouvel X-Trail sera commercialisé en Europe en juillet 2014, mais aucune date précise n’a été communiquée. Quant à son prix, les tarifs devraient débuter aux alentours des 29 000 €.

[MAJ] : Nouveau Nissan X-Trail : un seul moteur et tarifs en baisse