Morgan Three Wheeler : essai de la moto-voiture des Anglais

Morgan Three Wheeler : essai de la moto-voiture des Anglais

Qui a dit que les véritables voitures à sensations disparaissaient du paysage automobile ? Nos voisins les Anglais, connus pour leurs idées parfois loufoques, nous prouvent que les gros jouets sur quatre roues (ou plutôt trois ici) existent encore ! Démonstration.

Morgan ThreeWheeler : mi-voiture, mi-moto

Pour comprendre la naissance de ce modèle, il faut remonter aux origines du constructeur Morgan. Lors de sa création en 1910, Morgan Motor se fait spécialiste des véhicules à moteur sur trois roues.

La Morgan Three Wheeler est une auto qui vaut le détour pour tout amateur de voitures rétro et authentiques

La loi britannique taxait les véhicules selon le nombre de roues. Le tricycle est donc un bon compromis entre une moto peu pratique et une automobile classique qui sera onéreuse en impôts.

Totalement décalée, la Morgan 3 Wheeler est sans surprise une production anglaise !

Avec ses 490 kg sur la balance, le bolide franchit le 0 à 100 km/h en 4,5 secondes !

Ce n’est qu’en 1953 que la marque commercialise des modèles avec quatre pneus.

Il à noter que ce tricycle est homologué en tant que deux roues… le permis A est donc requis pour le conduire !

La Morgan 3 Wheeler est donc un clin d’œil au passé et permet de fêter avec honneur le centenaire de l’entreprise créée en 1910.

Un bicylindre en V de 120 chevaux

Au chapitre mécanique, la MTW tient de l’univers de la moto car son moteur bicylindre de 1,8 l et 115 ch badgé S&S vient droit de chez Harley Davidson. La boîte de vitesse est à 5 rapports et est d’origine Mazda.

La Three Wheeler garde son affection au passé avec un poste de pilotage anachronique avec ses références à l’aviation

Proposant deux places dans un châssis en acier, une structure en bois, une coque en aluminium pour moins de 500 kilos, cette auto est une véritable bouffée d’air dans ce monde de supercars bling-bling !

Son prix

Il ne semble pas vraiment déterminé, mais il s’approche des 40 000 € une fois la conversion faite des livres sterling vers l’euro.

Les deux pots d’échappement envoient des watts ! La bête est capable d’atteindre les 185 km/h en vitesse de pointe

Vendu à quelques centaines d’exemplaires, il s’agit assurément d’un modèle coup de coeur qui n’a pas de mal à trouver ses acquéreurs.

L’essai de la Three Wheeler par Caradisiac

Pour profiter de l’agréable son du « bi » et découvrir un peu plus l’engin, voici la prise de contact en vidéo d’un heureux et chanceux conducteur !

La production de la Lada 2107 se termine trente ans après

La production de la Lada 2107 se termine trente ans après

Née au début des années 80, la Lada 2107 est celle que certains surnommaient la « Mercedes russe ». Il s’agit d’une version plus haut de gamme de la 2105 qui permis de gagner une calandre chromée plus valorisante, un intérieur revu et plus confortable avec de nouveaux sièges notamment, ainsi qu’un nouveau tableau de bord mieux agencé.

Trente années de carrière pour la 2107

La Lada 2107 s'arrête après trente années de production sans grandes modifications. Un modèle de stabilité !

Sa présentation a eu lieu fin 1981 pour une commercialisation en mars 1982 en Russie et en 1983 pour l’Europe.

De petits moteurs sous son capot

Du côté de la fiche technique, la VAZ-2107 fût équipée de blocs quatre cylindres de 1 300 cm3, 1 500 cm3, 1 600 cm3 et 1 700 cm3. Cela donne une puissance comprise entre 64 et 84 chevaux pour un couple allant de 92 à 137 Nm. Pour l’anecdote, les services secrets soviétiques ont même utilisé une version équipée d’une motorisation à pistons rotatifs.

La berline russe se distinguait par une mécanique demandant un entretien plus régulier que la moyenne

La 2107 a même failli être restylée en 2007 ou 2008. Elle en avait besoin ?

La berline d’Avtovaz était une propulsion aidée d’une boîte de vitesse de 4 puis 5 rapports pour un poids de 1 010 à 1 060 kg. Il ne fallait pas s’attendre à des records de performance comme l’auto atteignait les 145-155 km/h en vitesse de pointe et le 0 à 100 km/h était réalisé en 16 à 18 secondes.

Une autonomie réduite de 350 kilomètres

La Lada 2107 n'était pas un modèle de frugalité mais cela ne lui empêcha pas d'être longtemps en tête des ventes et d'être offerte aux anciens combattants et de parcourir les circuits sous des versions plus musclées

De toutes façons, le petit réservoir d’essence de 39 litres avec une consommation moyenne de 10 l/100 km n’invitait pas à la conduite rapide d’autant plus que les amortisseurs n’étaient pas des plus confortables pour les passagers de la voiture.

La production sera stoppée cette semaine

Rustique, la Lada 2107 avait ses adeptes mais les ventes en chute libre ces dernières années conjuguées à l'arrivée de Renault l'on fait disparaître définitivement en 2012 de Russie alors qu'elle avait quitté la majorité des pays du Vieux Continent en 1994

Vendue autour des 5 000 €, le prix de la Lada 2 107 était devenu son seul argument de vente alors que sa conception était archaïque.

Galerie photo