La firme britannique d’ingénierie et de sport automobile Ginetta a annoncé qu’une équipe rejoindra avec deux de ses nouveaux prototypes LMP1, le Championnat du Monde d’Endurance 2018 (WEC)

Le prototype étant toujours en développement, il devrait peser environ 60 kilos de moins qu’une LMP2. S’agissant de la partie motorisation, en voilà une bonne surprise puisque le moteur proviendra d’une entreprise française, de quoi faire plaisir à certains ! En effet, il s’agit de la firme Mecachrome, moteur qui devrait atteindre une puissance de 800 chevaux.

 

Des nouveaux arrivants mais aussi des départs…

 

Le championnat du monde d’endurance garantira donc en 2018 au moins trois équipes engagées en LMP1. N’oublions pas que Porsche raccrochera à la fin de la saison qui est en cours pour rejoindre une discipline toute nouvelle pour eux : le championnat Formula E (sans oublier les 6 heures de Fuji qui se déroulent actuellement au Japon). Certaines rumeurs courent comme quoi, il serait possible que d’autres écuries rentrent dans la course en LMP1… Suspens ! Rendez-vous dans les prochains mois pour avoir des réponses à nos attentes.

 

Le départ de Porsche et une refonte totale de la réglementation des LMP1 d’ici 2020 !

 

Suite à la décision de Porsche ayant déclaré quitter le championnat du monde d’endurance pour la Formule E, les organisateurs du WEC, l’ACO et la FIA, ont été contraints de réviser de manière significative la catégorie LMP1. Des nouvelles règles, qui vont changer les choses « provisoirement » jusqu’à ce qu’un nouveau format soit introduit pour la saison 2020, verront l’introduction d’une seule spécification LMP1 au lieu du double format actuel qui représente les voitures hybrides et non hybrides.

 

Vers une égalité des chances pour la saison 2018

 

En effet, le prototype LMP1 de la Ginetta bénéficiera des règles dites « d’équivalence de technologies » instaurés par la FIA qui consistent à garantir pour chaque équipe, le même potentiel de performance et ce indépendamment du groupe motopropulseur. Néanmoins les équipes bénéficiant d’un groupe motopropulseur hybride comme Toyota auront un léger avantage en raison d’une consommation de carburant qui sera logiquement plus faible

Il faut noter ici que la  bonne nouvelle réside dans le fait  qu’être compétitif ne nécessitera plus d’énormes budgets, ce qui laisse présager peut-être l’arrivée de nouvelles équipes dans la catégorie LMP1 en 2018.  « Les budgets investis ces dernières années dans les LMP1 hybrides ne sont plus durables et un retour à des budgets raisonnables devrait permettre à tous les constructeurs de concourir dans cette discipline », indique un communiqué de l’ACO et de la FIA.

Rappelons que Porsche mène actuellement la saison 2017 avec ses pilotes Earl Bamber, Timo Bernhard et Brendon Hartley.

Ginetta LMP1