Il y a quelques semaines de cela, Abcmoteur s’est rendu dans les locaux de Peugeot Sport pour aller à la rencontre de son directeur Bruno Famin et découvrir le 2008 DKR 2016 sous tous les angles. Ainsi, à mi-parcours de cette nouvelle édition du Dakar 2016, la septième étape venant de s’achever,  c’est le constructeur au lion qui domine ! Alors coup de chance ou stratégie bien ficelée ? On vous dit tout !

Des changements nécessaires avec la mise en place d’importants moyens logistiques, matériels et humains !

Après une édition 2015 du Dakar mitigée, Peugeot n’avait pas le droit à l’échec cette année, même si le constructeur est resté très modeste quant à une possible victoire de Peugeot en Amérique du Sud. « On met tout de côté, on prend une feuille blanche et on recommence », c’est dans cet esprit-là que le département Peugeot Sport a voulu palier aux erreurs du passé.

Tout commence par une tout nouveau buggy : après de mauvais choix techniques, Peugeot Sport décide de repartir à zéro avec le développement d’un tout nouveau buggy qui rappelons-le était beaucoup trop lourd et beaucoup trop compact, le 2008 DKR posait de nombreux problèmes aux pilotes qui en prenaient le volant et ce sur de nombreux terrains avec un souci d’adaptabilité. Le buggy part sa conception et sa mécanique était imprévisible, partait à la dérive et pouvait parfois même partir en tonneau.

Peugeot 2008 DKR16 Dakar 2016-4

2016, année du retour du 2008 DKR sur les pistes d’Amérique du Sud et cette fois-ci, tous les problèmes rencontrés auparavant ont été rayés de la liste ! En effet, si l’on compare les deux buggy avec un an d’intervalle, on pourra très largement se rendre compte que ce ne sont plus du tout les mêmes, tout a changé et ça se ressent sur les résultats ! Un 2008 DKR à la sauce 2016 avec une silhouette qui s’est élargie, des masses mieux réparties sur l’ensemble du véhicule et on notera une cure qui aura permis au 2008 de perdre pas moins de 350 kilos, impressionnant non ? De plus, selon les rumeurs colportées par les autres concurrents, on évoque une vitesse de pointe supérieure de 20 km/h, tout cela permis par les 350 chevaux du nouveau 2008 DKR de chez Peugeot Sport !

Michelin dans le coup !

En effet, l’échec de 2015 a aussi eu des répercussions pour le constructeur et partenaire sochalien Michelin. Là aussi tout a été revu à la hausse et tout est nouveau. Structure, dessins et gommes qui sont totalement différentes de celles de 2015. Ce partenariat permet au 2008 DKR une fois chaussé de ces nouveaux pneus d’obtenir des résultats bluffants en ce qui concerne la tenue de route de celui-ci, mais aussi en ce qui concerne le comportement du buggy sur des pistes boueuses.

Peugeot 2008 DKR16 Dakar 2016-5

Une équipe de choc !

Et qu’en dire… On retrouve Stéphane Peterhansel que l’on pourrait aisément surnommer « l’homme du Dakar » avec ses 11 victoires ou encore Carlos Sainz qui est une légende du WRC tout comme notre cher Sébastien Loeb, le « touche-à-tout »  (WTCC,  GT, WRC…) qui a su montrer son impressionnant niveau d’adaptation quelque soit le terrain et/ou la compétition puis l’on retrouve en retrait, le pilote Cyril Despres.

Sébastien Loeb et Bruno Famin

Sébastien Loeb et Bruno Famin

Un budget sans commune mesure…

Il faut tout de même souligner que les 2008 DKR sont exploités par le constructeur lui-même lorsque les concurrents tels que les Mini et Toyota sont placées et développées sous des structures privées. Ainsi, nul ne peut se confronter à la marge de manœuvre d’un constructeur, ni au budget conséquent de celui-ci. En effet, on parle d’un budget de plus de 20 millions d’euros qui serait consacré au programme « rallye-raid » de Peugeot. On peut largement estimer que le coût d’un 2008 DKR dépasse le million d’euros.

Des moyens conséquents et… un peu de chance ?

C’est la question que l’on peut se poser en regardant la carte du Dakar 2016 où en théorie les quatre motrices seront plus à l’aise la première semaine et rencontreront un peu plus de difficulté par la suite. Cependant, on peut remarquer que dans la pratique les Peugeot ont tiré leurs épingles du jeu grâce à des pistes rapides, très peu sinueuses. On peut alors se demander, si, avec des routes sinueuses, tortueuses ou encore montagneuses, les 2008 DKR auraient pu atteindre les mêmes résultats ?

Peugeot 2008 DKR16 Dakar 2016-6 Peugeot 2008 DKR16 Dakar 2016-3

Fini de faire la mauvaise langue, il ne s’agissait ici que d’un point de vue et tout en restant objectif, Peugeot a su faire les bons choix,  c’est indéniable ! L’expérience des pilotes en est aussi pour quelque chose, mais il faut aussi accorder une pensée aux co-pilotes et on pense déjà, au duo de choc Sébastien Loeb / Daniel Elena qui malgré les difficultés rencontrées à l’étape 6 et 7 continuent à repousser les limites.

Le classement des dix premiers à la 7ème étape