Renault qui à la mi-septembre avait annoncé par une lettre d’intention, la volonté de rachat de l’écurie Lotus F1 Team a confirmé dans un communiqué officiel récemment le rachat de celle-ci (lire  : Renault sera impliqué en Formule 1 à 100 % en 2016). Le prix du rachat, lui, reste insolite…

Un livre sterling…

Un livre sterling soit 1 euros et 35 centimes, voilà pour combien Renault s’est offert l’écurie Lotus, classée sixième sur dix au classement constructeur selon les comptes de l’écurie anglaise.

Romain Grosjean lors du Grand Prix du Canada (crédit photo)

Romain Grosjean lors du Grand Prix du Canada (crédit photo)

La bonne affaire pour Renault ?

L’écurie Lotus F1 Team avait un avenir incertain en tant qu’écurie indépendante, mais cette somme symbolique montre l’impatience des anciens propriétaires de l’écurie, la priorité étant de renflouer les dettes et de permettre à l’équipe de reprendre un nouveau départ. Renault a racheté à ce prix, 90 % de l’ex-team Lotus, les 10 % restants aux mains du fonds d’investissement hollandais Genii Capital et plus précisément par la filiale Gravity Motorsports.

Il faut néanmoins rappeler que Renault avait déjà vendu son écurie de F1 en 2011 au même fonds d’investissements hollandais (Genii Capital), néanmoins la marque était restée très présente en tant que motoriste.

Une toute nouvelle organisation !

Le nom de l’écurie, la structure complète de management, les sponsors et partenaires et tous les autres détails spécifiques à la création de l’écurie Renault seront annoncés en février à Paris selon les dires du constructeur dans son communiqué de presse. Dans l’attente de cette organisation nouvelle, deux directeurs intérimaires ont été nommés. Il s’agit de Jérome Stoll en tant que président et Cyril Abiteboul en tant que directeur général. Le constructeur a d’ailleurs annoncé qu’après la conférence qui sera tenue en février, la team sera prête en temps et en heure, les équipes techniques travaillant et réalisant des progrès de jour en jour sur la voiture qui sera parée pour les essais à Barcelone fin février. Cependant, Carlos Goshn a tenu à souligner que la marque au losange sera totalement opérationnelle en F1 d’ici 3 ans.