Pneu hiver Michelin Alpin 5 ou pneu été : quelle différence ?

Le Michelin Alpin 4 est sur le marché depuis maintenant trois ans. Le fabricant de pneumatiques français ne se repose pas sur les bons résultats obtenus par son pneu hiver dans les divers comparatifs, puisque Abcmoteur a déjà pu tester son remplaçant : l’Alpin 5.

test pneu hiver alpin 5

Alpin 5 : le nouveau pneu hiver Michelin

Pour le Bibendum, il n’est pas question de faire de compromis. C’est sous la signature “Michelin Total Performance” que le développement technologique des nouvelles gommes est réalisé. La marque s’engage à améliorer l’ensemble des compétences de son pneu – mêmes celles qui sont antagonistes : adhérence VS faible résistance au roulement par exemple – et cela signifie donc que l’Alpin 5 est au moins du même niveau que l’Alpin 4 quand il ne le supplante pas. Des performances en progrès sont à noter sur sol mouillé et sol enneigé, puisqu’en moyenne la gomme s’arrête respectivement 5 et 3 % plus court (tests externes de TUV Süd et IDIADA).

pneu hiver michelin alpin 5 205-55-16

Le Michelin Alpin 5

Par rapport à la génération précédente, l’Alpin 5 se distingue visuellement par une bande de roulement avec un profil en V plus marqué et la technologie Stabiligrip favorisant motricité sur revêtement neigeux et l’évacuation de l’eau. L’entaillement y joue également en augmentant de 17 %. Enfin, le mélange Helio Compound 4G offre plus de flexibilité à la gomme et donc un meilleur grip.

circuit essai ladoux michelin

Avant de juger de l’efficacité de cette nouvelle génération de pneus hiver, nous avons (re)découvert l’historique de l’entreprise clermontoise.

L’Aventure Michelin

Entre les débuts de l’entreprise fondée par deux frères Michelin (André et Edouard) en 1889 et 2014, le développement de la firme originaire de Clermont-Ferrand a connu un certain nombre d’étapes marquantes. Dans le musée baptisé “L’Aventure Michelin” s’étalant sur une surface de 2 000 m2, un guide passionné par son sujet nous a emmené à la découverte d’un des fleurons de l’industrie française.

batiment musee aventure michelin

plus gros pneu du monde michelin

Le plus gros pneu du monde pèse plusieurs tonnes et est fabriqué par Michelin. Il est à destination des engins de chantier Caterpillar et coûte environ 30 000 €

Michelin n’est pas l’inventeur du pneu (il s’agit de Dunlop), mais lorsqu’un cycliste anglais leur rend visite à l’usine avec un pneu crevé, il en découlera l’invention du pneu démontable par l’entreprise en 1891. Par la suite, les progrès n’ont cessé d’apparaître au fil des ans et la fabrication de l’enveloppe en caoutchouc devient de plus en plus complexe.

voiture eclair michelin

La première voiture sur air est appelée l’Eclair, car elle avançait en zigzaguant

tests resistance enveloppe pneu

Différentes matières ont été testées pour renforcer le pneu et limiter les crevaisons

voiture electrique jamais contente

En 1899, la voiture électrique “Jamais contente” dépasse les 100 km/h en pneus Michelin

On retiendra une série d’innovations comme le 1er pneu pour voiture à chevaux en 1894, le 1er pneu automobile en 1895, le 1er pneu Confort poids lourd en 1926, le 1er pneu pour chemin de fer en 1929, le 1er pneu à toile métallique en 1938, le 1er pneu radial en 1949, le pneu Energy en 1992, le Pax System (pneu indéjantable pour rouler en cas de crevaison) en 1996, …

anciennes cartes papier michelin

Avant le GPS, il y avait les cartes dépliantes !

citroen ds allongee michelin

Cette Citroën DS allongée (avec deux V8 Corvette dans le coffre !) avait pour nom le “millepattes” à cause de ses multiples roues dont plusieurs pour camion à l’intérieur. Le but était de tester ces pneus à haute vitesse

differents pneus michelin

Quelques exemples de pneus Michelin. De droite à gauche : A380, camion de chantier, voiture, moto, vélo et même basket !

Michelin a su aussi se diversifier dans le tourisme dès 1900 (guide rouge), la signalisation (bornes, panneaux, …) et la navigation routière (cartes, GPS, …) et même la production d’avions pendant la guerre. La très bonne communication marketing de la firme a aussi joué un rôle important.

Trois ateliers pour appréhender le nouveau Michelin Alpin 5

Lorsque l’on discute pneu hiver, il y a souvent beaucoup de confusions comme celle de croire qu’il s’agit de gommes pour aller essentiellement sur la neige, notamment en allant aux sports d’hiver. Ainsi, on se demande si il est réellement utile de s’équiper alors que la neige ne fera peut-être jamais son apparition.

Avec l’Alpin 5, même si son appellation “Alpin” peut laisser penser qu’il est réservé à la montagne, on profite d’un niveau de sécurité accru sur une “route blanche” (verglas, neige, pluie, …), comme sur une “route noire” (sol sec).

piste detrempee

Par conséquent, ce dernier offrira un grip supérieur à un pneu été quelle que soit l’adhérence offerte par la chaussée du moment que les températures sont hivernales (inférieures ou égales à 7° et même légèrement au-dessus). Alors que selon l’université de Dresde, 57 % des accidents de la route en hiver arrivent sur sol sec, l’utilité de se chausser en pneumatiques adaptés selon la saison est bien effectif.

Afin de s’en rendre compte par nous-même, le manufacturier nous convie sur le site de Ladoux, piste d’essai privée de Michelin. Trois exercices différents attendent l’Alpin 5 par une température d’environ 8 degrés.

Atelier 1

Pour ce premier atelier, il s’agit de comparer la distance de freinage entre un pneu hiver et un pneu été. Pour effectuer le test, nous lançon une Volkswagen Golf V à 70 km/h au régulateur. Il faut freiner à fond à partir d’un point précis (balise circulaire noire).

Dès les premiers essais, la différence apparaît : entre 3 et 4 mètres séparent les deux types de monte en faveur de l’Alpin 5.

Atelier 2

Ici, nous nous rendons sur un grand circuit surnommé le “canard” à cause de son tracé ressemblant à l’oiseau aquatique. Le but est de se rendre compte de la différence de grip apportée par un pneu hiver, notamment en courbe.

Nous partons donc avec des Renault Megane III. Si avec l’Alpin 5 il faut forcer le trait pour réellement déraper et sentir la voiture se dérober avant que l’ESP intervienne pour éviter le tête à queue, avec des gommes estivales la glisse est beaucoup plus prononcée, l’ESP est sollicité rapidement. On peut perdre la direction et tirer tout droit. Pour piloter en s’amusant ce n’est pas un problème, mais si c’est lors d’un freinage d’urgence dans un virage, l’écart ou pire, la perte de contrôle, sera nettement moins drôle.

Atelier 3

Le dernier atelier consiste à casser une idée reçue comme quoi chausser deux pneus hiver sur les roues motrices (à l’avant pour une traction, soit la majorité du marché auto français) est toujours mieux que de rouler entièrement en pneumatiques été.

Pour cela, nous avons deux Peugeot 308 II. Une est équipée en Alpin 5 et la deuxième garde ses pneus été uniquement à l’arrière. Nous nous engageons sur une piste circulaire – que l’on pourrait comparer à un grand rond-point – offrant peu d’adhérence. A peine nous atteignons les 30 km/h que déjà la monte mixte (hiver + été) révèle un comportement peu sécurisant. En effet, le train arrière dévie et avec 10 – 15 km/h de plus, soit moins de 50 km/h (!), c’est une glisse sans fin que l’ESP s’efforce de corriger ! En désactivant le correcteur de trajectoire, il est impossible de faire un tour complet sans se rater.

Avec les quatre roues en Alpin 5, on peut atteindre les 50 km/h avant de ressentir les premiers dérapages et qui sont, pour le coup, bien plus progressifs et donc gérables pour le conducteur.

Bonus

En guise de final, des pilotes d’essai Michelin nous ont emmené à bord de BMW Série 3 335i (306 ch, propulsion) pour un baptême pour le moins sportif et orienté drift sur le circuit en forme de canard. Bien entendu, les berlines sont équipées d’Alpin 5 ! Un vrai moment de plaisir !


  • 8 Responses

    1. chris17f

      Bravo pour ce test très révélateur.
      Quid de la durée de vie entre un pneu été Michelin et le alpin 5 si on le monte en permanence sur une voiture.
      Merci

      Répondre
      • Adrien

        C’est simple :
        - le pneu été s’use plus vite l’hiver
        - le pneu hiver s’use plus vite l’été

        Répondre
    2. Lu

      Quid tout de même de l’endurance et la durée de vie de ce type de pneus s’ils sont utilisés toute l’année, notamment sous les fortes chaleurs estivales ? Car à mon avis, la limite pour rouler ainsi équipé toute l’année se situe là.

      Répondre
    3. Guillaume Darding

      Je serai curieux de voir ce que donne la comparaison en terme de distance de freinage avec un pneu plus avenant comme un Premacy (voire un Pilot Sport) plutôt qu’un Energy Saver dont la principale motivation est la réduction de la résistance au roulement et de la consommation et non les performances.

      @chris17f et Lu, en matière de durée de vie, la gomme plus souple et la structure en lamelle font que les pneus hiver s’usent plus vite. Garder à l’esprit aussi qu’en dessous de 4mm de profondeur, les pneus hiver ne sont plus efficaces sur la neige et autres (et plus autorisés dans les pays qui exigent la monte d’un pneu hiver).

      Ensuite, un pneu été a de meilleures performances en terme de freinage notamment lorsque la température augmente par rapport aux pneus hiver.

      Dernier point: les pneus hiver sont généralement plus consommateurs de carburant pour atteindre près de 0,3l/100km dans les cas les plus défavorables.

      Répondre
    4. Guillaume Darding

      Excellente idée que d’avoir fait ce test avec une monte hybride pneus été / pneus hiver. C’est une idée reçue qui persiste malgré les années ! Je pense que la confusion vient du fait que pour les chaînes, on ne les monte que sur les roues qui passent la puissance au sol…
      Je pense qu’à terme, la question ne se posera plus car la réglementation imposera une monte homogène entre les essieux avant/arrière: c’est déjà le cas dans certains pays. Ce sera plus clair pour les automobilistes.

      Répondre
    5. Blogpneu

      Excellent article Adrien ! merci d’avoir fait la vidéo sur le test en 2 et 4 pneus hiver. On voit clairement la différence, chose qui est difficile à faire comprendre aux automobilistes.
      Jonathan.

      Répondre
    6. amanda

      Merci pour ces informations, il est toujours préférable d’avoir d’excellents pneus ainsi qu’une bonne voiture pour partir en vacances!

      Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié.