Une fois la commande passée, il faudra patienter environ 10 mois (temps estimé à l’heure actuelle) pour prendre possession du véhicule.

Note : cet article est le deuxième de la sortie Koenigsegg dont le troisième est « Baptême de piste en Agera » et le premier « On a visité l’usine Koenigsegg…« .

vue panoramique de la chaîne de montage

Ce délai n’est pas le fruit du hasard ou dû à une trop forte demande, mais au contraire, d’une part, parce que chaque voiture en fabrication est déjà vendue, donc sur commande, et est une pièce unique, et d’autre part, parce qu’assemblée entièrement à la main, elle est l’objet de toutes les attentions, où le temps est pris pour soigner tous les éléments.

le bloc moteur v8

Le moteur, pièce maitresse chez Koenigsegg, est soigné dans les moindres détails.

La chaine de montage se décompose en 7 modules et le travail est effectué par moins d’une trentaine d’ouvriers.
Il n’y a qu’une seule chaine de montage, qui permet d’assembler tous les modèles, quels qu’ils soient.
Quel gain de place !

Nous avons suivi le parcours de fabrication d’une Agera (Agir en suédois).

1/ Fabrication des coques en carbone

Le châssis monocoque en alu nid d’abeille et carbone, est fabriqué en Angleterre.

la caisse brute reçue d'angleterre

La caisse nue (avec réservoir intégré) pèse seulement 70 kg !

a. Réception des caisses

les coques de koenigsegg agera

Les caisses, tout en fibre de carbone, arrivent dans les entrepôts d’Ängelholm, en provenance d’Angleterre.

b. Assemblage de la carrosserie

Les ouvrants, boucliers et tous les divers composants de la carrosserie sont montés à blanc, afin de vérifier les ajustements, procéder aux rectifications si nécessaire et apporter les touches personnelles, à la demande du client, comme la perforation des fixations de l’aileron selon le modèle choisi, etc…

Pour un ouvrier débutant, il y en a pour 2 à 3 semaines de travail ici !

2/ Peinture & Personnalisation

les couleurs chez koenigsegg

L’original nuancier, gainé d’alcantara coordonné, présenté dès l’entrée de l’usine, propose les différentes couleurs disponibles.

La personnalisation est une des étapes la plus importante dans la fabrication de l’Agera, et qui fera que votre modèle sera un exemplaire unique !

la teinte des pièces de carrosserie

L’atelier peinture, où chaque pièce reçoit de nombreuses couches de peinture et/ou vernis, selon les désidératas du client.

Plus de 4 000 points de personnalisation sont disponibles. Si vous souhaitez apporter une touche supplémentaire, non proposée au catalogue, comme l’apposition d’un motif particulier, ou pourquoi pas, comme ce client chinois*, votre nom/prénom/pseudonyme, cela est tout à fait possible, moyennant finance.
*Il nous a bien évidemment été interdit de prendre cliché de ce modèle.

les initiales d'un acheteur

Cet autre client chinois, a fait apposer exclusivement ce monogramme personnalisé ! (à ce jour, ce véhicule est bloqué en douanes sur le territoire chinois)

Amusez-vous via le site internet, à configurer la voiture selon vos goûts, grâce à un échantillon de couleurs et de possibilités : http://www.koenigsegg.com/models/agera/
Comptez 1 semaine, de préparation et de peinture, rien que pour le capot avant !

3/ Productions des pièces de carbone…

En parallèle, les pièces intérieures, d’accastillage et mécanique en carbone, sont fabriquées.
Des patrons servent à la découpe dans des rouleaux de fibres de carbone, pour ensuite épouser des moules en négatif et ainsi être cuits, emballés sous vide, dans un four spécial. Pour une coque de phare par exemple, comptez environ 14h de cuisson.

atelier pour découper le carbone

Les pièces en fibre sont d’abord découpées dans de grandes feuilles de carbone, puis moulées & cuites en four autoclave. Ici, les moules pour les phares au premier plan, à côté les pipes d’admission.

l'optique gauche de l'agera

Le phare en place, au regard si particulier, participe à la signature du design de l’Agera.

Simultanément est effectué le travail du cuir, notamment pour le volant, dont différents grains sont proposés.

le volant de l'agera fait sur mesure

Le client peut choisir, non seulement la couleur, mais aussi le grain du cuir qui recouvrira son volant !

4/ …du moteur, boîte & assemblage…

Le V8 5 litres bi-turbo de conception maison, dont le bloc est également coulé en Angleterre exclusivement pour Koenigsegg, est assemblé sur place, ainsi que la boite, issue de la technologie de la Formule 1. Ce moteur bénéficie de la technologie Flex Fuel, c’est-à-dire une utilisation de 2 carburants… L’essence et le bioéthanol, qui permet d’augmenter encore le rendement tout en diminuant la consommation ! En conduite mixte, seulement 14,7 l/100 et 12,5 sur autoroute !

les réservoirs d'une ccxr

Ici les bouchons de remplissage, véritables œuvres d’art également, d’une CCXR. Notez celui de liquide de refroidissement

Un des secrets de la puissance des moteurs Koenigsegg réside dans la Pression Moyenne Effective (PME), qui atteint les 28 bars dans l’Agera, quand dans une autre sportive, elle est en moyenne à 17 !
Le seul employé assigné à l’assemblage des moteurs, met environ 2 semaines par exemplaire.

le moteur koenigsegg

Le V8 maison, délivrant 960 ch dans sa version la « moins » puissante !

A noter également, le fait que le moteur ne repose sur aucun silentbloc en caoutchouc. Le tout est monté sur support rigide !

le châssis du moteur

La structure « cage » qui accueillera la boite 7 rapports, et supportera le moteur sur cette face.

…puis des trains roulants

Les essieux sont assemblés au cours de la 4ème étape.

la coque interieure

L’arrivée de la coque au 4ème poste, avant le montage des trains, du pare-brise et de l’ensemble motopropulseur.

Le train avant utilise également une technologie issue de la Formule 1, la double triangulation. L’Agera possède les plus longs «wishbones» parmi les super-sportives actuellement en production, ce qui permet de plus amples réglages de trains et plus précis encore.

l'avant de la voiture

Ici le train avant, en cours de montage, sera ensuite accouplé à la structure de la voiture. Remarquez la longueur des «wishbones».

Les disques de freins en céramique, de 392×36mm à l’avant et 380×34mm à l’arrière (!), issue de l’aéronautique, permettent à la voiture de ralentir de manière considérable… Jugez plutôt :

  •       0-200 km/h 8.0 sec, 0-200-0 km/h 13.5 sec (soit le 200-0 km/h en moins de 6 sec !)
  •       100-0 km/h – 30.5m
un etrier de frein et son disque

L’imposant système de freinage est une fierté de la marque de par ses capacités !
Notez la taille de la plaquette ! (pour rappel, ? du disque 39,2 cm)

5/ Montage sur châssis

Ici, l’auto restera plus de 2 semaines, où seront montés le groupe motopropulseur, le bloc avant, tous les branchements électriques, etc…
C’est aussi ici qu’aura lieu le premier démarrage !

l'agera en construction

Pas moins de 3 semaines seront nécessaires pour assembler les éléments du module N°5.

6/ Pose des éléments de carrosserie

Enfin, la carrosserie prend place dans son intégralité, les derniers ajustements sont effectués, les portières, au mécanisme révolutionnaire, sont installées, le coffre à bagages à l’avant (permettant d’y loger également le hard-top) d’une capacité de 130L est aménagé & habillé, ainsi que l’intérieur, capitonné de toutes parts, le tableau de bord et enfin les roues, équipée de pneus hautes performances spécifiques, Michelin Pilot Super Sport, seuls capables de résister à plus de 400 Km/h !

structure d'une portiere

Le mécanisme d’ouverture de portières, totalement inédit, grâce à un système de vérins et d’engrenage.

informations de securite sur l'ouverture des portes

Remarquez où se situe la serrure. Notez la mise en garde d’ouverture de porte affichée sur la tranche de la portière.

la qualite de finition

On retrouve, jusque dans le très joli capitonnage intérieur en surpiqure, les losanges présents sur les armoiries de la marque !

les compteurs eteints

Le bloc d’instrumentation, ici éteint, est rétroéclairé lorsqu’allumé, et configurable à loisir !

differents affichages de l'instrumentation

Deux exemples de configurations possibles.
Constatez les différents emplacements de chaque voyant, les couleurs, l’épaisseur des aiguilles, etc…

les informations sur le comportement de la voiture

Incroyable ! L’écran central, contient, entre autre, un capteur de « g », et permet donc des relevés télémétriques !
En outre, l’Agera est capable d’infliger à ses passagers des accélérations jusqu’à 1 ,6 g !

les differents types de roues

Plusieurs modèles de jantes sont disponibles. Le gain de poids passe aussi & surtout par les masses non suspendues. L’allègement des jantes nécessite également l’usage du carbone, pour atteindre un poids record pour cette taille. C’est même marqué dessus !

le passage de roue

L’Agera est chaussée de redoutables Michelin Pilot Super Sport en 345/30-20 à l’arrière & 265/35-19 à l’avant !

les aerations au niveau des feux ar

Tout est pensé pour avoir une fonction précise, comme par exemple les (magnifiques) feux à diodes, dont le centre, évidé, contribuent au refroidissement du moteur !

7/ Contrôle Qualité

Pour l’homologation, l’Agera a dû évidemment subir divers contrôle de sécurité et notamment des crash-tests. Devant le coût de l’opération et le nombre de véhicule à fournir pour cet exercice, Koenigsegg a utilisé un seul véhicule pour ses CT, au lieu de 26 au moins, habituellement !

Enfin avant la livraison, chaque détail est vérifié, et Christian, en personne, y jette un œil aussi !

une koenigsegg agera à côté d'un batiment de la marque

Une fois terminée & passé les derniers contrôles de qualité, l’auto est prête à être livrée à son client.

Enfin, pour faciliter ses voyages, chaque client peut faire l’acquisition d’un coffre de toit profilé exclusif Koenigsegg !

le coffre de toit de l'agera coute cher !

Pour ne pas perdre en efficacité & en style, le coffre en carbone est aérodynamique. + 20 000€ la pièce quand même !

Pour lire la suite : Baptême de piste en Agera