Si l’on vous pose la question suivante : « Est-ce que posséder une voiture coûte moins cher aujourd’hui qu’hier ? ». D’emblée, on répond à l’unanimité que de nos jours il n’a jamais été aussi onéreux de rouler : entretien, assurance, carburant, taxes diverses, péage, … la liste est longue ! Et pourtant…

l'évolution des prix et des revenus entre 1981 et 2011

Laquelle de ces deux périodes est la plus avantageuse ?

L’automobile fait bien partie du top 3 des postes de dépenses des ménages français avec 15,7 % du budget qui y est alloué  (l’alimentation 16,8 % et le logement 16,2 % selon l’Insee). Toutefois, le contribuable profite de la démocratisation de ce bien de grande consommation (à l’image de la télévision, l’électroménager, l’informatique, …), car les prix baissent.

Pour arriver à ce constat, il faut regarder le temps de travail nécessaire à l’acquisition d’un véhicule neuf. Et si l’on se penche sur les 30 dernières années, le prix a bien augmenté, mais si l’on traduit le prix de vente en nombre d’heures travaillées (en tenant compte du salaire moyen de l’époque), une Renault est devenue bien plus accessible à l’achat.

Ainsi, si l’on compare le pouvoir d’achat en 1981 (pour une Renault 5 de base 34 ch) à celui de 2011 (pour une Clio 1,2 l 75 ch Alizé), on obtient :

Année19812011
Modèle Renault 5 L (3 P)Renault Clio 1,2 l 75 Alizé (3 P)
renault5renault clio 3 alize
Prix
4 314 € (28 300 francs)9 990 €
Salaire
6,3 mois nécessaires4,9 mois nécessaires
Salaire moyen687 € 2 029 €

Voici donc le piège dans lequel il ne faut pas tomber ! Ce n’est pas parce que le petite citadine au losange coûtait deux fois moins cher par rapport à celle qui se vend aujourd’hui, qu’elle était plus accessible, loin de là ! Et c’est sans compter que l’automobile a fortement progressé : équipements de sécurité (ABS, ESP, airbags, …), de confort (climatisation, GPS, …), habitabilité en hausse tout comme les performances…

Seulement, il y a un hic, car oui avoir une auto c’est bien un coût loin d’être négligeable, et dont le montant ne cesse de progresser. Ainsi, si devenir propriétaire d’une voiture n’est relativement pas difficile, les problèmes arrivent lorsqu’on chiffre l’argent demandé pour s’en servir. Quand on sait que dans les ateliers les tarifs ont plus que doublé depuis trente ans et que le prix des pièces détachées explose, on tient déjà une partie des coupables… Et c’est sans compter sur les finances nécessaires pour l’essence ou le diesel qui ne cessent d’augmenter. On ajoute à cela une bonne couche de taxes, et le tour est joué, l’industrie automobile européenne voit rouge !