Le site taïwanais Autonet a dévoilé des images de ce qu’il affirme être la quatrième génération de Toyota Prius. Verdict ? Le design est encore plus déroutant que sur les anciennes.

Mi-cyborg mi-pachyderme

Je ne sais pas ce qui se passe dans la tête des designers à qui l’on commande de dessiner une voiture hybride ou électrique pour le grand publique, mais bien souvent ils semblent pris d’une folle inspiration futuriste. La nouvelle génération de l’iconique hybride de Toyota ne déroge pas à la règle.

Toyota Prius IV hybride

Commençons par la proue, la partie la plus disgracieuse de la voiture selon moi. Les phares triangulaires extrêmement agressifs (ils ressemblent à ceux de la Nissan 370Z, inversés) ne se marient pas très bien avec un pare-choc se terminant en pointe. On pourrait même parler de museau tant le logo Toyota fait penser à une truffe soulignée par deux entrées d’air singeant des moustaches. De ce point de vue, la Toyota Prius Plug-in Hybride (elle est rechargeable, ce qui n’est pas le cas sur la version classique) est beaucoup plus convaincante : l’avant est plus conventionnel mais garde une identité visuelle qui lui est propre. Les optiques fines et étirées, un peu à la manière de la Honda NSX, confèrent une vraie prestance à la berline.

Toyota Prius IV plug in hybrid

De profil, les deux versions semblent identiques. Et si la ligne ne choque pas, la ceinture de caisse haute ne joue pas spécialement en faveur du dynamisme. L’allure générale est assez pataude et les roues paraissent minuscules dans cet ensemble. L’arrière est plus familier avec une vitre en deux parties et des feux cristal verticaux. Vous me reprocherez sûrement beaucoup de médisance et vous m’opposerez l’argument massue : « on achète rarement une Prius pour son look ». Certes. Il n’empêche, j’aimerais bien que toutes les voitures électriques ou hybrides soient aussi belles qu’une Tesla Model S. Pourquoi ? L’électrique n’est plus un futur lointain, c’est une technologie très actuelle que de plus en plus de constructeur s’efforcent de rendre abordable. Conférer à ces modèles un design dans l’ère du temps me semble logique et aiderait peut-être quelques clients hésitants à franchir le pas. On peut vouloir rouler plus propre sans pour autant le clamer haut et fort !

vue 3-4 arriere Toyota Prius IV hybride

Un peu plus puissante

L’actuelle Prius offre 136 chevaux de puissance cumulée. Si l’on en croit Autonet, la puissance de la Prius IV se situerait entre 145 et 150 chevaux, pour un poids total de 1 280 kilos (1 350 pour la Plug-In Hybride). Une consommation de 1.4 L/100 km est annoncée, mais l’objectif semble hautement improbable. Enfin, la Prius IV serait capable de parcourir 50 km sans jamais utiliser son moteur thermique, ce dernier étant probablement une évolution du 4-cylindre 1.8 atmosphérique actuel.

La Prius 4 et ses dimensions. La longueur augmenterait de 9 cm, la largeur de 2,5 cm et la hauteur demeurerait identique

La Prius 4 et ses dimensions. La longueur augmenterait de 9 cm, la largeur de 2,5 cm et la hauteur demeurerait identique

La nouvelle Toyota Prius est prévue pour la mi-2016, ce qui laisse le temps au constructeur japonais de préciser les chiffres et de présenter des photos officielles.