Il y a du changement en cas d’accident sur la route. A partir d’aujourd’hui, 1er décembre 2014, il est possible de remplir un constat amiable sur son téléphone portable. On fait le point sur les avantages de cette dématérialisation et sur son fonctionnement.

E-constat

Le e-constat, c’est quoi ?

En cas d’accrochage, on peut maintenant faire un constat électronique. Pour cela, il faut télécharger une application dédiée (et gratuite), disponible pour les téléphones fonctionnant avec iOS et Android. Toutes les compagnies acceptent cette forme de constat. Pratique quand on n’a pas de stylo !

Quels sont les avantages ?

Le gros plus de ce e-constat, ce serait une indemnisation plus rapide. En effet, une fois que les deux parties ont « signé » le document, celui-ci est envoyé instantanément aux deux assureurs. Le traitement informatique en serait donc accéléré. Autres avantages : le risque de faire des erreurs est moindre et le document est plus complet. On peut ainsi renseigner l’identité de témoin et joindre des photos de l’accident. L’application géolocalise l’endroit du sinistre. On gagne aussi du temps avec des propositions de réponses (exemple : une liste des assurances).

Quand peut-on l’utiliser ?

Le e-constat est à utiliser dans des cas bien précis, rappelés à la mise en route de l’application (rassurez-vous, dans la vie courante les exceptions sont rares au final). Il faut que l’accident se soit déroulé en France, concerne un ou deux véhicules immatriculés en France et n’ait pas fait de blessé, même léger. S’il y a petit ou gros bobo, il faut appeler la police.

Avant de commencer, vérifiez que vous êtes dans une zone avec une bonne connexion 3G/4G. Assurez vous aussi que l’autre partie est favorable au e-constat, pas obligatoire. Si cela n’est pas le cas, remplissez un formulaire papier classique, qui a toujours la même valeur.

Le e-constat peut être rempli par un ou deux smartphones. Dans ce dernier cas, les deux téléphones sont liés via un code qui permettra au final de n’avoir qu’un seul et même constat.

Comment ça marche ?

C’est très simple. On renseigne à tour de rôle ses données, avec les mêmes informations que sur le papier. On commence ainsi par s’identifier et donner les références de son auto et de son assureur. On peut d’ailleurs pré-remplir chez soi cette partie. On indique ensuite la zone d’impact du véhicule puis les circonstances, avec les petites cases à cocher (élément le plus important).

Vient ensuite le moment du fameux croquis. Deux façons de faire : soit on s’aide d’un outil graphique simple d’utilisation (qui aide à tracer les routes, des panneaux…) soit on fait un dessin sur un papier que l’on prend en photo.

Au final apparaît un constat rempli qui ressemble à celui papier. Les deux parties peuvent alors vérifier les données renseignées et les corriger si cela est nécessaire (on peut revenir en arrière). Si tout le monde est d’accord, on fait une signature avec le bout de son doigt. Le e-constat est validé, il est envoyé aux assureurs. On reçoit un SMS de confirmation et un exemplaire en PDF par mail.

Les grandes règles ne changent pas

Si vous n’êtes pas d’accord, rien ne vous oblige à signer. Vous faîtes alors votre constat que vous enverrez à votre assureur. Les règles d’indemnisation sont identiques et vous pouvez toujours aller faire réparer où bon vous semble.