Aujourd’hui, l’un des postes de dépense récurrent pour un automobiliste lorsqu’il va amener son auto en révision concerne le freinage. Les plaquettes et, dans une moindre mesure, disques sont à changer régulièrement (de quelques milliers de kilomètres à 50 000 km, voire 100 000 km selon l’utilisation du véhicule). Voici ce qu’il faut savoir afin d’éviter de payer inutilement des pièces, ainsi que des heures de main-d’œuvre à cause de freins détériorés.

Quelques bons conseils pour éviter le remplacement prématuré

Dans la liste ci-dessous, nous vous donnons quelques moyens simples qui vous permettront de grandement allonger la durée de vie de votre système de freinage. Un bon complément à nos méthodes pour lutter contre l’usure trop rapide des pneus.

  1. Conduire souplement. En adoptant un rythme de conduite posé, on utilise moins souvent et moins intensément ses frein en limitant les à-coups. L’écoconduite n’est donc pas uniquement bénéfique pour la consommation en carburant !
  2. Utilisez le frein moteur. Même si de nos jours les mécaniques récentes possèdent de moins en moins d’inertie, utiliser le levier (ou les palettes pour les boîtes automatiques) permet d’aider au freinage. Rétrograder tous les rapports avant l’arrêt complet va moins solliciter les freins. Attention à bien diminuer le régime moteur (aux alentours des 3 000 tr/min) avant de passer un rapport inférieur sous peine d’abîmer le moteur à cause d’un surrégime.
  3. Employez un freinage dégressif. Voici une astuce issue du milieu du sport automobile et qui va à l’opposé de ce que nous apprennent les auto-écoles : soit le fameux freinage progressif où l’on caresse la pédale de frein pour l’écraser de plus en plus fermement jusqu’à 0 km/h. Le but du dégressif est de freiner fort dès le départ, pour ensuite lâcher progressivement la pression sur la pédale. On vient donc casser la vitesse d’entrée de jeu et limiter l’échauffement des plaquettes et disques pouvant amener à leur destruction en cas de surchauffe trop importante comme par exemple lors de la descente d’un col de montagne.
  4. Laissez respirer vos disques et plaquettes ! Afin de ne pas coller les plaquettes ou de voiler les disques, on prendra soin de ne pas garder le pied sur le frein après un fort et long freinage. La forte chaleur faisant travailler les matériaux, l’action des plaquettes sur les disques pourrait tordre ces derniers. Vous entendrez alors un sifflement en provenance des disques.
  5. Proscrire la conduite sportive. Evitez de conduire sportivement, ce qui aura pour effet de déclencher l’ESP (correcteur de trajectoire) ou tout autre aide électronique (antipatinage, différentiel, …) qui se sert des freins pour vous remettre dans le droit chemin.

N’hésitez pas à partager vos astuces, retours d’expérience (combien faites-vous de kilomètres avec vos disques et plaquettes ?) et à commenter celles que je vous ai données via les commentaires se trouvant juste ci-dessous !