[MAJ] : Le résultat est tombé et… « rien ne bougera » selon le secrétaire d’Etat aux Transports. Dommage, la sécurité routière restera l’ennemi du conducteur.

La mesure ne pouvait plus se faire attendre, aujourd’hui les automobilistes sont exaspérés par la dureté du permis de conduire. Ainsi, un amendement qui prévoit d’assouplir les conditions de récupération des points de permis est examiné par la commission des lois de l’Assemblée nationale. Ce texte avait été adopté par le Sénat quelques jours plus tôt dans le cadre de la loi Loppsi 2 sur la sécurité intérieure.

Après le nouveau permis, les nouvelles mesures !

Après le nouveau permis, les nouvelles mesures !

La récupération de points plus rapide

Il faut voir deux aspects :

  • Tout d’abord, les petites infractions retirant un point (excès de vitesse inférieur à 20 km/h, chevauchement d’une ligne continue) sur le papier rose ne nécessiteront plus un an, mais six mois pour récupérer le point perdu. En revanche, ce phénomène est toujours uniquement possible si le conducteur ne fait aucune infraction entre temps.
  • Autre assouplissement : il ne sera plus nécessaire d’attendre trois longues années avant de retrouver son capital de points initial, c’est-à-dire 12 points. En effet, la commission des lois a décidé d’abaisser la durée à deux ans.

Nicolas Sarkozy comme défenseur

Voilà ce qui ressemble à une énorme bouchée d’air pour Alain Fouché, sénateur de la Vienne et initiateur de l’amendement, le président qui ne jurait que par les radars automatiques soutient l’assouplissement du permis ! Que doit-on comprendre ? Les radars automatiques sont-ils déficitaires ? Sans faire la mauvaise langue, on peut aisément comprendre que la situation actuelle ne pouvait plus durer : trop de points étaient enlevés aux automobilistes ce qui entrainait un nombre croissant de conducteurs sans permis et les prévisions pour les années à venir n’étaient vraiment pas rassurantes lorsqu’on sait qu’aujourd’hui l’on compte près de 700 000 conducteurs conduisant sans leur papier rose.

Un assouplissement pour quel impact ?

Certes, le nombre de conducteurs sans permis devrait être moindre et le trafic de points sur internet devrait baisser, mais déjà l’amendement a déjà trouvé ses détracteurs dont des associations de défense des victimes de l’insécurité routière.

Que dire, si ce n’est que ces personnes n’ont qu’une connaissance faussée de la situation. La mortalité routière ne baisse pas au nombre de radars installés, bien au contraire…