En pleine saison hivernale, un rappel concernant l’usage des feux de brouillard avant et arrière s’impose. Que dit le code de la route et comment bien le mettre en application ?

Le code de la route sur l’usage des feux de brouillard

C’est l’article R416-7 du code de la route qui régit l’usage des antibrouillards avant et arrière, et pour le coup, il est clair et concis.

Commençons par l’arrière dans la mesure où l’intégralité du parc automobile est équipée d’un feu de brouillard. Il existe deux situations dans lesquelles l’utilisation en est tolérée : le brouillard et les chutes de neige. Notons bien que le code de la route n’oblige pas l’usager à l’allumer dans les situations citées, mais bien que l’automobiliste PEUT y recourir.

Pour les conducteurs qui disposent de feux antibrouillard à l’avant, les situations sont plus variées. En effet, en situation de brouillard, de neige ou de forte pluie, ils peuvent compléter ou remplacer les feux de croisement, aussi appelés communément les codes. Vous pouvez donc choisir dans ces conditions de n’utiliser que les antibrouillards à l’avant, ou de les utiliser en sus de vos feux de croisement. Aucune obligation à nouveau, c’est une possibilité. Enfin, les feux de brouillard avant peuvent compléter les feux de route, aussi appelés les (pleins) phares, sur une route étroite et sinueuse hors agglomération. Ils confèrent alors une meilleure visibilité sur les accotements. Cela ne change pas le fait que vous devez passer en codes lorsque vous croisez un autre usager, afin de ne pas l’éblouir.

Vous risquez une contravention si vous ne respectez pas les conditions d’usage décrites ci-dessus. Pour faire simple, utiliser vos antibrouillards en mauvaise situation peut vous coûter une amende ! Mieux vaut donc s’en passer que d’en abuser.

Attention enfin au réglage de vos feux de brouillard avant pour le passage au contrôle technique. Vous risquez une contre-visite s’ils sont réglés trop haut, tout comme les feux de croisement d’ailleurs. Ils risqueraient d’éblouir les autres usagers et donc de vous rendre dangereux.

Dans les faits, comment bien utiliser mes antibrouillards ?

Une tournure simple à retenir pour ne pas commettre d’erreur : mes feux de brouillard avant me permettent de voir et d’être vu, en cas de brouillard, neige ou forte pluie ; mes feux de brouillard arrière me sont utiles pour être vu seulement, en cas de brouillard et neige.

Ainsi, posez-vous les bonnes questions !

A l’avant :

Les feux de brouillard avant ont pour but de mieux voir, et d’être vu, en cas de neige, brouillard ou forte pluie. D’où deux questions successives.

– Mes antibrouillards avant me permettent-ils de mieux voir ? S’ils ne vous apportent pas de visibilité supplémentaire utile, reconsidérez leur usage au simple fait d’être vu.

– Mes antibrouillards avant me permettent-ils d’être mieux vu ? Il vous suffit d’analyser les voitures que vous croisez. Si de loin vous distinguez les feux de brouillard des autres usagers avant leurs feux de croisement, alors ils sont utiles : allumez les vôtres. En revanche, si vous voyez les voitures d’en face depuis une longueur distance, que ce soit leurs codes ou leurs feux de brouillard, alors vous n’avez pas besoin des vôtres pour être vu.

A l’arrière :

Le feu de brouillard arrière sert uniquement à être vu, et ne doit être utilisé qu’en cas de neige ou de brouillard. En cas de forte pluie, ou de nuit par temps clair, pas d’antibrouillard arrière ! Ensuite, posez-vous la question suivante : est-ce que j’ai besoin de mon feu de brouillard arrière pour que l’automobiliste qui me suit puisse me voir correctement ? Jaugez votre propre visibilité pour en juger.

– Arrivez-vous à distinguer de loin les voitures que vous suivez ou que vous croisez ? Si oui, n’allumez pas votre feu de brouillard arrière, même s’il neige ou si l’atmosphère est brumeuse.

– Avez-vous besoin de leurs antibrouillards pour les distinguer, et les voyez-vous seulement à courte distance ? Si oui, allumez votre feu de brouillard, il vous sera nécessaire afin d’être bien perçu par l’arrière.

Si vous suivez une automobile dans un brouillard léger et que vous la voyez très bien avec ses feux de croisement arrière voire sans feux, alors par pitié, n’allumez pas votre antibrouillard arrière ! Celui-ci sera inutile et gênant, voire même dangereux. Le feu de brouillard arrière éclaire avec une luminosité similaire voire supérieure aux indicateurs de freinage. Autrement dit, ils sont puissants ! Et de par le fait peuvent éblouir les usagers qui vous suivent, si les conditions d’utilisation ne sont pas respectées. Vous n’appréciez pas que l’on vous mette les pleins phares dans les yeux, et bien votre antibrouillard arrière produit à peu près le même effet, mais derrière vous, si le brouillard ou la chute de neige ne sont pas assez conséquentes.

Pour résumer, l’antibrouillard arrière doit être réservé à des brouillards particulièrement épais ou des chutes de neige très abondantes.

Le bon équilibre c’est d’être vu sans éblouir. Au delà du respect du code de la route, c’est votre bon sens qui prime.

Du bon sens !

N’oublions pas tous que la courtoisie au volant est un basique pour circuler dans la sérénité et la sécurité. Nous nous devons de faire attention aux autres, cela passe par le respect des principes du code de la route et par le bon sens. N’oubliez pas de rappeler ces règles de base sur les feux de brouillard aux anciens que vous côtoyez ! Bonne route à vous, en toutes conditions.