Avec la montée en puissance des SUV, le segment des berlines fait grise mine. Mais les constructeurs généralistes ne délaissent pas le créneau, la berline restant un incontournable de la gamme. Ils doivent néanmoins faire évoluer leur offre pour limiter la casse.

On constate deux méthodes : ceux qui proposent un modèle deux en un, entre la familiale et la routière, pour retenir un maximum de clients, comme Renault avec la Talisman. Et ceux qui misent sur le sex-appeal. C’est l’option retenue par Peugeot pour la nouvelle 508, dont la silhouette tend vers le coupé.

Coupé 5 portes

D’ailleurs, la lionne joue la carte de la compacité, avec une longueur en baisse de 8 cm à 4,75 mètres. Surtout, la voiture est très basse, avec seulement 1,40 mètre. Résultat : la silhouette est des plus dynamiques, faisant passer la précédente 508 pour une baleine. La face avant est agressive, avec un ensemble calandre/optiques enfin aligné, et abaissé. Clin d’oeil à la 504 : un monogramme 508 est mis en bout de capot. La voiture reçoit de grandes barres lumineuses verticales, qui avaient été annoncées par le concept Instinct. A l’arrière, comme sur le 3008, les feux sont reliés par un bandeau noir. La signature lumineuse est soignée, avec trois ensembles de griffes.

A l’intérieur, on a une planche de bord qui reprend les éléments incontournables du i-Cockpit : petit volant, instrumentation (numérique) placée en hauteur et écran tactile de 10 pouces qui permet d’accéder à la quasi totalité des fonctions. Par rapport au 3008, il est placé plus bas, pour une ambiance plus confinée. Comme dans le crossover, une rangée de touches façon piano fait office de raccourcis. L’auto cache bien son jeu, car elle est dotée d’un hayon. Pratique pour faciliter le chargement. Le volume du coffre n’est pas pénalisé par les centimètres en moins, passant même de 473 à 487 litres.

Quasiment tout automatique

Peugeot ne le cache pas : il veut venir chatouiller les marques premium avec cette nouvelle 508. L’auto se met donc à la page en matière de technologies, avec par exemple un système de vision de nuit inédit dans la catégorie, un amortissement piloté, un système Hi-fi signé Focal et, sur les versions à boîte automatique, une aide au créneau 100 % automatique. Côté assistances, la voiture fait en revanche dans le classique, avec freinage d’urgence, aide au maintien dans la voie ou régulateur de vitesse adaptatif. Il n’est donc pas encore question de conduite semi-autonome.

Mais quelle idée aussi de laisser le volant dans une Peugeot. La marque est reputée pour le plaisir de conduire, et la 508 ne devrait pas déroger à la règle avec la bonne base EMP2. Le poids perd environ 70 kg. L’auto garde un train arrière multibras. Côté offre de moteurs, la voiture montrera les muscles pour l’essence, avec les PureTech de 180 et 225 ch, couplés d’office à la boîte automatique EAT 8 rapports. Pour le diesel, il y aura en accès le nouveau 1.5 BlueHDi de 130 ch, le seul pouvant être associé à une boîte mécanique. Ensuite, il y aura des BlueHDi de 160 et 180 ch EAT8. Une version hybride rechargeable est prévue pour fin 2019.

Fabriquée à Mulhouse, la nouvelle 508 arrivera dans les concessions à la rentrée. Elle sera déclinée en break.