Six semaines après la berline, voici la déclinaison break de la nouvelle A6. Audi ne traîne pas car cette carrosserie est importante pour les ventes en Europe. On se demande d’ailleurs pourquoi la marque n’a pas exposé les deux silhouettes en même temps au Salon de Genève…

Priorité au design

Comme c’est souvent le cas avec les versions « grand volume » des premium allemands, la longueur est identique à la berline, soit 4,94 mètres. Pas question donc d’allonger le porte-à-faux arrière pour en faire une reine du déménagement ! L’auto tient à conserver une silhouette élégante et équilibrée. Par rapport au précédent modèle, elle se fait plus athlétique, avec une lunette inclinée et des épaules marquées. Les feux, reliés par une baguette de chrome, ont un dessin identique à ceux de la berline. A l’avant, l’A6 Avant gagne en caractère avec une calandre abaissée et élargie.

Regardons du côté du coffre, car c’est ce qui est important avec un break. De série, la voiture est équipée d’un hayon électrique (une fonction mains libres est disponible en option). Le volet s’ouvre sur une malle de 565 litres. C’est 35 litres de plus que la berline… et un statu-quo par rapport à l’ancienne génération. La Mercedes Classe E break fait bien mieux avec 640 litres. Des rails au plancher permettront de compartimenter le coffre. La banquette se rabat selon le format 40/20/40. Une fois l’opération effectuée, on peut profiter d’un volume maximal de 1.580 litres. Audi avait déjà promis du mieux pour l’habitabilité sur la berline, il en sera forcément de même pour le break, qui de plus gagne quelques millimètres en hauteur, pour atteindre 1,47 mètres.

 

Micro-hybride pour commencer

En toute logique, la planche de bord est identique à la berline. La présentation est très high-tech, avec pas moins de 3 écrans sur la planche de bord : un de 12,3 pouces pour l’instrumentation numérique, un de 10,1 pouces pour la navigation et un de 8,6 pouces pour la gestion des fonctions de confort, dont la clim, et la saisie de texte. L’A6 met le paquet en matière de technologies, avec par exemple un stationnement 100 % automatique sans conducteur à bord ou la possibilité de recevoir des alertes via d’autres conducteurs d’Audi !

Côté moteurs, la micro hybridation est généralisée, avec un système 12V sur les quatre cylindres et 48V sur les V6. Un alterno-démarreur fonctionnant avec une petite batterie au lithium-ion permet à l’Audi A6 d’avancer en roue libre entre 55 et 160 km/h et le start-stop s’active désormais dès 22 km/h. Pour l’essence, on aura un 2.0 de 190 ch et un 3.0 de 340 ch. Pour le diesel, il y aura trois puissances, 204, 231 et 286 ch. Aucune variante hybride rechargeable n’a été annoncée pour l’instant.