C’est à l’occasion du 36ème édition du International Vienna Motor Symposium (comprendre : la réunion annuel des ingénieurs motoristes) que le groupe allemand a donné les grandes lignes de ses plans.

Survivor

Commençons par l’info qui donne le sourire : le fameux W12 biturbo de 6 litres de cylindrée est toujours de la partie ! Véritable pied de nez au downsizing, le bloc des modèles ultra haut de gamme a été revu en profondeur pour proposer 608 chevaux et pas moins de 900 Nm de couple. Le tout avec des émissions de CO2 limitées à « moins de 250g/km » dixit Friedrich Eichler, ingénieur motoriste en chef. Bon, on  vous l’accorde, ce dernier chiffre n’est pas exactement le meilleur à mettre en avant par les temps qui courent, à fortiori dans un pays comme la France. Toutefois il est plaisant de voir que certains constructeurs n’abandonnent pas les mécaniques d’exception sur l’autel de la consommation et des normes anti-pollution drastiques.

Volkswagen W12-6 litres TSI-608-ch

Le W12 TSI

Dans le discours de présentation de M. Eichler se cachait aussi une autre information croustillante : le W12 TSI possède un circuit d’huile conçu pour résister à une utilisation off-road. Bentley Bentayga, mon regard se pose sur toi…

Nouvelles technologies

Loin de ne penser qu’au haut de gamme, le groupe développe également des technologies destinées aux moteurs essence et diesel de monsieur tout le monde. Le premier exemple est un 3-cylindres essence 1.0 haute performance, puisque poussé à 272 chevaux et 270 Nm de couple. Ford avait déjà fait fort avec ses EcoBoost, mais force est de constater que le potentiel des « trois pattes » est loin d’être atteint ! Avant de s’affoler, il convient de dire que ce prototype reprend en grande partie des pièces provenant de la Polo WRC, ce qui rend difficile une production en série pour des raisons évidentes de coûts. De plus, la fiabilité sur le long terme d’un moteur de 270 chevaux au litre reste à prouver !

Le trois-cylindres TSI

Le trois-cylindres TSI

Volkswagen explore aussi la possibilité de créer des moteurs diesel capablent de monter plus haut dans les tours que les TDI actuels. Sans entrer dans les détails, on sait juste que les essais menés sur ces nouveaux diesels ont permis de dépasser allégrement la barre des 136 chevaux au litre.

Bien que le congrès fût centré sur les motorisations, la marque a rappelé que le futur de l’automobile passait aussi par la haute technologie embarquée. Système d’infodivertissement, connectivité étendue ou encore aides à la conduite toujours plus poussées, le groupe Volkswagen est sur tous les fronts. De quoi conserver sa position confortable parmi les leaders du marché automobile mondial.