Je ne sais pas vous, mais moi je n’en peux plus… des nouveautés Mercedes. En 2015, la marque à l’étoile a enchainé les lancements et révélations à un rythme effréné, à nous en donner le tournis. Pêle-mêle, nous avons ainsi eu droit aux CLA Shooting Brake, GLE Coupé, GLE, Classe A restylée, Classe C Coupé (et sa variante AMG), Classe S Cabriolet, GLS, SL restylé… Et voici encore de l’inédit, le SLC.

Baroud d’honneur ?

Rassurez-vous, après on vous laisse tranquille… quatre semaines, avec la révélation le 11 janvier de la toute nouvelle Classe E. Derrière le nom inédit SLC se cache simplement un SLK restylé, qui a donc changé de patronyme pour se conformer à la nouvelle nomenclature Mercedes. C’est d’ailleurs la dernière modification au programme.

L'AMG troque le V8 contre un V6 turbo, moins puissant !

L’AMG troque le V8 contre un V6 turbo, moins puissant !

Avec un C à la place du K, la firme à l’étoile souhaite rattacher son petit roadster à la famille Classe C. Il a pourtant un gabarit plus proche de la A, mais le prestige de la compacte n’est pas le même ! Avec ce petit rafraîchissement, le SLC est reparti pour plusieurs années… avant de peut-être passer à la trappe. Il faut dire qu’il se fait très discret sur les routes.

Par petites touches

Le lifting est léger, se concentrant sur la partie avant. La calandre a été redessinée, avec des contours un peu plus arrondis. Elle gagne un habillage diamanté. Les optiques ont également été retouchées. Mais cela ne saute pas vraiment aux yeux. On remarque davantage le nouveau bouclier. A l’arrière, du classique, avec une signature lumineuse modernisée et un bouclier remodelé. Comme toutes les Mercedes, les versions hautes sont dotées d’un pack esthétique AMG.

Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015

A bord, sans surprise, c’est le service minimum. Le changement le plus visible est le volant. L’écran central a été agrandi. Le graphisme de l’instrumentation et quelques touches de la console centrale sont retouchées. Rien de bien extraordinaire. Mercedes signale la présence de nouveaux habillages et de cuirs inédits. Mais dans l’ensemble, comme pour le SL, je trouve que cet intérieur a pris un petit coup de vieux.

Gros changement pour l’AMG

Le SLC est doté d’un toit rigide escamotable, qui peut se replier en roulant jusqu’à 40 km/h environ. Comme le grand frère SL, il y a une petite nouveauté : la séparation dans la malle, entre bagages et espace pour le pavillon, se met en place automatiquement. L’appréciable toit en verre qui s’opacifie ou s’éclaircit en fonction des rayons du soleil est toujours de la partie.

Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015

Bonne nouvelle, le SLC sera plus abordable que le SLK… grâce à une nouvelle offre d’entrée de gamme. Sous la 200 essence de 184 ch prend place une 180 de 156 ch. Le SLC 300 reste à 245 ch. Côté diesel, une seule proposition, le 250 d de 204 ch.

Mais le plus intéressant se situe du côté de l’AMG. Horreur malheur pour certains, le petit roadster abandonne son V8 atmosphérique à l’ancienne contre un V6 turbo. Fait rare, la puissance est en baisse, avec 367 ch au lieu de 421 ! Le nouveau nom est SLC 43 AMG. Limitée électroniquement à 250 km/h, cette version passe de 0 à 100 km/h en 4,7 secondes.

Les carnets de commandes seront ouverts mi-janvier.

Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015 Mercedes-Benz SLC, R 172, 2015