Mercedes profite de l’arrivée du printemps pour faire évoluer son roadster SL 350 qui disparaît au profit du SL 400. Le modèle à l’étoile se conforme à la tendance actuelle : le downsizing ou autrement dit la diminution de la cylindrée afin de satisfaire les normes anti-pollution.

Fini le V6 atmo

Pour cela, le modèle à l’étoile délaisse son V6 3,5 l actuel d’une puissance de 306 ch contre un six-cylindres de plus que 3,0 l – déjà présent sur les Classe E Coupé & Cabriolet –, mais offrant 27 ch supplémentaires, soit un total de 333 canassons pour l’entrée de gamme du CC. Les deux turbos du nouveau bloc n’offrent pas uniquement un gain de puissance, le couple moteur est également en hausse. Il passe de 370 à 480 Nm (disponibles de 1 600 à 4 000 tr/min), soit une augmentation de 110 Nm.

La Mercedes Classe SL s'équipe d'un turbo pour la SL400. Si le 0 à 100 progresse sensiblement, pour le conso c'est bien plus limité

La Mercedes Classe SL s’équipe d’un turbo pour la SL400. Si le 0 à 100 progresse sensiblement, à la pompe c’est bien plus limité

A l’exercice du 0 à 100 km/h, l’Allemande s’améliore assez nettement en accélérant sept dixièmes plus vite (5,2 s contre 5,9 s auparavant).

Par ailleurs, la consommation s’en sort aussi améliorée en diminuant de 7,5 à 7,3 l/100 km. Les émissions de CO2 baissent donc de quelques grammes à 172 g/km.

Prix connu en Allemagne

La grille tarifaire demeure encore inconnue pour la France, mais chez nos voisins d’outre-Rhin, la note a déjà été communiquée. Il faut compter 97 282,50 € pour le prix de base – oui, c’est précis…

D’autres changements à venir…

Ce passage de l’atmosphérique à la suralimentation n’est qu’un début pour le SL, la génération suivante devrait connaître un bouleversement beaucoup plus important avec la perte de son toit en dur. La capote souple ferait son retour !

A suivre…