Le Classe M / ML est mort, vive le GLE ! A l’occasion du restylage de son grand SUV, Mercedes jette aux oubliettes un patronyme apparu en 1997. La volonté de la marque est de simplifier les appellations de ses 4×4. Ses « franchisseurs » (de trottoirs) auront tous un nom commençant par le préfixe GL, auquel il faut ajouter la lettre de la berline équivalente dans la gamme. Ainsi, le GLA est la Classe A SUV, le GLE est la Classe E SUV… Le terme GLE n’est cependant pas totalement inédit puisqu’il est déjà utilisé par l’anti BMW X6 de Mercedes, le GLE Coupé… qui est donc la version tronquée du ML. Vous suivez ?

Le GLE n'est pas un modèle inédit. Il s'agit en réalité du ML renommé et restylé.

Le GLE n’est pas un modèle inédit. Il s’agit en réalité du ML renommé et restylé.

Par rapport à l’ancien modèle, toute la face avant est inédite… et quasiment reprise au Coupé. Le GLE adopte les derniers codes esthétiques en vogue chez Mercedes : large calandre verticale, optiques aux contours arrondis… Comme toutes les autres productions de la firme à l’étoile, il offre le choix entre deux visages, l’un typé classique, l’autre plus sportif avec des prises d’air agrandies.

Il y a même une troisième proue, mais réservée aux exclusives versions AMG, qui reçoivent une immense prise d’air. Il y a moins de changements au niveau de la partie arrière… qui a pris un petit coup de vieux et ne colle plus vraiment avec le reste avec ses formes anguleuses.

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015 Mercedes-AMG GLE 63 S, W 166,  face lift 2015

La planche de bord commence aussi à dater, mais Mercedes n’a pu la revoir en profondeur (cela aurait coûté trop cher). Elle a un côté très mastoc qui semble d’une autre époque. Il y a néanmoins quelques changements, avec notamment un nouvel écran pour le système multimédia qui a l’apparence d’une tablette comme sur les autres productions de la firme. Son intégration est une nouvelle fois discutable. Non tactile, il se commande via une molette entre les passagers complétée par un pavé qui lui est tactile. Quelques habillages ont été revus, tout comme le dessin du volant.

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015 Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015 Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015

Ce n’est pas non plus le grand chamboulement sous le capot, même s’il y a quelques nouveautés intéressantes. La principale est l’arrivée d’une version hybride rechargeable, qui associe un V6 essence de 333 ch à un bloc électrique. La puissance maximale cumulée est de 442 ch. Le GLE 500 e (c’est son nom) peut parcourir jusqu’à 30 km en mode tout électrique. Il est homologué avec une consommation en cycle mixte de 3,3 l/100 km, soit 78 g/km de C02. La prise pour faire le plein de jus est à l’arrière. Avec un boitier mural adapté, il faut 2 heures.

En entrée de gamme essence, on trouve une nouvelle version GLE 400 avec le V6 de 333 ch. Au dessus, la 500 a un V8 de 435 ch. Les blocs sans-plomb ont une boîte de vitesses automatique 7 rapports. Deux choix pour le diesel : un quatre cylindres 2.1 de 204 ch (GLE 250 d) et un V6 258 ch (GLE 350 d). La boîte auto compte ici 9 rapports. A noter que le 250 est disponible avec deux roues motrices seulement (arrière), ce qui permet d’obtenir une consommation de 5,4 l/100 km et des rejets de C02 de 140 g/km.

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015

Mercedes-Benz GLE, W 166,  face lift 2015

Au sommet de la gamme, on retrouve la variante AMG avec son V8 5.5 litres, qui est désormais proposé avec deux niveaux de puissance : 557 et 585 ch. Le plus musclé passe de 0 à 100 km/h en 4,2 secondes.