Pendant ses jours de repos, que l’on imagine rares, James Bond va pouvoir faire des balades cheveux dans le vent. La DB11, modèle du renouveau d’Aston Martin, est déclinée en version découvrable.

Cette variante, qui reprend la traditionnelle appellation Volante, adopte une capote souple, une solution qui permet de conserver l’élégance et l’équilibre de la silhouette. Les heureux clients auront le choix entre trois couleurs de toile : noir, gris ou bordeaux. Il faut 16 secondes pour profiter des joies du plein air. L’ouverture peut s’effectuer en roulant à petite vitesse.

Certains parlent déjà du plus beau cabriolet de la production automobile. Vous vous ferez votre propre avis. Personnellement je ne suis pas emballé par la DB11. Si j’aime des détails comme la prise d’air associée aux roues avant, je trouve que son regard est mou et son arrière trop massif.

La planche de bord sent bon la tradition, avec une imposante console centrale qui sépare bien le conducteur et le passager. Le bouton de mise à feu est en son centre, autour de touches qui commandent les vitesses. L’instrumentation fait un peu de résistance au tout numérique, avec un compte-tours à aiguille. Mais le reste est digital ! Les places arrière sont symboliques.

V8 pour commencer

Petite surprise sous le capot : la Volante débute sa carrière commerciale avec le « petit » V8 que vient tout juste de recevoir le coupé (qui avait commencé avec un V12). Il s’agit d’un 4.0 litres biturbo d’origine Mercedes, l’allemand étant devenu partenaire technique d’Aston. La puissance est de 510 ch et le couple culmine à 675 Nm. La boîte de vitesses est une automatique à 8 rapports. La vitesse de pointe est de plus de 300 km/h. Les meilleurs brushings n’y résisteront pas. Il faut 4,1 secondes pour passer de 0 à 100 km/h.

Les premières livraisons auront lieu au cours du premier trimestre 2018, juste avant le retour des beaux jours !