La voici enfin la tant attendue Jaguar XE après de nombreux teasings. Avec ce modèle, le constructeur britannique descend en gamme afin d’élargir sa clientèle, d’effectuer des économies d’échelle grâce à des volumes plus importants et il inaugure également une nouvelle plateforme. Première découverte de la « petite » Jaguar ici en images dans sa version la plus musclée…

Peu de prise de risque sur le design

En regardant cette nouvelle XE, on ne peut s’empêcher de la rapprocher de sa grande sœur la XF (voir notre essai). L’inspiration est bien visible, en particulier pour la face avant. Cependant, cette dernière se veut plus agressive avec des traits plus tendus, en particulier dans cette version S dotée d’un kit carrosserie plus sportif.

nouvelle Jaguar XE

Jaguar XE vue 3-4 ar

Ainsi, la calandre perd ses coins arrondis, le dessin des phares est plus anguleux et les bouches d’aération sont hypertrophiées. Le capot moteur reçoit quatre nervures bien marquées qui donnent une forte présence à l’Anglaise.

Jaguar XE vue dessus

Jaguar XE rouge

De profil, deux plis parcourent la carrosserie pour mettre en valeur les formes de l’auto et lui offrir une allure robuste. Ce sentiment se retrouve aussi sur la poupe. Tout comme sur la XF, les optiques sont costauds, même trop. Ils viennent presque mordre sur la plaque d’immatriculation. On observe une filiation bienvenue avec les feux de l’emblématique Type-E – mais aussi un peu de F-Type –, mais cela aurait mérité d’être un peu plus effilé et peut-être qu’un positionnement légèrement plus bas aurait été plus habile de la part des designers.

Jaguar XE S

Cela étant dit, la XE signe le meilleur coefficient aérodynamique de tous les temps pour une Jaguar avec un Cx de 0,26 (la Série 4 qui est la BMW au meilleur Cx fait 0,28) ! Malheureusement, les dimensions ne sont pas encore connues, mais elles devraient se situer proches d’une BMW Série 3.

Un intérieur sans fioritures

Pour l’habitacle, c’est plus sobre qu’à l’extérieur. Dans cette version S, la XE reçoit, certes, quelques éléments en rouge vif, mais globalement la présentation est assez simple.

interieur Jaguar XE S

L’ensemble est agréable à l’œil, mais aurait peut-être pu ressortir un peu plus du lot.

Ian Callum, directeur du design Jaguar, explique que « Les proportions de l’habitacle reculé permettent d’atteindre ce objectif et de donner à la XE l’impression de mouvement même à l’arrêt. Elle ressemble à la F-Type et sera remarquée dans la foulée ».

habitacle Jaguar XE S

sieges Jaguar XE S

Côté technologies, la XE embarque un écran tactile de 8 pouces avec un tout nouveau système multimédia InControl permettant de profiter de la navigation GPS, de connexions USB et Bluetooth, de l’info trafic, … En option, il est possible d’obtenir le Wi-Fi et une application pour smartphone rendra possible la programmation de la climatisation, le verrouillage/déverrouillage des portes et le démarrage du moteur  jusqu’à 7 jours à l’avance.

ecran tactile Jaguar XE S

En outre, la berline est aussi capable de reconnaître les panneaux de signalisation, d’avertir en cas de changement de voie, de réguler sa vitesse et de freiner automatiquement. L’affichage tête haute est également de la partie.

places arriere Jaguar XE S

banquette arriere Jaguar XE

Il faudra encore attendre pour connaître le volume de coffre.

Jusqu’à 340 chevaux !

Enfin, pour la partie technique, la Jaguar XE inaugure un certain nombre d’éléments. Tout d’abord, cette propulsion repose sur une nouvelle monocoque à utilisation intensive d’aluminium, une première dans le segment des berlines familiales. Kevin Stride, Vehicule Line Director de la Jaguar XE, précise : « La position de Jaguar en tant que premier constructeur premium de véhicules aluminium nous a permis de développer une structure légère et rigide innovante sur ce segment. Le châssis sophistiqué confère à la XE un équilibre hors-pair entre agilité et raffinement qu’on ne retrouvait jusqu’à présent que sur les segments supérieurs.« 

XE V6

D’autres part, la « petite » Jaguar utilise une suspension avant à double triangulation comme sur la F-Type et à l’arrière c’est une suspension appelée « Integral Link » qui officie afin d’obtenir une tenue route précise et confortable. La marque indique que c’est un privilège normalement réservé à des véhicules plus haut de gamme.

petite berline Jaguar

Pour terminer sur les nouveautés techniques, la XE est le premier modèle Jaguar à bénéficier de la nouvelle famille de moteurs baptisée « Ingenium ». Le premier bloc disponible est le quatre-cylindres 2,0 l diesel de 163 ch et 280 Nm de couple rejetant seulement 99 g de CO2/km. Une boîte automatique ZF à 8 rapports pourra être choisie en option en lieu et place d’une boîte manuelle à 6 vitesses. La révision en atelier est nécessaire que tous les 34 000 km ou tous les deux ans.

A l’opposé, la XE S est dotée du V6 3,0 l de la F-Type développant 340 ch et 450 Nm. Il lui permet de franchir le 0 à 100 km/h en 5,2 s ! Par ailleurs, des essence 2,0 l suralimentés seront proposés.

La XE s’aligne sur la concurrence

Côté prix, la XE fait statu quo avec les Audi A4 2,0 l TDI et BMW 320d, puisque qu’avec son diesel de puissance identique (163 ch), elle est aussi vendue contre 37 000 €. Sa commercialisation se fera en 2015.

XE Jaguar

Malgré de la bonne volonté, Jaguar a encore fort à faire face à ses rivales, notamment germaniques à l’image bien plus établie. Pour cela, en plus de tarifs calqués, l’Anglaise affirme être moins onéreuse à l’entretien et propose surtout une garantie de 3 ans au kilométrage illimité.

L’avenir nous le dira si la clientèle sera séduite par ces arguments.

La Jaguar XE en vidéo