Ford n’en finit pas de décliner sa Mustang à toutes les sauces. Le salon de Los Angeles en novembre était l’occasion de voir l’arrivée d’une Shelby GT350, qui était alors le top de la gamme Mustang. Deux mois plus tard, voilà que l’ovale bleu remet le couvert et nous en sort une série limitée prête à poser sur piste, plus venimeuse que jamais !

Pas là pour jouer aux cartes

Pour faire simple, la Shelby GT350R est à la GT350 ce qu’une Porsche 911 GT3 RS est à une GT3 « classique ». Extérieurement, cela se traduit par une lame avant plus prononcée censée améliorer l’appui, l’ajout d’un imposant aileron  et l’adoption de jantes spécifiques. Le tout en carbone. Même les jantes, oui. Ford se targue d’ailleurs d’être le premier constructeur à proposer des roues dans ce matériau sur une voiture de série, alors que c’est un raffinement habituellement réservé à quelques très exclusives supercars. En bref, la GT350R verse carrément dans l’ostentatoire, et ce n’est pas pour nous déplaire. Quelle gueule !

Shelby-GT350R vue 3-4 arriere Shelby-GT350R calandre Shelby-GT350R

Vous l’aurez compris, la chasse aux kilos superflus a été l’obsession des ingénieurs de Ford. D’où le carbone à profusion (chaque jante permet par exemple d’économiser environ six kilos de masses non suspendues), mais aussi une radicalisation de l’intérieur. De série, vous pouvez ainsi dire adieu à la climatisation, la radio et même à la banquette arrière. Il en va de même pour divers isolants phoniques et les tapis de sol. En tout, c’est près de 60 kilos qui ont été sauvés par rapport à la Shelby GT350.

interieur Shelby-GT350R sieges baquets Shelby-GT350R volant Shelby-GT350R

Si toutefois les clients souhaitaient bénéficier de quelques éléments de confort, un Electronics Package est disponible en option, comprenant entre autre un système de navigation avec écran tactile de 8 pouces, une climatisation bizone et un système audio avec 7 hautparleurs.

Mécanique de compétition

Sous le long capot avant se loge un V8 5.2 atmosphérique, le même que celui de la GT350. Comme dans cette dernière, il bénéficie d’un vilebrequin plat, une spécificité technique que l’on retrouve par exemple dans les V8 Ferrari et qui permet au bloc américain d’accrocher un impressionnant 8200 trs/min ! En outre, l’échappement a été libéré, promettant un son encore plus envoutant. Au niveau des chiffres, Ford reste très vague et annonce sobrement qu’il s’agit du V8 atmosphérique le plus puissant que la marque n’ait jamais produit et qu’il développe plus de 500 chevaux et plus de 540 Nm de couple. Il ne faudra dans tous les cas pas s’attendre à un gain très important entre la GT350 et la GT350R.

appui tete Shelby-GT350R numerotation Shelby-GT350R suppression banquette Shelby-GT350R

Pour la partie liaison au sol, tout ou presque a été revu pour maximiser l’efficacité du gros coupé sur piste. Nouveau tarage des ressorts et des barres antiroulis, réglage du carrossage et du pincement ou encore calibration des amortisseurs monotubes MagneRide le prouvent. Un différentiel à glissement limité spécialement réglé pour la R est également de la partie.

capot Shelby-GT350R arriere Shelby-GT350R

Si, comme moi, vous souhaitez acquérir une Shelby GT350R Mustang, cela risque d’être compliqué : au même titre que la GT350 de base, Ford a décidé d’en limiter la vente aux Etats-Unis et au Canada. Elle sera disponible à la fin de l’année 2015. Il faudra donc passer par un importateur privé pour en acquérir une, ce qui fera drastiquement grimper le prix de la bête. Bien qu’il ne soit pas encore officiellement annoncé, on table sur un écart d’environ 10 000 dollars avec la GT350, ce qui placerait la R à un peu plus de 60 000 dollars (51 000 €). Un prix qui ferait presque sourire étant donné le potentiel du serpent.