La C4 Cactus écrit une nouvelle page de l'histoire Citroën. Fun, bien équipée, mais pas chère à l'achat et à l'usage, elle semble avoir tout bon.

La C4 Cactus écrit une nouvelle page de l’histoire Citroën. Fun, bien équipée, mais pas chère à l’achat et à l’usage, elle semble avoir tout bon.

Chez Citroën, le proverbe « Tout vient à point à qui sait attendre » trouve tout son sens ! Cette C4 Cactus arrive plus de sept ans après la présentation du premier concept-car. Preuve que l’idée de lancer une voiture portée sur l’essentiel n’est pas récente dans les bureaux de la marque aux chevrons. Il aura fallu beaucoup de temps à la firme française pour trouver la bonne formule.

Alternative aux compactes

Au début, le projet était de mettre au point une auto très dépouillée, qui utilisait un minimum de pièces. Mais Citroën s’est rendu compte que la clientèle n’était pas encore prête pour cela. Il a donc pensé à faire du low-cost classique, façon Dacia. Mais cela ne correspondait pas vraiment à son image. Non pas que la marque se refuse à produire une auto à bas-coûts, cela fait d’ailleurs partie de son ADN. On pense bien évidemment à la 2CV, qui même simple, avait un côté sympathique et innovant. Des valeurs qui ne viennent pas à l’esprit quand on évoque le low-cost.

Le design n'a plus rien à voir avec le premier concept-car de 2007... mais est très proche de celui de 2013.

Le design n’a plus rien à voir avec le premier concept-car de 2007… mais est très proche de celui de 2013.

Citroën a donc imaginé un positionnement intermédiaire. Une auto placée entre les modèles bas-prix et les véhicules « normaux », qui donne de la valeur à ce qui compte vraiment pour le client quitte à faire des oublis assumés, mais sans sacrifier le design, le confort et la technologie, du moment que celle-ci soit utile. Ainsi est née cette C4 Cactus, presque inclassable sur le marché. Citroën la présente comme une alternative aux compactes traditionnelle. Elle est tout de même bien plus petite. Avec ses 4,16 mètres de longueur, elle est 10 à 15 cm moins longue que les 308, Golf et Mégane. Elle est d’ailleurs au final plus proche des crossovers urbains comme la Renault Captur. En revanche, elle est bien plus basse que ceux-ci, avec une hauteur réduite, de 1,48 mètre. Ce qui surprend un peu au début car cela ne colle pas vraiment avec son allure de SUV.

Ces originales protections de carrosserie renferment des capsules d'air qui amortissent les petits chocs. Quatre couleurs sont disponibles.

Ces originales protections de carrosserie renferment des capsules d’air qui amortissent les petits chocs. Quatre couleurs sont disponibles.

Design simple mais sympa

Citroën a voulu que la simplicité s’exprime dans le design. Cela ne veut pas dire que les formes sont ennuyeuses. Mais les stylistes ont privilégié les surfaces pures et lisses, avec des volumes fluides sans agressivité. On retrouve un regard sur deux étages au niveau de la proue, comme sur le C4 Picasso. Les détails sont soignés, avec par exemple des petits artifices esthétiques qui donnent l’impression que le pavillon et la custode sont flottants. L’élément incontournable à l’extérieur reste les protections « Airbump », qui recouvrent notamment une bonne partie des flancs. Leur peau souple renferme des capsules d’air pour amortir les petits chocs. Elles sont disponibles en quatre couleurs : noir, gris, beige et chocolat. Pour personnaliser son auto, Citroën propose aussi différentes teintes pour les jantes, les rétroviseurs et les barres de toit.

Grâce à deux baguettes colorées, la custode et le pavillon semblent flotter.

Grâce à deux baguettes colorées, la custode et le pavillon semblent flotter.

A l’intérieur, l’idée a été de libérer de l’espace pour les occupants. La planche de bord a été simplifiée mais n’oublie pas les éléments utiles. Il y a ainsi toujours une boîte à gants, sauf qu’elle a été placée au-dessus de l’ensemble grâce à l’implantation de l’airbag passager dans le pavillon. Un maximum de commandes a été remplacé par un écran tactile de 7 pouces, qui regroupe les fonctions de climatisation, de navigation, de radio et de paramétrage. La Cactus se veut connectée puisqu’on peut accéder au portail d’applications Citroën Multicity Connect, qui permet par exemple de trouver un hôtel ou un restaurant, une station-service moins chère…

La planche de bord est basse et horizontale. Rares sont les boutons, remplacés par un écran tactile.

La planche de bord est basse et horizontale. Rares sont les boutons, remplacés par un écran tactile.

Interface 100 % digitale

L’instrumentation est composée d’un autre écran digital. Citroën a poussé le bouchon très loin puisque sur les versions dotées de la boîte robotisée, le levier de vitesse classique a été supprimé au profit de trois boutons en bas de la console centrale ! Sur ces modèles, les larges assises avant sont reliées entre-elles, dans un esprit sofa. Grâce à un grand empattement de 2,60 mètres, la C4 Cactus offre une bonne habitabilité. Le coffre annonce un volume de 358 litres. Quelques détails de l’habitacle sont inspirés de l’univers de la bagagerie, comme les poignées de portes, qui sont des sangles en cuir comme sur les malles de voyage.

La boîte à gants est en hauteur. L'airbag passager a été déporté, il est intégré au pavillon.

La boîte à gants est en hauteur. L’airbag passager a été déporté, il est intégré au pavillon.

Côté équipements, la Cactus vit dans un monde moderne puisqu’elle adopte une aide au créneau, une caméra de recul, une aide au démarrage en pente, un éclairage d’intersection, un toit panoramique en verre doté d’un traitement thermique haute performance… Petit détail pratique : les diffuseurs de lave-glace sont intégrés à l’extrémité du balai d’essuie-vitre, pour un meilleur lavage et une économie de liquide.

Moins chère à l’achat et à l’usage

La C4 Cactus se veut évidemment économique. Pour réduire les consommations, Citroën a fait attention au poids. En moyenne, la Cactus annonce 200 kg de moins qu’une C4 équivalente. Pour cela, la marque a fait appel à des matériaux légers comme l’aluminium au niveau du capot ou des poutres avant et arrière, mais a aussi fait des choix assumés. La banquette est ainsi monobloc, ce qui fait gagner 6 kg. Les vitres arrière ne descendent pas, elles s’entrebâillent juste (- 11 kg). Avec sa masse réduite, la Cactus n’a pas besoin de gros moteurs. Pour l’essence, elle se contente donc du 1.2 VTi 82 ch et du 1.2 THP 110 ch. Pour le diesel, on retrouve le 1.6 HDI 92 ch et un nouveau BlueHDI de 100 ch. Ce dernier promet une consommation en cycle mixte de seulement 3,1 litres au 100 km et des rejets de CO2 limités à 82 g/km. Citroën déclare que les coûts d’utilisation sont réduits de près de 20 % par rapport aux compactes classiques.

Quand la simplicité devient chic : les poignées de portes sont remplacées par des éléments en cuir, inspirés des malles de voyage de luxe.

Quand la simplicité devient chic : les poignées de portes sont remplacées par des éléments en cuir, inspirés des malles de voyage de luxe.

Reste à connaître le prix de l’auto. C’est encore le mystère. Pour résumer, il devrait être à mi-chemin entre un Duster et un Qashqai. En clair, Citroën veut proposer une auto aux prestations de compacte au prix d’une citadine. La marque annonce qu’elle lancera des solutions d’achat originales, sous la forme de forfait mensuel ou au kilomètre. Cette offre permettra de couvrir toutes les dépenses pendant la durée de l’engagement en dehors du carburant : financement, assurance, entretien.

Le C4 Cactus en vidéo

Voici le nouveau petit SUV aux chevrons vu depuis l’extérieur et l’intérieur :

Galerie photo