C’est le salon de Genève qui a été choisi par l’anglais Aston Martin pour révéler la tant attendue DB11. Il faut dire que celle qu’elle remplace, la DB9, est sortie en 2003. Et ce n’est pas l’éphémère Virage (2011-2012), ressemblant comme deux gouttes d’eau à la DB9, qui avait changé la donne. La relève est là, plus désirable que jamais.

James Bond approved

Aston Martin DB11 - 19

Aston Martin DB11 - 22

Esthétiquement parlant, la DB11 à un air de déjà vu. Pourtant, rien à voir avec la DB9 ! C’est plutôt du côté du concept DB10 révélé dans Spectre, le dernier volet des aventures de 007, qu’il faut chercher l’origine de la nouvelle GT. A l’avant, la calandre emblématique faisant partie de l’identité visuelle de la marque est bien là, plus imposante que sur celle qu’elle remplace. Les phares s’effilent et le pare-choc avant se termine en une lame agressive qui n’aimera sûrement pas les dos d’âne.

Aston Martin DB11 - 17Aston Martin DB11 - 11

De profil, la DB11 fait un peu penser à un Fastback avec un toit fuyant des plus réussis. Et comme la forme dicte aussi la fonction, les ailes avant se terminent sur des extracteurs d’air censés évacuer l’air des arches de roue.

Aston Martin DB11 - 21

L’arrière est bien dans l’air du temps, très moderne, avec des feux ciselés qui encadrent le spoiler intégré. La partie basse est plus classique et se compose d’un diffuseur et de deux sorties d’échappement.

Aston Martin DB11 - 23

Standing oblige, l’intérieur est ultra luxueux. Le constructeur de Gaydon affirme avoir activement travaillé sur l’espace à bord et notamment sur la place aux jambes des passagers arrière. Véritable 2+2 la DB11 ? Je ne demande qu’à vérifier en personne. En tout cas, des fixations Isofix sont présentes, au cas où vous souhaiteriez emmener vos bambins.

Aston Martin DB11 - interieur - 6

Aston Martin DB11 - interieur - 7

Comme d’habitude à ce niveau de gamme, les combinaisons possibles pour l’habillage tendent vers l’infini, du moment que votre porte-billet suit la cadence. A l’avant, on observe un design bien plus arrondi que sur les précédentes productions Aston, notamment sur la planche de bord. Elle accueille en partie haute un écran multimédia de 8 pouces, quand le conducteur à pour sa part droit à un écran de 12 pouces en guise de combiné d’instrumentation, logé derrière le volant très futuriste.

Turbo power

Aston Martin DB11 - 13

Sous le long capot avant se cache une petite révolution. Fini l’atmo, places aux turbines ! Je vois déjà les « puristes » et autres aficionados de la maxime « c’était mieux avant » devenir tout rouge et se fâcher très méchant très fort. Bon j’admets qu’il y a un peu de downsizing , la cylindrée passant de 5.9 L à 5.2 L. Mais c’est toujours un V12 qui meut la belle anglaise et, chantilly sur le fondant, c’est le plus puissant jamais produit sur un DB ! Il annonce fièrement 608 chevaux et surtout 700 Nm de couple. Du coup, le 0 à 100 réclame moins de 4 s et la vitesse maxi s’établit au-delà des 320 km/h. Pas mal. Le tout est transmis aux roues via une boîte de vitesses automatique ZF à 8 rapports.

Aston Martin DB11 - 28

Aston Martin DB11 - 27

Aston Martin DB11 - 18

Le comportement promet d’être lui aussi de premier ordre, grâce à la technologie. Premièrement, l’anglaise fait appel à une suspension adaptative réglable sur 3 modes : GT, Sport et Sport Plus. S’y ajoute en plus un système Torque Vectoring capable de freiner indépendamment les roues quand le besoin s’en fait sentir tout en agissant sur la dureté de la suspension pour garantir une agilité exemplaire.

Aston Martin DB11 - 30

L’Aston Martin DB11 en promet donc beaucoup et espère bien revenir au top de la catégorie GT. Elle sera disponible à partir de 154 900 livres au Royaume-Uni soit 200 046 euros au taux de change en vigueur à l’écriture de cet article (le prix devrait être un peu plus élevé en France). Les premières livraisons clients interviendront fin 2016.