C’est peu de dire que la nouvelle 508 est attendue. Après le succès des dernières productions de la marque au lion, 3008 en tête, on compte chez Peugeot sur la nouvelle itération de la berline et du break pour conquérir ces deux segments stratégiques. Car même si les volumes de ventes n’y sont pas les plus élevés chez nous, il y a une belle concurrence en présence à laquelle le constructeur français damerait volontiers le pion. C’est avec une 508 2 plus statutaire, d’extérieur comme d’intérieur, plus technologique, et également offrant d’avantage de puissance, que Peugeot s’attaque à ces marchés.

Design intérieur et extérieur

Côté design, on attend l’inspiration des deux concepts-cars qui ont tant convaincu lors de leurs dévoilements respectifs.

L’Exalt ci-dessus porte en lui une ligne de grand coupé incisive et moderne, ainsi qu’un intérieur épuré construit autour de l’i-Cockpit cher à la marque. De son côté, l’Instinct ci-dessous pourrait être l’instigateur du style de la 508 SW, avec son esthétique de break de chasse embarquant une signature lumineuse avant encore inédite et le bandeau arrière doté des griffes à LED de chaque côté.

  

Ainsi, on devine que le pari de Peugeot est de proposer une automobile raffinée, dont l’élégance pourra taquiner les références que sont les berlines premium à hayon allemandes, comme l’A5 Sportback entre autres. Le break SW s’attaquera lui de plein fouet à la Volkswagen Passat SW, en offrant nous l’espérons plus de charme et au moins autant de praticité et de sérieux.

Son habitacle, que l’on peut apercevoir sur le web à travers des clichés volés (d’origine autohome.com), se munit logiquement du i-Cockpit et de l’instrumentation numérique dont jouissent les nouveaux SUV de la marque. Le dessin de la planche de bord et de la console centrale est en revanche inédit. L’écran tactile de 12 pouces, qui surplombe une rangée de touches « piano », embarquera un système multimédia dernière génération. Celui-ci permettra en outre de configurer les nouvelles aides au stationnement et à la conduite qui équipent la 508, parmi lesquelles une conduite semi-autonome avec frein automatique dans les embouteillages. Un équipement dernier cri donc afin de mettre la berline sochalienne à niveau face à ses adversaires. Cependant, ce plaisant cocon intérieur apporte une touche de fraîcheur dans un marché dominé par la sobriété: un point positif pour la française.

 

Ce que cachera la 508 II dans ses entrailles

Les deux déclinaisons de la nouvelle Peugeot 508 reposeront sur la même plateforme EMP2 que la 308, le 3008 et le 5008, en empruntant la version au plus grand empattement. De quoi promettre une excellente habitabilité et le même dynamisme sur route que ses frères et sœurs, le train arrière spécifique et l’amortissement piloté en sus.

  

Pour ce qui est des motorisations, elle sera d’abord proposée en PureTech trois cylindres de 110, 130 ou 156 chevaux, en PureTech quatre cylindres de 180 ou 225 chevaux et en diesel BlueHDi de 130 chevaux avec le nouveau bloc 1.5, mais aussi 150 et même 180 chevaux en 2.0. La nouvelle boîte EAT8 fera très certainement son apparition. La révolution attendue de pied ferme est l’introduction d’une motorisation hybride (à priori pour l’automne 2019) qui couplera vraisemblablement le THP 1.6 avec un bloc électrique pour une puissance annoncée de 250 voire 300 chevaux. Une offre enfin intéressante face aux grosses motorisations concurrentes.

Dévoilement attendu à Genève !