La Citroën C5 sortie en 2008 approche sérieusement de sa fin de carrière. Sa remplaçante pourrait bien surprendre en changeant complètement de formule !

La prochaine C5 ira à l’essentiel

Ces derniers temps, il était difficile de savoir ce qu’allait devenir la Citroën C5 qui est en actuellement à sa deuxième génération. Alors qu’à un moment, la C5 III devait être développée avec Opel, on parlait ensuite de son abandon… Les propos récents de Linda Jackson, qui est à la tête de la marque française, nous donne la direction que va prendre son successeur qui empruntera la voie initiée par le… C4 Cactus (lire notre essai) !

La remplaçante de la C5 devrait notablement changer d'allure et piquer quelques idées au C4 Cactus. On demande à voir...

La remplaçante de la C5 devrait notablement changer d’allure et piquer quelques idées au C4 Cactus. On demande à voir…

Selon les Anglais d’Autocar, la directrice générale pense qu’il « faut regarder les choses d’une manière différente », notamment à cause de la part croissante du marché des SUV. Citroën doit donc savoir ce que « le client voudra dans cinq ans » : elle « ne pense pas que ce soit simplement remplacer la C5 ». Les C4 Cactus et concept Cactus M seraient donc les inspirateurs…

Chez Abcmoteur, on se permet de douter de cette stratégie, bien que Mme Jackson soit convaincue de viser et séduire le grand public en leur proposant quelques chose de différent apportant une certaine valeur ajoutée. Le marché des berlines traditionnelles est difficile, car en berne depuis de nombreuses années. Il est aussi dominé par les marques premiums allemandes. Par conséquent, commercialiser un modèle atypique est particulièrement risqué (les exemples en la matière ne manquent pas avec par exemple la Renault Vel Satis).

Après une C5 II très germanique et conservatrice, les Chevrons prendraient la direction opposée. De quoi créer un nouveau genre de berline ? A l’heure actuelle, il est difficile de comprendre le positionnement de Citroën (lire : Où va Citroën ?) qui misait jusqu’à présent sur la technologie pour attirer ses clients et rajeunir son image. Désormais, il semble qu’il faille penser « essentiel »…

A suivre.