BMW est reconnu pour la qualité de ses châssis et plus particulièrement pour leur dynamisme. Des valeurs que la Série 3, modèle fétiche de la marque allemande, a dilué ces deux dernières générations (E90 et F30)…

Objectif : redevenir la référence en plaisir de conduite !

Bien que l’actuelle Série 3 ait été récemment restylée, la septième génération de la BMW Série 3 (G20) attire déjà l’attention. Attendue d’ici fin 2017 ou dans le courant de l’année 2018, cette dernière se devra de regagner en agilité et en dynamisme. Deux qualités propres à ce modèle qui se sont malheureusement estompées ces derniers temps. Notre essai de la Série 4 Gran Coupé nous a conforté dans cette opinion. La Jaguar XE fraîchement sortie que nous avons essayée à la fois sur route et sur piste devance sa rivale germanique à ce chapitre !

La BMW Série 3 G20 ne bousculera pas son style, mais elle reposera sur une nouvelle plateforme (crédit : Larson pour Auto Bild)

La BMW Série 3 G20 ne bousculera pas son style, mais elle reposera sur une nouvelle plateforme (crédit : Larson pour Auto Bild)

Le constructeur devra donc revoir ses réglages et notamment sa suspension qui n’offre pas entièrement satisfaction. Un gain de poids d’une centaine de kilos est également prévu à l’aide de matériaux plus légers. Un bon point qui bénéficiera au plaisir de conduite cher à la marque en plus de diminuer la consommation en carburant. En outre, le système de quatre roues directrices proposé en option sur les Série 5, Série 6 et Série 7 devrait être de la partie et ainsi améliorer grandement les capacités de l’auto sur les routes sinueuses.

Pour le reste, la future Série 3 se mettra à la page en terme d’équipements. On pense par exemple au système multimédia iDrive qui deviendra tactile, recevra un écran plus grand et sera mis à jour. Une version à conduite autonome ne sera pas prête avant dix ans.

Du côté des motorisations, les blocs gagneront en puissance. Le six-cylindres 3,0 l de la 340i passera de 326 ch à 365 ch. Les M3 et M4 (voir notre essai) iront titiller les 500 ch grâce à une refroidissement moteur optimisé. Enfin, des motorisations plug-in hybride et électrique pourraient être commercialisées après le lancement des motorisations classiques qui aura lieu d’ici 2 à 3 ans.

A suivre.