Renault, avec Dacia, fait partie des rares constructeurs proposant une offre low-cost, et ce, avec un succès toujours grandissant. Pour autant, la marque roumaine ne se repose pas sur ses lauriers avec des ambitions toujours plus grandes. Dernière en date : vendre une voiture pour 5 000 € !

Une Dacia à 5 000 € pour la France… mais pas pour tout de suite

Ce projet, on en parle depuis 10 ans ! Pourtant, aujourd’hui Dacia prépare une petite citadine proposant le strict nécessaire pour un prix de vente défiant toute concurrence : 5 000 €. A ce tarif, il faudra bien évidemment ne pas s’attendre à une Renault Twingo simplement moins bien finie.

Voici la Dacia à 5 000 € réservée (dans un 1er temps) aux pays émergents tels que l'Inde

Voici la Dacia à 5 000 € réservée (dans un 1er temps) aux pays émergents tels que l’Inde. Elle y apparaîtra avec le logo Renault sur la calandre à la différence de chez nous (crédits : Antoine51)

En effet, pour baisser ses coûts, le spécialiste des modèles peu chers va utiliser une ancienne plateforme, celle de la Twingo 2. Moins aboutie, elle coûtera aussi moins chère qu’elle est déjà connue et amortie. En outre, les outils de production existent. Son usine de fabrication sera située là où la main-d’œuvre est la moins onéreuse, soit sans doute au Maroc. Son gabarit réduit la portera autour des 3,50 m et quatre personnes pourront prendre place à bord.

Par ailleurs, les dernières gadgets technologiques (GPS, écran tactile, Bluetooth, commande vocale, …) seront, au mieux, disponibles en option pour certains. Des accessoires inutiles pour une citadine comme le régulateur de vitesse ne seront pas proposés. Tout comme la Logan à sa sortie, les boucliers de carrosserie seront en plastique brut, la couleur de carrosserie apparente dans l’habitacle, les roues des jantes en tôle de 14 ou 15 pouces, les freins arrière à tambour, les rétroviseurs manuels, la climatisation en option et les rangements intérieurs non recouverts en plus d’être réduit en nombre. Il se pourrait même que la télécommande d’ouverture centralisée soit absente sur la clef…

La priorité de Dacia est d’envahir les marchés émergents – et particulièrement l’Inde – avec son auto, avant de signer des bons de commandes en France, car c’est dans ces pays que les plus gros volumes et parts de marché sont à prendre. Et le problème, c’est que si proposer une Dacia à 5 000 € aux indiens est possible, c’est une autre paire de manche pour le marché hexagonal et européens très exigeants sur la sécurité et les émissions polluantes des moteurs.

Des contraintes qui se répercutent sur le prix de vente. L’ABS, l’ESP, des airbags et la norme Euro VI sont notamment au programme. Une équation qui semble difficile à résoudre pour garder un prix attractif.

Plus chère et mieux équipée d’ici 2016 ou 2017 ?

Alors que la mini-citadine Dacia à 5 000 € est attendue pour les alentours de 2015 dans les pays en développement, la France pourrait en profiter d’ici 2016 ou 2017 dans une formule revue et corrigée intégrant notamment les normes de sécurité et de pollution. Les moteurs seront des trois-cylindres essence uniquement et d’origine Renault. Ils ne dépasseront pas les 70 ch.

Mieux présentée, la version française soignera davantage son look mais sera vendue 1 000 ou 2 000 € plus chère...

Mieux présentée, la version française soignera davantage son look en finition haute, mais sera vendue 1 000 ou 2 000 € plus chère pour le prix de base…

Il se pourrait également que Dacia joue la carte de la séduction – pas trop tout de même, il ne s’agit pas de cannibaliser l’entrée de gamme de la nouvelle Twingo – avec une présentation plus avenante que ce que nous avait habitué le constructeur. Une voie que la Duster restylé (voir notre essai) semble avoir ouverte…

A suivre.