Suite au Think Blue Challenge, Volkswagen a invité une nouvelle fois Abcmoteur. Il s’agit de prendre en main pendant quelques jours la nouvelle Coccinelle en 1,4 TFSI 160 ch finition Vintage. On avait d’ailleurs déjà parlé de ce modèle sur le blog avec les spyshoots, la version sport, les tarifs, … Voyons un peu ce que vaut ce nouveau cru qui s’annonce plus affirmé et abouti que la génération précédente.

A l’extérieur

Pas de doute, on a bien une une Coccinelle (appelée auparavant New Beetle) devant les yeux, mais on ne peut s’empêcher de remarquer que l’auto au fort capital de sympathie a subi quelques modifications esthétiques…

la cox 2012 vue de profil

Sous cet angle, la nouvelle Coccinelle fait un signe à sa mythique devancière avec ses jantes spécifiques de la finition Vintage

la new beetle près d'un château

Sa teinte noire attrape vite la poussière mais s’allie très bien avec le dessin de l’auto

Tout d’abord, on note que les derniers codes stylistiques de la marque ont été intégrés. La voiture semble beaucoup plus racée et masculine. Exit les rondeurs au niveau des passages de roues, les rétroviseurs adoptent des formes plus rectilignes, la calandre donne l’impression d’être moins bombée… La VW Coccinelle 2012 est plus « assise » et gagne une allure plus sportive, en particulier avec sa poupe et son énorme becquet.

A l’intérieur

Lorsque l’on pénètre à l’intérieur d’une Coccinelle Vintage, on remarque immédiatement la planche de bord ici laquée de noir et le très bon système audio Fender. L’ensemble reste assez sobre mais plaisant.

la volkswagen coccinelle en vue 3/4 arrière

La poupe, c’est la partie qui a le plus évolué sur la Coccinelle et c’est elle qui lui donne ce caractère plus viril

la malle de la vw coccinelle

Le volume de coffre varie de 310 à 905 litres (baquette rabattue). Il s’agrandit par rapport à la précédente génération grâce aux proportions plus élevées de la voiture. Par ailleurs, on aperçoit le caisson de basse Fender sur la droite participant à la remarquable qualité du système audio embarqué…

La finition est bonne et donne une impression de solidité. On est bien installé que ce soit à l’avant ou à l’arrière pour cette voiture quatre places.

Sur route

Une fois le moteur démarré, il faudra tendre l’oreille vitres fermées tant l’insonorisation est bonne et le moteur essence discret. Par conséquent, en ville c’est reposant. En revanche, on regrette que les suspensions un peu trop raides délivrent un confort moyen lorsque la route est irrégulière. Ces dernières n’apprécient d’ailleurs pas du tout les petits villages aux routes défoncées. Tous ces défauts disparaissent assez étonnamment dès que l’on se trouve à une allure plus élevé sur une départementale par exemple.

l'habitacle des places avant

L’intérieur de la Coccinelle 2012 est une réussite et plus particulièrement la planche de bord

le câble pour recharger son iphone dans le beetle

Le cordon (trop court) pour recharger son smartphone pommé

Par ailleurs, la boîte de vitesse à six rapports se trouve très agréable (à part la 2ème qui accroche un peu) et un témoin sur le tableau de bord indique quand le rapport suivant peut être engagé afin de réduire sa consommation de carburant. On regrette que la transmission se fasse entendre vitre ouverte comme fermée.

la poupe de la vw new beetle

Lors de la commande on peut choisir entre plusieurs inscriptions sur la malle : Beetle, Coccinelle, …

Au final, le moteur turbo pousse assez bien et aura consommé aux alentours de 9 litres aux 100 km, mais on aurait aimé qu’il ait un peu plus de caractère. Sa poussée très linéaire due à la suralimentation n’aidant pas. Toutefois, on imagine bien que la clientèle visée par Volkswagen accordera plus d’importance à d’autres éléments.

En bref…

Les plusLes moins
– Un intérieur sobre et réussi
– Une prise en main immédiate
– La tenue de route imperturbable
– Le radar de recul efficace
– Le grand coffre
– Les bruits de transmission
– Les suspensions un peu trop raides
– Le rétroviseur intérieur un peu petit

Conclusion

En définitive, au bout de trois jours on s’accroche déjà à la Coccinelle et sa petite bouille qui ne manque pas de charme. Facile à conduire, elle se révèle polyvalente et elle fait vite oublier ses quelques défauts qu’on lui excuse volontiers. Vendue neuve à 22 930 € (500 € de malus inclus), la VW Coccinelle 1,4 l TFSI 160 ch Vintage se situe au niveau tarifaire des concurrentes qu’elle désigne –? les Mini et DS3 –? mais, avec une habilité supérieure (+20 cm de long).

Découvrez également le test de sa sœur découvrable : la Coccinelle cabriolet Edition 60’s.

Galerie photo