Petit frère du Tiguan, VW s’attaque à la mode des SUV avec son tout nouveau T-Roc avec ses 4.24m de long, il est 25 centimètres moins long que le Tiguan et 2 centimètres moins long que la Golf. Volkswagen le présente ici comme un SUV compact mais au vu de ses dimensions, il est plus pertinent de le ranger dans la catégorie des SUV urbains au même titre que ses concurrents directs comme la Fiat 500X ou le Jeep Renegade. Volkswagen annonce par la même occasion l’arrivée d’un T-Cross pour venir concurrencer « les petits SUV » autrement dit, les Renault Captur, Peugeot 2008 et autres Nissan Juke mais ce ne sera hélas pas avant 2019.

Un design extérieur novateur et avant-gardiste

Volkswagen se serait-il égaré ? Un vent d’air frais semble s’être installé dans les bureaux de style de Volkswagen qui avec ce nouveau T-Roc sort désormais des sentiers battus et ce n’est pas pour nous déplaire à la rédaction, bien au contraire !

En effet, il faut souligner ici l’expression d’un design dynamique avec une touche de sportivité, un style particulier que l’on ne retrouve nulle part ailleurs dans la large gamme de véhicules que nous propose le constructeur. Un design qui se veut un peu plus jeune sans être pour autant ostentatoire, on retrouve ici une calandre horizontale venant épouser des optiques à LED (uniquement disponible à partir de la finition Carat), des lignes racées, des passages de roues marqués et des ailes saillantes avec une ligne de pavillon nous rappelant celui d’un « coupé », une garde au sol assez haute et un porte-à-faux court. Un look ravageur qui n’a pas manqué de faire tourner les têtes tout au long de notre essai à Lisbonne et ses alentours.

Il sera d’ailleurs proposé plusieurs niveaux de finitions pour ce modèle (Lounge, First Edition, Carat et Carat Exclusive) comportant pour chacune d’entre-elles des équipements spécifiques comme des jantes en alliage de 18 pouces, sellerie en cuir Vienna, un toit ouvrant électrique panoramique et des sièges avants chauffants pour la version la plus haute Carat Exclusive.

De plus, un large choix de personnalisation extérieur est proposé par le constructeur avec plus de 11 teintes de carrosseries permettant de combiner toits, montants et boîtiers de rétroviseurs colorés.

Un habitacle spacieux tourné vers la modernité

Le côté « fun » et jeune du T-Roc est tout aussi présent à bord mais pour cela il faudra bénéficier du pack design qui permettra d’ajouter un peu de couleur et de joie à l’habitacle comme avec notre modèle d’essai et son tableau de bord et sellerie de couleur « Orange Energy »  L’agencement ici nous rappelle à deux-trois choses près l’intérieur de la nouvelle Polo, de quoi ramener la Golf à l’âge de pierre « ou presque ». La planche de bord en couleur contrastée donne réellement le ton apportant une touche de fantaisie mais rassurez-vous, la présence de ces couleurs dans l’habitacle est parfaitement dosée et reste tout à fait dans l’esprit du constructeur c’est-à-dire « la sobriété ». Petite déception cependant tenant aux choix des matériaux en ce qui concerne la partie haute du tableau de bord avec la présence de plastiques durs (même si de très bonne facture), Volkswagen nous ayant plutôt habitué à des plastiques moussés.

Une présentation distinguée mais surtout moderne de par l’utilisation d’une digitalisation complète et tout à fait fonctionnelle. Cette digitalisation porte sur les éléments d’affichage et de commande, tous les instruments de la voiture étant entièrement digitaux. Notre modèle d’essai bénéficiait lui de l’Active Info Display et d’un écran de 8 pouces de diagonale très intuitif et facile d’utilisation une fois en main, quoi que, un peu salissant à l’usage avec nos traces de doigts. L’on retrouve également un casier de rangement pour smartphones avec deux prises USB avec la possibilité d’une recharge par induction. Sur le plan de la technologie embarquée à bord, il est difficilement possible de faire mieux.

Les places arrières ou le sujet qui fâche ? Avec le T-Roc on aurait pu penser que son pavillon plongeant poserait quelques problèmes. Alors certes, la Golf fait peut être mieux, les personnes de grandes tailles installées derrière le conducteur rencontreront peut-être quelques soucis mais globalement l’habitabilité arrière du T-Roc reste ici convenable. A noter que l’on peut réellement compter deux places à l’arrière, la place centrale n’étant vraiment pas l’idéal pour un troisième passager.

Qu’en est-il de la capacité du coffre ? Ici, le T-Roc fait mieux qu’une Golf avec un volume de 445 litres pour la version en traction contre 392 litres pour la version quatre roues motrices 4motion. L’existence d’un double plancher pour la version en traction permet de profiter d’une surface plus importante quand les dossiers sont rabattus ce qui permet d’atteindre le volume de 1290 litres. Notre modèle d’essai bénéficiait aussi par la même occasion du hayon électrique (Disponible avec la finition Carat exclusive)

Une fois au volant…

Nous avons pu essayer la version 2.0 TSI 190 ch et le 2.0 TDI 150 ch, tous deux en transmission intégrale 4motion. Une fois les premiers kilomètres franchis, qu’il s’agisse d’un trajet en ville ou d’effectuer un trajet sur des routes isolées en pleine campagne, le SUV du constructeur a su se montrer très rassurant même pendant des phases de conduite dynamique dans l’arrière-pays où la direction progressive venant tout droit de la Golf GTI n’a pas faibli. La transmission intégrale donne l’impression que le véhicule est posé sur des rails permettant d’enchaîner les virages dans une tranquillité des plus absolue. La boîte à double embrayage DSG à 7 vitesses, elle, s’est montrée convaincante lors de notre essai même si nous avons pu parfois la sentir un poil hésitante sur certaines routes et notamment en montée de côte sur la motorisation essence. Le problème étant résolu lorsque nous passions aux palettes au volant. Plusieurs modes de conduite étaient disponibles (Eco, Confort, Normal, Sport et individual) permettant d’agir sur la direction, la réponse du moteur et les suspensions pour les modèles bénéficiant de l’amortissement piloté comme les véhicules que nous avons essayé (option à 1 440€). La transmission intégrale étant elle-aussi paramétrable (Street, Snow, Offroad et Offroad Individual).

S’il y avait des reproches à faire ? Si l’on peut réellement appeler ça « des reproches » … On aurait sans doute préféré un freinage moins assisté et un comportement routier moins « aseptisé » dans le sens où ce côté rassurant et sécurisant manque un peu de « punch » à notre sens mais cela est très vite oublié aux vues des qualités du véhicule que ce soit tout aussi bien au niveau du confort et de sa combinaison parfaite entre boîte à double embrayage DSG à 7 rapports parfaitement équilibrée et une motorisation digne de ce nom.

Des équipements à la pointe de la technologie !

Difficile ici d’énumérer toutes les possibilités qu’offre le T-Roc en termes d’équipements, étant déjà très bien fourni de série en accordant une place importante à la sécurité du conducteur et de ses occupants comme le régulateur de vitesse adaptif ACC. Ce qui est ici remarquable c’est de constater la modularité de ces équipements et de la facilité à laquelle le T-Roc peut s’adapter à tout type de conducteur grâce aux différentes configurations possibles en passant par l’Active Info Display.

 

Motorisations et tarifs du T-Roc

Le T-Roc débutera dans sa version essence 1.0 TSI 115 ch à 21 990€ avec une embardée d’équipements de série comme le cruise control adaptif, le freinage automatique d’urgence avec détection de piétons, les capteurs de pluie et d’obscurité, l’aide active au maintien de voie et bien d’autres encore. Des tarifs qui sont ici justifiés à nos yeux aux vues des équipements proposés. Les tarifs grimpent cependant assez vite lorsqu’il s’agit de « motorisations haut de gamme » comme le 2.0 TSI 190 ch ou le 2.0 TDI 150 ch débutant à 33 890€.

 

Ce qu’il faut retenir du T-Roc

Les plusLes moins
– Un SUV plein de personnalité, au design jeune et raffiné
– Compromis boîte DSG à 7 rapports et motorisation plus que convaincante
–  Equipements à la pointe de la technologie (mais coûteux)
– Présentation de l’habitacle réussie
– Capacité du coffre intéressante
– La présence de quelque plastiques durs.

– Place centrale arrière quasi-inexistante (surtout sur la version 4 roues motrices)

– Un comportement routier qui manque un peu de « punch ».

 

Modèle essayéPrix (hors options)
 logo volkswagenVolkswagen T-ROC 2.0 TSI 190 ch

Volkswagen T-ROC 2.0 TDI 150 ch

33 890€ (finition Carat)

35 830€ (finition Carat)

Modèles concurrentsPrix (hors options)
 Résultat de recherche d'images pour "renault logo 2017" Résultat de recherche d'images pour "renault captur"Renault Captur à partir de 17 500€ en BVM et 21 400€ en en BVA.
 Résultat de recherche d'images pour "logo nissan" Résultat de recherche d'images pour "nissan juke"Nissan Juke à partir de 16 200€ en BVM et 20 600€ en BVA.
 Résultat de recherche d'images pour "fiat logo" Résultat de recherche d'images pour "fiat 500x"Fiat 500X à partir de 18 290€ en BVM et 23 390€ en BVA