ford fiesta st 2013
Telles pour être la signification des initiales représentant la gamme sportive du modèle Fiesta (pour, en réalité, Sport & Technologie). Issue d’une dynastie de citadine économique débutée en 1976, la Fiesta enfile de nouveau son jogging et ses baskets.

Un peu d’histoire. D’hier…

Entamée en 1981 avec la XR2, la lignée sport  de la Fiesta a connu un parcours pour le moins chaotique !
La XR2 première du nom, accueillait en son sein, le légendaire et indestructible 1 600 Kent L3E (1 598 cm3, tout fonte, OVH, X-Flow), qui animait à l’époque les fabuleuses Lotus Seven et surtout les formules Ford !

N'est-elle pas craquante avec ses peintures de guerre typiquement eighties, ses phares ronds qui lui donnent ce regard plus agressif, les longues portées bien campées sur le pare-choc...

N’est-elle pas craquante avec ses peintures de guerre typiquement eighties, ses phares ronds
qui lui donnent ce regard plus agressif, les longues portées bien campées sur le pare-choc…

Seulement, ce cœur battait trop fort pour les frêles roulettes de 13″ et surtout un châssis resté semblable aux versions plus « civilisées » (!). Un train avant instable à la moindre sollicitation un tant soit peu musclée, qui demandait un gros cœur à qui voudrait l’exploiter et l’emmener virilement.

...ses jantes "Pepper Pot", la sortie d'échappement à droite et son aileron en mousse ?! Remarquez que sous cet angle, le "faux" bas de caisse peint, lui donne véritablement l'air d'avoir un kit d'ailes larges (!)

…ses jantes « Pepper Pot », la sortie d’échappement à droite et son aileron en mousse ?!
Remarquez que sous cet angle, le « faux » bas de caisse peint, lui donne véritablement l’air d’avoir un kit d’ailes larges (!)

Elle devient ensuite MK2 en 83, mais n’améliore pas suffisamment ses trains roulants, alors quand débarque le 96 ch, l’essieu avant est à la rue ! La pauvre bête, pourtant agréable rend vite les armes dès que le rythme s’accélère. Et plus le revêtement se dégrade, pire c’est.

Plus que de réelle nouvelle version, il s'agit surtout d'un restyling. Au cœur des années 80, le plastique est plus présent que jamais.

Plus que de réelle nouvelle version, il s’agit surtout d’un restyling.
Au cœur des années 80, le plastique est plus présent que jamais.

L'arrière est quasiment inchangé, si ce n'est des lignes un peu moins tendues, un redessin des feux, un bouclier plus enveloppant et l'aileron entourant le hayon.

L’arrière est quasiment inchangé, si ce n’est des lignes un peu moins tendues,
un redessin des feux, un bouclier plus enveloppant et l’aileron entourant le hayon.

La 3ème mouture arrivée en 1989, se verra déclinée en deux versions sportives, la XR2 toujours, devenant XR2i en adoptant l’injection, mais aussi une RS Turbo (qui sera la seule Fiesta badgée RS de tous les temps), plus turbulente encore (133 ch). Et là, la poussée du turbo aidant, Ford abandonnera l’idée d’une sportive sur la base, de la cependant très bonne, citadine.

La mark 3 poursuit la saga XR, devenant XR2i...

La mark 3 poursuit la saga XR, devenant XR2i…

...et se voit rejointe par l'impétueuse RS Turbo, reconnaissable à ses jantes 3 bâtons et les prises d'air sur son capot, cas qui ne fera pas école.

…et se voit rejointe par l’impétueuse RS Turbo, reconnaissable à ses jantes 3 bâtons et les prises d’air sur son capot,
cas qui ne fera pas école.

Puis, plus rien. Nous sommes en 95. La 4ème génération arrive, et laisse un vide sur le créneau des petites sportives.
En 1999, alors qu’elle vient d’être restylée, une simple version 1 600 S fait son apparition, sur la base du moteur Zetec SE.
Rien de bien folichon avec ses 103 ch, elle parait même timide, mais…! Elle commence à canaliser correctement la puissance sur les roues avant et à tenir le pavé. Enfin !

Ford s'est enfin décidé à traiter le châssis à part et sur mesure. La marque s'y est attelé avec brio.

Ford s’est enfin décidé à traiter le châssis à part et sur mesure. La marque s’y est attelé avec brio.

2005, l’appellation « ST » apparait sur la Mk5. Elle sera le premier produit du Team RS, département sport de Ford.
Forte de 150ch, elle commence vraiment à faire parler la poudre. La partie cycle est remarquable. Cette fois, les données sont inversées : le châssis est top et le moteur est faible, comparativement.
M’enfin, mieux ça que l’inverse comme auparavant.

L'accastillage de la ST affirme son caractère tout en restant sobre, notamment dans cette livrée grise. Le bouclier avant spécifique intégrant les AB, les jantes en 17" et l'aileron font partie du pack.

L’accastillage de la ST affirme son caractère tout en restant sobre, notamment dans cette livrée grise.
Le bouclier avant spécifique intégrant les AB, les jantes en 17″ et l’aileron font partie du pack.

Avec cette première ST, la Fiesta devient plus sérieuse et rigoureuse. On commence enfin à s'amuser ! A noter, les très reconnaissables bandes blanches chères à Ford, seront légion sur ce modèle.

Avec cette première ST, la Fiesta devient plus sérieuse et rigoureuse. On commence enfin à s’amuser !
A noter, les très reconnaissables bandes blanches chères à Ford, seront légion sur ce modèle.

Le récent Championnat du Monde Junior, en WRC, permet à Ford de reparticiper au sport automobile de haut niveau en tant qu’écurie, et d’éprouver les qualités de la bombinette.

En 2006, juste après un léger restyling, la marque se payera même le luxe de créer un championnat monomarque, le Fiesta Sporting Trophy.

En 2006, juste après un léger restyling, la marque se payera même le luxe de créer un championnat monomarque,
le Fiesta Sporting Trophy.

Une version RS est même étudiée en 2005 (en bleu sur la photo), après le succès de sa grande sœur, élue « Sportive de l’année » en 2002 par le célèbre magazine, « Échappement ». Le projet est abandonné, et jamais aucune Fiesta RS ne verra le jour.

Une fois convaincante, Ford s'enflamme pour la Fiesta et développe plusieurs pistes potentielles. Ce qui n'est pas pour nous déplaire !

Une fois convaincante, Ford s’enflamme pour la Fiesta et développe plusieurs pistes potentielles.
Ce qui n’est pas pour nous déplaire !

Le but est également de préparer le retour dans la cour des grands, avec la génération à venir et en remplacement de la Focus WRC, sous la houlette de Malcolm Wilson, patron de M-Sport, manager de Ford WRT. La réussite sera de la partie, car la Fiesta remporte le triplé dès son 2ème rallye lors de la saison 2011, le Rallye de Suède !

Mikko Hirvonen remporte son 1er rallye au volant de sa nouvelle monture, au 59ème Rallye de Suède, sous les couleurs du BP Ford Abu Dhabi World Rally Team.

Mikko Hirvonen remporte son 1er rallye au volant de sa nouvelle monture, au 59ème Rallye de Suède,
sous les couleurs du BP Ford Abu Dhabi World Rally Team.

A noter également, que la Fiesta 6ème du nom a gagné en notoriété grâce à Ken Block, et ses célèbres vidéos de gymkhana.

ford fiesta ken block

ford fiesta ken block-2

ford fiesta ken block-3

En voici un exemple, pour le plaisir :

[sublimevideo poster= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/ken-block-san-francisco.jpg » src1= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/DC SHOES KEN BLOCK S GYMKHANA FIVE ULTIMATE URBAN PLAYGROUND SAN FRANCISCO.mp4″ uid= »7e6ed800″ id= »7e6ed800″ width= »576″ height= »324″]

Curieusement, la Mk6 ne voit pas sa version ST arriver. Il faudra attendre, une fois n’est pas coutume, le restyling, intervenu au dernier Mondial de l’Automobile de Paris, en octobre 2012, pour la voir enfin débouler en concession, fin avril 2013.

Ford vise les 10 000 unités en Europe, dont 300 en france. Le gros des ventes sera pour le marché GB, représentant 60%.

Ford vise les 10 000 unités en Europe, dont 300 en france.
Le gros des ventes sera pour le marché GB, représentant 60%.

…à aujourd’hui.

Qu’en sera-t-il cette fois-ci de la nouvelle version ST ?
La surprise est excellente !

Faisons un petit tour du propriétaire. Pour commencer, le facelift est le principal changement notable.
Le kit « sport » composé d’un bouclier très enveloppant intégrant une calandre en nid d’abeille, des jantes alliage 17″ Rado Grey, des bas de caisse, un diffuseur arrière  avec sa double sortie d’échappement et un aileron proéminent surplombant le hayon.

Avec cette gueule béante de raie manta, la calandre fait indéniablement penser à la signature stylistique Aston Martin.

Avec cette gueule béante de raie manta, la calandre fait indéniablement penser à la signature stylistique Aston Martin.

L'arrière comporte son lot d'appendices aérodynamiques, avec le désormais incontournable diffuseur.

L’arrière comporte son lot d’appendices aérodynamiques, avec le désormais incontournable diffuseur.

Passons à présent à l’intérieur. Bien que richement équipée sur le plan technologique (climatisation régulée, audio mp3 Sony, écran de contrôle/GPS 7″, les systèmes MyKey & SYNC, etc…), la planche de bord ne se distingue pas vraiment des autres versions, plus sages.

L'intérieur, n'a visuellement rien de sportif, ou si peu. Heureusement, on peut compter sur les sièges "baquets" qui nous en redonnent l'impression et la sensation.

L’intérieur, n’a visuellement rien de sportif, ou si peu.
Heureusement, on peut compter sur les sièges « baquets » qui nous en redonnent l’impression et la sensation.

Par contre, chichement équipée sur le plan « sportif » (pédalier et pommeau de vitesse « alu », insert ST sur le volant et… c’est tout (!)), seuls les sièges Recaro très enveloppants et incontestablement sportifs, font leur effet et participent à la position de conduite assez typée.

Les sièges mi-cuir particulièrement soignés et badgés ST offrent un maintien impeccable.

Les sièges mi-cuir particulièrement soignés et badgés ST offrent un maintien impeccable.

Les futurs client ne se précipiteront donc pas sur le bon de commande pour son physique. L’intérieur n’est pas des plus démonstratifs. L’extérieur étant quant à lui, certes orienté mais relativement discret, quoique paradoxalement les couleurs proposées sont pour le moins flashy.

Les 3 couleurs disponibles sur le marché français (5 au total) :

La belle dans sa livrée Orange Molten posant devant le village de Gourdon, abritant en son sein les très jolis jardins du Château, aménagés par André Le Nôtre, jardinier de Louis XIV !

La belle dans sa livrée Orange Molten posant devant le village de Gourdon,
abritant en son sein les très jolis jardins du Château, aménagés par André Le Nôtre, jardinier de Louis XIV !

Le sanguin "Rouge Racing". Ici devant l'ancien moulin de Carros Village, ayant servi de cache d'armes et d'explosifs, en 1943 pendant la 2nde guerre mondiale.

Le sanguin « Rouge Racing ». Ici devant l’ancien moulin de Carros Village,
ayant servi de cache d’armes et d’explosifs, en 1943 pendant la 2nde guerre mondiale.

Devant le Domaine qui nous a accueilli pendant ces 2 jours, peinte en "Bleu Performance" (ou "Spirit Blue" suivant les marchés)

Devant le Domaine qui nous a accueilli pendant ces 2 jours, peinte en « Bleu Performance » (ou « Spirit Blue » suivant les marchés)

A noter, que Ford prévoit 2 versions : une ST1, plus dépouillée pour l’Allemagne, la Belgique, la Grande-Bretagne notamment & la ST2, présentée ici, pour le marché français.

Petite concession au luxe, et très en vogue actuellement, les seuils de portes alu rétro-éclairés.

Petite concession au luxe, et très en vogue actuellement, les seuils de portes alu rétro-éclairés.

Ouvrons le capot à présent.
Nous découvrons là le 4 cylindres 1.6 litre EcoBoost tout aluminium, développant 182 ch et 240 Nm de couple. Mais, grâce à son « overboost », la puissance et le couple grimpent en flèche !

compartiment moteur fiesta st 2013

L’overboost, qu’est ce que c’est ?
D’une durée limitée à 20 secondes, il se déclenche à pleine charge, lorsque les 182 chevaux sont lâchés, la pression du turbo basse inertie passe de 1,05 à 1,45 bar, ainsi 15 bourrins supplémentaires rejoignent le troupeau et le couple gagne 50 Nm, permettant de faire jeu égal, sur le papier tout du moins, avec ses concurrentes les plus directes !

La double sortie d'échappement distille un son fort agréable et en concordance avec celui du moteur.

La double sortie d’échappement distille un son fort agréable et en concordance avec celui du moteur.

Plus que sur le papier, le bouilleur sait autant se montrer discret, que montrer qu’il est là, car doté du « Sound Symposer », boitier communiquant entre le collecteur d’admission et l’habitacle. En phase d’accélération la membrane s’ouvre et permet à la mélodie émanant du moteur de venir chatouiller les tympans du pilote.
Le son a été travaillé pour être discret et doux à bas régime et/ou stabilisé, mais dès que la pédale de droite s’enfonce, il s’amplifie et devient plus rauque et viril. De quoi entendre siffler la turbine, rappelant un modèle très connu de l’autre marque à l’ovale bleu (!).

Si vous avez la chance de parcourir des vallées encaissées telles que celle de la Bévéra, entre Moulinet & Sospel, son terrain de jeu favori, oubliez la clim', ouvrez simplement la fenêtre et profitez du son ainsi amplifié !

Si vous avez la chance de parcourir des vallées encaissées telles que celle de la Bévéra, entre Moulinet & Sospel,
son terrain de jeu favori, oubliez la clim’, ouvrez simplement la fenêtre et profitez du son ainsi amplifié !

[sublimevideo poster= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/arsouille-fiesta-st.jpg » src1= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/Ford-Fiesta-ST-versus-legendary-Lommel-Track-7.mp4″ uid= »90f3495d » id= »90f3495d » width= »576″ height= »324″]

Plus que sur le papier, le Duratec se montre très efficace, car 20% plus performant que la génération précédente, tout en consommant 20% de moins, soit une conso moyenne de 5,9, prétendue par Ford et rejetant 138 gr de Co2.
Néanmoins, lorsque le rythme se fait plus sportif, le 1 600 plonge une paille dans le réservoir pour aspirer allègrement ses 15 litres aux 100 !

Une ligne élancée, une face avant très verticale, une ceinture de caisse oblique et un arrière abrupte, tel est le profil de la nouvelle Fiesta ST.

Une ligne élancée, une face avant très verticale, une ceinture de caisse oblique et un arrière abrupte,
tel est le profil de la nouvelle Fiesta ST.

Les performances annoncées confirment les données chiffrées. Le 0-100 km/h est abattu en 6,9 sec, le 1 000 DA en moins de 28 sec.
Ceci dit, le poids bien contenu (1 088 kg, avec les fluides pleins et 90% de carburant), permet d’arborer un rapport poids/puissance flatteur d’environ 6 kg/ch, qui descend à 5,5 le temps de l’overboost ! Le meilleur de sa catégorie. A ce moment-là.

Notre balle rouge du jour, prend la pause dans le, certainement, plus célèbre col du monde, le temps de laisser refroidir la mécanique. Chose aisée au vu de l'environnement !

Notre balle rouge du jour, prend la pause dans le, certainement, plus célèbre col du monde,
le temps de laisser refroidir la mécanique. Chose aisée au vu de l’environnement !

Sur le bitume, la loi n’est plus la même. Le comportement routier de la bombinette, impose ses règles ! L’amortissement ferme et le freinage efficace et endurant nous a bluffé. Après l’ascension du col, le temps d’une courte pause photo et un refroidissement de la mécanique, nous repartons à l’attaque dans la descente de Moulinet, jusqu’à Sospel.

Le descente vers Sospel nous aura permis de faire une halte à la chapelle Notre Dame de la Menour, édifice érigé il y a près de 700 ans !

Le descente vers Sospel nous aura permis de faire une halte à la chapelle Notre Dame de la Menour,
édifice érigé il y a près de 700 ans !

Pour la première fois, la Fiesta adopte les 4 freins à disques. Quelle bonne idée !

Le Col de Turini, lieu ô combien mythique, aura été, le temps d'un après-midi notre piste d'essai. Les lois de la physique ont parlé ! La reine, c'est elle.

Le Col de Turini, lieu ô combien mythique, aura été, le temps d’un après-midi notre piste d’essai.
Les lois de la physique ont parlé ! La reine, c’est elle.

Les étriers mono-piston enserrent les galettes à chaque pression sur la pédale du milieu de manière sidérante, sans jamais être pris à défaut. A l’avant, comptez 278mm x 23, à l’arrière 253mm x 10.
L’ ESC déconnectable selon 3 modes de réglage, permet d’exploiter pleinement les qualités du châssis selon son niveau de pilotage et d’audace au volant.

Les étriers teintés de rouge pincent des disques de 278mm de diamètre, le tout derrière des jantes alliage de 7,5 x 17, chaussées avec de redoutables Bridgestone Potenza RE 050.

Les étriers teintés de rouge pincent des disques de 278mm de diamètre,
le tout derrière des jantes alliage de 7,5 x 17, chaussées avec de redoutables Bridgestone Potenza RE 050.

Comme le gâteau du même nom, la ST se déguste en découvrant surprise après surprise. Mais dans le cas présent, le fondant est caché en-dessous !

Comme le gâteau du même nom, la ST se déguste en découvrant surprise après surprise.
Mais dans le cas présent, le fondant est caché en-dessous !

La tenue de route, sans être d’une rigueur militaire, est sécurisante et la prise en main se fait naturellement et d’une extrême facilité. Le train avant se place au millimètre et le train arrière se montre assez joueur et mobile. Il enroulera le moindre virage qui se referme au simple levé de pied droit.* Un régal !

* A condition bien sûr de sélectionner le mode adéquat.

Et qui-qui c'est qui a le train arrière baladeur et qui aime aller se le dégourdir dans les épingles de l'arrière-pays niçois ?

Et qui-qui c’est qui a le train arrière baladeur et qui aime aller se le dégourdir dans les épingles de l’arrière-pays niçois ?

En conclusion, la Fiesta ST s’impose incontestablement comme la surprise et la référence de son segment, de l’année ! Permettant un usage au quotidien, son domaine de prédilection reste quand même la grosse attaque et les routes sinueuses à souhait.

L’essayer c’est l’adopter ! L’essayer, c’est en tomber amoureux, l’essayer c’est l’épouser !

Longtemps en marge de la catégorie pour pouvoir prétendre à quelques lauriers, aurait-elle semé le trouble aujourd'hui ?

Longtemps en marge de la catégorie pour pouvoir prétendre à quelques lauriers, aurait-elle semé le trouble aujourd’hui ?

Fiche Technique

Performance

Moteur 4 cylindres transversal TIVCT 1 596 cm3 EcoBoost
Pression max. Turbo : 1,05 bar (1,45 avec l’overboost)
Puissance max. : 182ch. (197 avec l’overboost) à 5 700 tr/min
Couple max : 240 Nm de 1 600 à 5 000 tr/min (290 avec l’overboost)
Rapport volumétrique : 10,1 : 1
Accélération : 0-100 km/h 6,9 sec.
1 000m DA : 27,8 sec.
Vitesse max. : 220 Km/h
Freins : Avant Disques ventilés à étrier flottant 278×23mm mono-piston 54mm
Arrière Disques à étrier flottant 253×10mm mono-piston 34mm
Rapport poids/puissance : 6 kg/ch (5,5 avec l’overboost)
Boite manuelle 6 rapports – Durashift B6

Dimensions

Long. 3 975 mm
Larg. 1 978 mm (rétros dépliés)
Haut. 1 456 mm
Poids en ordre de marche (pleins faits de tous les fluides) : 1 088 kg
Réservoir : 42 litres.
Consommation : Autoroute : 4,8 l/100km – Urbaine : 7,9 l/100km – Mixte : 5,9/100km
Roues : Jantes alliage 7,5 J17? 5 bâtons
Pneumatiques : Bridgestone Potenza RE 050 – 205/45 R17 88

[sublimevideo poster= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/video-fiesta-st.jpg » src1= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/Fiesta-ST.mp4″ uid= »2ebb1c4e » id= »2ebb1c4e » width= »576″ height= »324″]

Sur le papier, la fiche technique donne faim... Sur la route, on est jamais repu !

Sur le papier, la fiche technique donne faim…
Sur la route, on est jamais repu !

____________________________
Pour le côté sport, la version WRC est déjà prête et en période de test :

[sublimevideo poster= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/fiesta-wrc.jpg » src1= »http://abcmoteur.fr/wp-content/uploads/2013/09/Tarmac-Test-Wilson-Ford-Fiesta-R5-M-SPORT-WRC-2013-Passats-de-canto.mp4″ uid= »abba5652″ id= »abba5652″ width= »576″ height= »315″]
 
nouvelle st 2013