Sortie en 2011, la DS 4 a eu l’ambition de l’originalité sur le segment plutôt conservateur des berlines compactes premium. Une stratégie qui n’a pas connu un grand succès, avec 110 000 ventes, score honorable cependant. Aujourd’hui, la DS 4 reçoit deux nouveaux moteurs : le trois-cylindres turbo essence 1.2 Puretech de 130 ch et le quatre-cylindres 1.6 BlueHDi de 120 ch, tous deux couplés à une boite mécanique à six rapports. L’occasion de se mettre à jour pour renforcer sa carrière.

essai DS 4 trois-cylindres essence Puretech 130 ch

Nous sommes alors allés essayer la motorisation essence entre Paris et Versailles pour vérifier ses qualités.

Une DS 4 toujours atypique

A mi-chemin entre une berline compacte, un crossover et un coupé, difficile de positionner la DS 4 ! A l’avant, nous retrouvons une calandre béante typique DS, avec une large mise en scène chromée des chevrons – vouée à disparaître. Les phares sont repris de sa sœur conventionnelle C4, quand une nervure les relient aux antibrouillards encadrés d’une signature led.

avant DS 4

calandre DS 4

phare DS 4

Le profil présente deux nervures prenant naissance au-dessus du passage de roue avant et du feu arrière, de quoi puissamment sculpter le profil, pour plus de dynamisme ; l’élégance étant incarnée par une ligne de vitrage effilée et chromée.

vue profil DS 4

L’arrière se caractérise toujours par des feux au dessin travaillé singeant une certaine… Audi A3 Sportback, un bouclier sculpté par des formes en boomerang, et un faux diffuseur englobant une fausse double sortie d’échappement stylisée. La voiture présente donc un design séduisant, même si nous sommes toujours étonnés de la voir si « haute sur pattes »…  Cette année voit l’apparition de coques de rétroviseurs et d’un toit contrastés noirs, surfant sur la vague de personnalisation très en vogue et allant particulièrement bien avec les teintes claires, comme le gris métallisé ci-dessous (photo).

vue 3-4 arriere DS 4

feu arriere DS 4

DS 4 retroviseurs toit noirs

Douillet cocon

Il fait toujours bon vivre dans l’habitacle de la DS 4, un intérieur d’ailleurs primé “plus bel intérieur”  en 2012  !

contre-porte DS 4

interieur DS 4

Alors que le bloc compteurs et la planche de bord, reprise à la C4, sont élégamment dessinés, il est dommage que celle-ci, ainsi que le volant, soient autant fournis en boutons ! Vivement que sa cousine Peugeot 308 (voir notre essai) lui donne un cours sur le sujet ! Notons que la C4 restylée en ce moment reçoit son écran tactile, en faisant le ménage dans toutes ces encombrantes commandes. Espérons que la DS 4 suive bientôt le mouvement pour plus de modernité et d’ergonomie.

planche de bord DS 4

compteurs DS 4

habitacle DS 4

console centrale DS 4

levier vitesse DS 4

Si les passagers avant sont choyés, ce ne sera malheureusement moins le cas pour ceux de l’arrière… En plus d’un accès peu aisé par ces petites portières dont le dessin a primé sur la praticité, ils pourront éventuellement souffrir des vitres fixes, un autre choix sacrifié sur l’autel du style… Heureusement, l’habitabilité est très correcte, tout comme le coffre, de 465 dm3.

banquette arriere DS 4

coffre DS 4

Un moteur high-tech sous le capot !

Downsizing ! Ce n’est plus un secret, les voitures embarquent des moteurs de plus en plus petits, de plus en plus optimisés à coup de turbo(s) et/ou compresseur…  Aujourd’hui, alors que le surmédiatisé trois-cylindres Ford Ecoboost s’apprête à intégrer le capot de la nouvelle grande berline Mondeo (!), voilà que la DS 4 embarque le tout récent et très méritant moteur Puretech apparu récemment sur les Citroën C4 et Peugeot 308 en 130 ch BVM6, mais également le Citroën C4 Cactus en 110 ch BVM5 (voir notre essai).

DS 4 roulage

En s’installant à bord, nous voilà assis un peu plus haut que d’habitude, compte tenu de la garde au sol légèrement surélevée. En ville, la DS 4 se montre agréable, avec une direction douce, un moteur silencieux et réactif – bien qu’un peu plus rugueux et brutal que le 1.6 THP –, un embrayage bien calibré et une boite de vitesse mécanique à 6 vitesses agréable. La comparaison avec sa cousine 308 lui serait toutefois cruelle, tant le petit volant de la Lionne allié à une direction plus informative, la rend plus agile dès les premiers tours de roue…

conduite DS 4

Sur autoroute, la voiture est impériale, stable et confortable, et là encore, le moteur montre ses talents tant en silence de fonctionnement, qu’en solides performances avec de bonnes reprises dès les bas régimes – merci le turbo !

DS 4 blanche

Dès que l’on atteint les petites routes des Yvelines, la DS 4 se montre rassurante dans son comportement, sans toutefois enchanter comme le fait si bien sa jeune cousine sochalienne… Ici, la direction, précise, manque toutefois de retour d’informations pour augmenter le rythme sans arrière-pensées. Aussi, même si la voiture a vu sa suspension raffermie par rapport à sa sœur C4, elle montre un léger roulis, sans doute dû à sa garde au sol surélevée qui rehausse le centre de gravité… Toutefois, même si ce n’est pas une sportive, le châssis est rigoureux –nous ne sommes pas chez PSA pour rien ! – et les 130 ch du moteur (0-100 km/h en 9,9 s, couple important de 230 Nm à 1 750 tr/min) suffisent largement à mouvoir la DS 4 de manière dynamique (poids de 1 255 kg).

DS 4 action

La sonorité du moteur, si elle peut étonner par un éventuel manque de noblesse au sein d’une voiture somme toute raffinée, est tout de même agréable et n’est jamais envahissante. Il faudra s’habituer à voir de plus en plus de ces petits trois-cylindres investir des voitures de plus en plus imposantes ! Notre DS 4 aura consommé environ 8 litres sur notre parcours parfois effectué à bon rythme (5,2 l en mixte selon le constructeur pour 120 g de CO2), un résultat très correct.

Une agréable compagne

Au final, cette DS 4 (à partir de 23 250 € en 1.2 Puretech 130) me rappelle tout à fait le positionnement de la Volvo V40 ou de l’Alfa Romeo Giulietta : des voitures agréables à vivre et à conduire, et de bonnes alternatives aux offres premiums allemandes. La DS ajoute un design dynamique et original, un moteur qui lui va comme un gant, quand l’intérieur se montre raffiné et bien fini.

DS 4

Attendons tout de même l’arrivée de l’écran tactile, qui donnerait un coup de jeune à ce système multimédia un peu daté et nous ne pouvons que conseiller de s’orienter vers la fameuse sellerie bracelet de montre DS !

Mise à jour du 10 février 2015 : la DS 4 vient de recevoir un certain nombre de nouveautés dont notamment un écran tactile et trois moteurs.