Depuis le lancement de la Mini revisitée par BMW en 2001, le segment des citadines chics a attiré bon nombre de constructeurs avec notamment Audi et son A1 commercialisée depuis 2010.

l'a1 d'Audi en vue 3/4 avant en ville

Taillée pour la ville, l »A1 marque le retour d’Audi sur ce marché et elle a déjà trouvé son public alors que ses résultats commerciaux étaient, au départ, plutôt hésitants

Une petite voiture est souvent associée dans les esprits à bas de gamme et qualité moindre. L’A1 est un « condensé d’Audi » d’après la campagne de communication de lancement. L’est-elle vraiment ? Essai de l’Audi A1 Sportback 1,6 l TDI 90 S tronic dans sa finition Ambition Luxe.

A l’extérieur

A première vue, l’A1 est une Audi comme les autres modèles de la marque. Elle intègre les codes stylistiques de celle-ci, à savoir la fameuse calandre Single Frame et des traits de carrosserie sans surenchère.

L'A1 tire une bonne partie de son allure dynamique de ses optiques avant acérés

L’A1 tire une bonne partie de son allure dynamique de ses optiques avant acérés

C'est sans doute sous cet angle que l'on se rend mieux compte des dimensions de la voiture, et encore, les jantes 17 pouces peuvent induire en erreur

C’est sans doute sous cet angle que l’on se rend mieux compte des dimensions de la voiture, et encore, les jantes 17 pouces peuvent induire en erreur

Toutefois, si l’A1 paraît féminine avec son gabarit compact (3,9 m de long, 1,74 m de large et 1,41 m de haut), certains éléments lui donnent un caractère sportif comme la face avant relativement imposante, ses ailes renflées reprises aux Audi Quattro des années 1980 et enfin ses arches de pavillon (qui peuvent être d’un coloris différent du reste) issues du coupé TT.

La nervure sur le bas de caisse renforce cette impression de robustesse

La nervure sur le bas de caisse renforce cette impression de robustesse

La poupe est la partie la plus originale de la petite Audi comme souvent chez le constructeur

La poupe est la partie la plus originale de la petite Audi comme souvent chez le constructeur

calandre a1

optique avant audi a1

sigle audi

faux feu led a1

Dans cette teinte noire, le nettoyage n'est pas facile à l'image de la VW Coccinelle qui avait été essayée dans un coloris similaire

Dans cette teinte noire, le nettoyage n’est pas facile, car les traces demeurent après le lavage à l’image de la VW Coccinelle qui avait été essayée dans un coloris similaire

Lors de sa présentation il y a trois ans, son design a été plébiscité par la presse et il est vrai qu’encore aujourd’hui il est très agréable à l’œil, tout en apportant le dynamisme qui fait parfois défaut aux modèles Audi.

A l’intérieur

Lorsque l’on pénètre à l’intérieur du plus petit modèle de la marque aux quatre anneaux, c’est la surprise ! Habitué aux plastiques durs à tout va dans la majorité des citadines avec quelques fois des idées originales peu valorisantes de la part des designers… Ici, c’est sobre, très sobre, mais immédiatement on ressent une impression de qualité, de solidité et de luxe.

Pour notre version qui ressemblait en tous points à celle-ci (hormis le volant S Line) dégage une forte impression de qualité

Pour notre version qui ressemblait en tous points à celle-ci (hormis le volant S Line), elle dégage une forte impression de qualité lorsque l’on prend place dans le siège en cuir heureusement pas trop rigide

La console centrale fait sensation avec ses boutons cerclés de métal au touché sympathique. La boîte auto se manie facilement

La console centrale fait sensation avec ses boutons cerclés de métal au touché sympathique. La boîte auto S tronic à sept rapports (!) se manie facilement

Notre Sportback avait trois places assises pour la banque arrière. L'habitabilité est bonne pour la catégorie, on ne s'y sent pas trop à l'étroit

Notre Sportback avait trois places assises pour la banque arrière. L’habitabilité est bonne pour la catégorie, on ne s’y sent pas trop à l’étroit

L'A1 est une citadine, mais sont volume de coffre n'est pas ridicule

L’A1 est une citadine, mais son volume de coffre n’est pas ridicule (de 270 à 920 DM3 banquette rabattue)

Et cet avis qui est le mien, n’est pas influencé par la catégorie « premium » de la voiture. Mes amis ont eu la même réaction en s’installant dans cette A1 finition Ambition Luxe qui, il est vrai, n’est pas non plus l’entrée de gamme du modèle. On regrette l’emplacement du câble de recharge pour iPhone (jusqu’au 4S) qui se situe dans la boîte à gants et qui est trop court. Ce n’est pas pratique.

Sur route

Une fois que l’on appuie sur le bouton start pour mettre en route le moteur qui est un diesel 1,6 litres 90 chevaux, on entend le TDI qui manque un peu de discrétion. Dès les premiers tours de roue, on se sent bien assis et à l’aise. La prise en main est très facile chez Audi, l’A1 n’échappe pas à la règle avec également sa direction précise et suffisamment ferme en ligne droite, une vraie réussite.

En ville, l'A1 se montre être un très bon allié grâce à son gabarit, sa boîte auto favorisant une consommation basse. Le TDI sait être punchy quand on lui demande

En ville, l’A1 se montre être un très bon allié grâce à son gabarit, sa boîte auto réactive et favorisant une consommation basse avec un passage des rapports dès 1 500 tours/min. Le TDI sait être punchy quand on lui demande, à condition de faire tomber un, voire deux rapports. Sur autoroute, le confort de conduite est correct, mais les dépassements sont évidemment pas son point fort

Convaincante grâce à sa maniabilité en ville, l'A1 fait-elle le cadeau à son conducteur sur départementales ?

Convaincante grâce à sa maniabilité en ville, l’A1 offre-t-elle le même plaisir à son conducteur sur départementales ?

Les bonnes surprises continuent, car on est toujours bien installé, l'insonorisation est bonne, le ressenti derrière le volant reste d'un bon niveau

Les bonnes surprises continuent, car on est toujours bien installé, l’insonorisation est bonne, le ressenti derrière le volant reste d’un bon niveau

Les prises de courbes sont un jeu d'enfant, la caisse ne prend aucun roulis et elle vire à plat

Les prises de courbes sont un jeu d’enfant, la caisse ne prend aucun roulis et elle vire à plat

Bref, l'Audi A1 est sur des rails !

Bref, l’Audi A1 est sur des rails !

La boîte auto se manie bien et le moteur se montre volontaire malgré ses 90 chevaux qui doivent emmener près de 1 200 kg. La consommation de l’essai s’est établie à 7,2 litres avec quelques passages rapides, des départementales, de l’autoroute, de la ville et des embouteillages. Le passage des rapports de cette boîte auto S tronic à double embrayage est rapide, précis, mais là où cela pèche, c’est lorsque l’on se retrouve dans les embouteillages. En effet, alors que c’est le terrain préféré d’une boîte robotisée, l’A1 manque un peu de souplesse, en particulier vers les 1 100 tours/min où l’on subit quelques à-coups.

a1 audi

a1 ambition luxe

La stabilité de l'auto évite tout mouvement de caisse parasite que ce soit en entrée ou en sortie de virage. Et si on cherche à la faire décrocher, cela se fait de manière progressive. Pour une conduite sport, jetez donc un oeil à l'Audi Endurance Expérience réalisé sur circuit avec ce modèle !

La stabilité de l’auto évite tout mouvement de caisse parasite que ce soit en entrée ou en sortie de virage. Et si on cherche à la faire décrocher, cela se fait de manière progressive. Pour une conduite sport, jetez donc un coup œil à l’Audi Endurance Expérience réalisé sur circuit en A1 !

Le freinage est bon, même très bon, un coup d'oeil dans le rétro est d'autant plus indispensable pour notre A1 totalisant même pas 1 000 km à son compteur

Le freinage est bon, même très bon, avoir le regard sur le rétro intérieur est d’autant plus indispensable

En-dehors de ce petit désagrément, le châssis se montre efficace et prévenant. L’A1 ne craint pas les changements d’appuis rapides, la suspension est bonne, même si l’amortissement se montre un peu sec dans certains cas en ville et le freinage est particulièrement puissant du fait qu’il est assisté. Il mérite d’ailleurs un temps d’adaptation, car on a tendance à un freiner un peu court au départ.

En bref…

Les plusLes moins
– Finition intérieur de très bonne facture
– Une prise en main immédiate
– Direction précise et suffisamment ferme
– Moteur volontaire
– Bloc TDI manquant de discrétion en ville
– Suspensions trop sèches à faible allure
– A-coups sporadiques de la boîte auto à 1 100 tours dans les bouchons

Conclusion

Pour conclure, on peut dire sans risque qu’Audi a réussi un beau retour sur le segment des citadines avec son A1. Bien finie, agréable à conduire et habitable, il y a peu de défauts que l’on peut imputer à la plus petite des des voitures de la firme d’Ingolstadt.

Audi travaille toujours sa signature lumineuse comme on peut le voir ci-dessus

Audi travaille toujours sa signature lumineuse comme on peut le voir ci-dessus

Ce qui freinera l’ardeur des potentiels clients, ce sont sans doutes ses tarifs. Le prix d’entrée se situant à 16 970 € (essence 1,2 l TFSI 86 ch Attraction 3 p.) et la version essayée est cédée contre un chèque de 26 870 € (hors options) tout de même… mais ce qui reste assez proche de ses rivales désignées telles que la Mini et la DS3 de Citroën.

Galerie photo

Merci à notre rédacteur Martin qui est l’auteur de la plupart de ces beaux clichés présents dans cet article !