Commercialisée depuis 2010, l’Alfa Romeo MiTo QV (pour « Quadrifoglio Verde », soit « trèfle à quatre feuilles ») a jusqu’à présent mené une carrière assez discrète dans l’Hexagone. Après quatre années de service, l’Italienne arborant un trèfle à quatre feuilles sur les ailes avant passe par la case restylage. Elle en retire un moteur développant toujours 170 ch, mais optimisé pour l’occasion, mais surtout une boîte désormais robotisée et quelques menues évolutions esthétiques…

essai Alfa Romeo MiTo QV 2014

Cela sera-t-il suffisant pour relancer sa carrière ? Verdict après un roulage sur route et sur circuit.

Même pas une ride

En regardant l’Alfa Romeo MiTo QV, on prend plaisir à remarquer que certains constructeurs arrivent encore à nous proposer des carrosseries élégantes avec du caractère, sans tomber dans des formes caricaturales. Ici, la ligne déjà très réussie et épurée de la MiTo souligne sa sportivité par petites touches dans cette version QV.

Alfa Romeo MiTo QV restylee

nouvelle Alfa Romeo MiTo Quadrifoglio Verde

Le nouveau traitement bruni « Dark Chrome » se retrouve sur la calandre, le cerclage des projecteurs avant et arrière, les coques de rétroviseur, les poignées de porte et les jantes alliage de 18 pouces (+ 1 000 €) derrière lesquelles se cachent les étriers de freins rouges.

MiTo 170 ch TCT

calandre MiTo QV dark chrome

jante 18 pouces MiTo QV 2014

Les rondeurs observées sur la proue en ce qui concerne les optiques se retrouvent également sur la poupe où deux blocs circulaires inspirés de la supercar 8C assurent le rôle des feux stops et des clignotants. Un becquet de toit et un diffuseur où est logée une double sortie d’échappement positionnée à gauche parachèvent le tout.

vue 3-4 arriere MiTo QV boite auto

poupe MiTo QV restylage

feu arriere Alfa MiTo QV

L’ensemble est réellement séduisant, tout en demeurant discret, voire peut-être un peu trop pour certains… Cependant, une inédite peinture exclusive à la MiTo QV fait son entrée : le coloris gris Magnesio mat (+ 1 000 €). De quoi rendre la petite Alfa un peu plus extravagante.

Alfa Romeo MiTo QV gris Magnesio

Un habitacle hétérogène

Après un sans-faute à l’extérieur, le constat au sujet de l’intérieur de cette MiTo QV 2014 est plus mitigé. Si au premier regard, on est séduit pour le revêtement moussé simili-carbone recouvrant une partie de la planche de bord et le dessin des sièges cuir noir avec surpiqûres vertes et blanches (+ 1 000 €) en lieu et place de la sellerie en tissu noir de série, certains éléments déçoivent dans un modèle qui se dit jouer dans la cours des premiums.

habitacle Alfa Romeo MiTo QV restylee

interieur MiTo QV restylee

revetement simili carbone MiTo QV

En effet, le plastique dur et brillant utilisé pour le le reste de la planche de bord et les portes ne donne pas une impression de grande qualité en plus d’être sensible aux rayures. Les aérateurs ne collent pas vraiment avec ce que l’on se fait comme idée du haut de gamme, tandis que le revêtement du frein à main ne semblait pas très bien fixé.

console centrale MiTo QV

Le nouvel écran tactile « UConnect » avec la navigation est particulièrement lent lorsqu’il s’agit de dézoomer sur une carte

boite robotisee TCT MiTo QV

Malgré cela, l’arrivée d’un volant multifonction à trois branches avec méplat est une bonne nouvelle. L’instrumentation, avec ses quatre compteurs ornés d’un trèfle, est toujours claire et le pédalier en aluminium (partagé avec la Giulietta) sans doute le plus travaillé de la catégorie. La position de conduite est agréable.

interieur nouvelle MiTo QV 2014

compteurs MiTo QV

Les amateurs de plus de radicalité pourront se rabattre sur les sièges baquets de marque Sabelt avec coque carbone sur l’arrière du dossier – à 2 500 € tout de même. Magnifiques, ils nous avaient laissé un bon souvenir lors de l’essai de l’Abarth 595 Competizione.

places arriere MiTo QV

Avec ses 4 mètres de long, l’habitabilité de la MiTo est correcte. La troisième place est optionnelle (+ 300 €)

coffre Alfa MiTo QV

Le volume de coffre s’élève à 270 litres et peut atteindre jusqu’à 684 litres une fois la banquette rabattue

Une MiTo QV avec du tonus, mais peu rigoureuse

Sur route : double visage

La principale nouveauté pour cette MiTo QV restylée, c’est l’adoption d’une boîte robotisée Alfa TCT à double embrayage à 6 rapports en lieu et place d’une boîte manuelle à 6 rapports. Il est maintenant temps de mettre le contact afin de se rendre compte ce que nous réserve le trèfle italien !…

MiTo QV restylee

Les premiers tours de roue s’effectuent aux alentours de Balocco (Italie) avec quelques routes sinueuses. Dès la mise en marche du quatre-cylindres 1,4 l MultiAir turbo essence fort de 170 ch (atteints à 5 500 tr/min) et 230 Nm de couple (atteints à 2 500 tr/min ou 250 Nm au même régime en mode sport), une sonorité évocatrice vient chatouiller les tympans.

1-4-l MultiAir 170 cv  MiTo QV

Grâce au DNA situé en-dessous de la console centrale, le conducteur peut sélectionner l’un des trois modes (All weather, Natural ou Dynamic) pour assagir ou déchaîner les 170 ch. En Natural (mode normal) et sans toucher aux petites palettes solidaires au volant, le moteur comme la boîte se montrent doux à un point que l’on oublierait presque que nous avons là la plus dévergondée des MiTo.

roulage route MiTo QV

A une allure tranquille, la suspension assure son travail correctement, sans être trop ferme. Il est vrai que les jantes de 18 pouces de notre modèle d’essai ne facilitent pas la tâche. La transmission et le freinage se montrent d’un bon niveau, tout juste on trouve le kickdown (rétrogradage de la boîte lorsque l’on appuie copieusement sur l’accélérateur pour doubler par exemple) un peu lent. En revanche, la direction un peu légère demande de petites corrections à cause de son imprécision.

Plaçons-nous donc en Dynamic (mode sport). Dès cet instant, la voiture se transforme. La pédale de droite devient plus sensible et réactive, la direction se durcit, la sonorité se fait plus présente et la boîte TCT s’autorise plus de libertés tout en passant les rapports à des régimes plus élevés. Déjà, on se sent davantage à bord d’une auto avec du caractère.

attaque Alfa Romeo MiTo 170 ch

En accélérant le rythme, on apprécie les 170 ch bien vaillants (0 à 100 km/h en 7,3 s) et le train avant assez vif lui permettant de facilement entrer dans un virage. Les effets de couple sont quasiment inexistants. Malheureusement, ces bons points viennent être ternis par le châssis qui se révèle peu rigoureux et des amortisseurs peu à l’aise lors de forts appuis ou sur route dégradée. Les amortisseurs actifs (+ 900 €), modulés par le DNA, améliorent le comportement.

La suite de cet essai se déroule sur piste, une bonne opportunité pour juger des capacités de la l’Alfa Romeo MiTo QV à mordre le bitume.

Sur circuit : joueuse, mais pas franchement pistarde

Nous nous rendons donc sur le circuit d’essai privé du groupe Fiat à Balocco. Le tracé est complet avec de longues lignes droites et des virages serrés.

Bien évidemment, c’est lorsque la piste tournicote que la MiTo QV est la plus amusante à mener, ses 170 ch limitant ses aptitudes à atteindre des vitesses très élevées (Vmax située à 219 km/h).

MiTo QV 2014

En dépit d’un ESP (correcteur de trajectoire) non déconnectable, mais pouvant être plus permissif en passant en Dynamic à l’aide du DNA, l’Alfa ne se refuse pas quelques petites glissades de son train arrière plutôt mobile. Il est donc possible au frein ou au lever de pied de prendre un peu d’angle, l’électronique étant toujours présente en cas de pépin et son poids contenu (1 170 kg) rassurent.

En sortie de courbe, la motricité passe bien au sol, tandis que le boîte robotisée nous gratifie d’un petit à-coup au passage d’un rapport pour les sensations. Les plus exigeants trouveront que la TCT manque un peu de rapidité.

Par ailleurs, les mouvements de caisse et l’imprécision du châssis agacent, tout comme le freinage Brembo relativement puissant, mais secondé par un pédale de frein trop molle. Le peu de mordant des étriers à 4 pistons déçoivent (disques ventilés de 305 mm à l’AV et disques pleins de 251 mm à l’AR), alors que le différentiel électronique « Q2 » se chargeant de contrôler le freinage sur les roues avant fait bien son travail sans bien entendu égaler un différentiel autobloquant mécanique, mais ce n’est pas la vocation de cette MiTo QV.

vue profil nouvelle MiTo QV

Oui, l’Alfa Romeo MiTo QV phase 2 devient plus efficace, mais elle reste une citadine bourgeoise pour rouler vite et attaquer de temps à autre, comme lors de la traversée d’un col de montagne. Toutefois, ce n’est pas une mangeuse d’asphalte comme certaines de ses rivales.

Que faut-il en retenir ?

Les plusLes moins
– Une ligne réellement élégante et originale avec beaucoup de charme
– Les sièges baquets Sabelt en option (+ 2 500 €)
– La disponibilité du moteur et sa sonorité à l’échappement
– Le DNA à sélectionner selon son humeur
– Le châssis trop mou
– La direction floue et trop avare en informations
– Le rapport prix/puissance
– L’ESP non déconnectable et la boîte robotisée imposée
Modèle essayéPrix
logo alfa romeoAlfa Romeo MiTo QV TCT 624 900 €
Modèles concurrentsPrix
logo MiniMini Cooper S 2014Mini Cooper S 4-cyl 2,0 l 192 ch – 24 950 € en BVM6 & 26 700 € en BVA6
logo fordford fiesta 182 chFord Fiesta ST 4-cyl 1,6 l 182 ch – 24 300 €
Peugeot Logodrift Peugeot 208 GTiPeugeot 208 GTi 4-cyl 1,6 l 200 ch – 25 100 €

Pourquoi choisir la MiTo QV 2014 ?

L’arsouille pure et dure n’est pas le domaine de prédilection de la MiTo QV. Pourtant, avec son charme, sa double facette grâce au DNA et son confort, elle a une certaine polyvalence la plaçant parmi les petites GT qui pourra en séduire plus d’un. De plus, son style original et son identité lui permettent de se distinguer du lot des sportives actuelles. En outre, sa consommation en carburant est raisonnable (7 l/100 km environ) tant que l’on reste calme sur la pédale de gaz, autrement elle peut se montrer gloutonne. Son moteur passé à la norme Euro 6, sa boîte à double embrayage et son stop & start lui offrent le privilège de se situer en zone neutre (124 g/km) par rapport au malus écologique.

test MiTo QV TCT 170 ch

Cela étant, vendue à 24 900 €, l’Alfa Romeo MiTo QV se paye un peu chère au regard de sa puissance (170 ch). Alors oui, son équipement de série est correct (boîte TCT, régulateur de vitesse, jantes alliage 17 pouces, Bluetooth, climatisation automatique bizone, …), mais il faut quand même ajouter 500 € pour un écran de navigation tactile très peu réactif et 350 € pour le radar de recul. Le châssis dynamique à 900 € (amortisseurs paramétrables via le DNA) est un plus que seule la Mini Cooper S propose parmi ses concurrentes.

Vidéo de l’essai

Présentation extérieure et intérieure de la voiture :

Sur circuit :

Fiche technique Alfa Romeo Mito QV 1,4 MultiAir 170 ch TCT

Informations générales
Commercialisationjuin 2014
PaysItalie
Carburant/énergieEssence
Prix du neuf24 900 €
Mécanique
Cylindréequatre-cylindres 1,4 l turbo
Puissance170 ch à 5 500 tours/min
Couple250 Nm à 2 500 tours/min
Transmissionavant (traction)
Performances
Vitesse max219 km/h
0 à 100 km/h7,3 s
Consommationcycle mixte : 5,4 l aux 100 km
Rejets de CO2124 g/km
Poids et mesures
Poids1 170 kg
DimensionsL : 4,063 m / l : 1,720 m / h : 1,446 m
Réservoir45 litres
Volume de coffre270 à 684 litres
Pneumatique AV/AR215/45 R17 – 215/47 R17