Essai Alfa Romeo 4C ou la supercar compacte à prix d’ami

Le groupe Fiat, dont Alfa Romeo fait partie, souhaite faire monter en gamme significativement la marque au biscione (serpent, en italien). Pour cela, et aussi pour renouer avec son passé sportif, Alfa Romeo a conçu en l’espace de seulement 24 mois une voiture de rêve pour les passionnés.

essai Alfa Romeo 4C

Appelé “4C”, ce coupé sportif compact se distingue en de nombreux points par rapport la concurrence. Deux jours d’essai sur route et sur piste sont l’occasion de se faire une idée de la dernière-née de la firme de Turin.

Elégance et charme à l’italienne

Rares sont les constructeurs automobiles pouvant prétendre d’avoir su conserver un style intact, fort et immédiatement reconnaissable à travers les décennies. Alfa Romeo a toujours mis au centre de ses préoccupations le design de ses autos. Une étape cruciale lors de la conception, puisque 70 % de ses acheteurs mettent en premier ce critère lors de l’achat. Avec la nouvelle 4C, la marque s’inspire de la 33 Stradale de 1967 pour un résultat tout simplement splendide !

avant Alfa Romeo 4C

L’Alfa Romeo a reçu de nombreux prix dont celui largement mérité de voiture la plus belle de l’année 2013

arriere Alfa Romeo 4C

La carrosserie utilisant des matériaux composites est 20 % moins lourde par rapport à de l’acier traditionnel

profil Alfa Romeo 4C

Pour dessiner la 4C, c’est le Centro Stile Alfa Romeo et les ingénieurs de la marque qui ont collaboré dans le but de maximiser dynamisme, aérodynamisme et légèreté

Mesurant moins de 4 m de long (3,99 m), 1,86 m de large et 1,18 m de haut, la biplace possède un gabarit réduit affichant un rapport hauteur/largeur très favorable ne laissant planer aucun doute sur sa vocation sportive. D’ailleurs, lors du premier contact en réel avec l’Italienne, on est surpris de la trouver aussi large !

phare carbone Alfa Romeo 4C

Les projecteurs sont atypiques (ici, avec finition carbone à 1 200 €) , mais très rapidement on l’associe à la personnalité de la voiture

prise air laterale Alfa Romeo 4C

poupe Alfa Romeo 4C

Le cx est égal à 0,34

De face, on retrouve la traditionnelle calandre en V dont les nervures courent jusqu’au pare-prise, deux larges bouches d’aération et les fameux phares au dessin squelettique qui ont tant fait parler d’eux. En la regardant de profil, on découvre des lignes plus musclées avec ce trait parcourant la portière pour aller former une prise d’air latérale afin de refroidir le moteur en position centrale arrière. Enfin, pour la poupe, ce sont deux optiques rondes de part et d’autre qui façonnent l’identité du bolide. Une forme rappelant la 8C et l’univers de la course. En-dessous vient se loger deux sorties d’échappement gauche/droite dans un diffuseur très aéré.

vitre moteur Alfa Romeo 4C

Même le vitrage a été aminci de 10 % en moyenne pour gagner sur la balance (– 15 % environ)

Un intérieur sans superflu

Une fois dans l’habitacle de la 4C, c’est la surprise ! Ici, point de raffinement avec une planche de bord recouverte de cuir et toute une multitude d’équipements. Clairement pensée pour un poids le plus faible possible, la bombinette propose le strict minimum à bord (la climatisation manuelle et la radio/navigation Parrot sont des options gratuites) sans pour autant renier ses gènes de pistarde !

interieur Alfa Romeo 4C

Les plastiques durs sont omniprésents, mais l’ambiance est sportive

planche de bord Alfa Romeo 4C

boite vitesse frein a main Alfa Romeo 4C

sieges sport Alfa Romeo 4C

Ainsi, lorsque l’on pénètre à l’intérieur, on remarque immédiatement la coque en fibre de carbone apparente au niveau du seuil de porte. Puis, on prend place dans des sièges sport très fins en cuir (+ 1 700 €) et surtout situés très près du sol ! Une petite vitre derrière les appuie-têtes permet d’entrapercevoir le moteur. Le conducteur peut s’ajuster par rapport au pédalier tout en aluminium dont toute la structure est visible et au petit volant à méplat, avec de petites palettes solidaires, qui aurait mérité d’être à trois branches et légèrement moins grand.

portiere Alfa Romeo 4C

coffre Alfa Romeo 4C

110 litres pour le coffre

moteur Alfa Romeo 4C

Le bloc moteur est en aluminium (gain de 22 kg)

En somme, nous avons là une vraie invitation au pilotage !

Des sensations hors pair !

Essai routier

Contact : un large écran digital s’illumine sur le tableau de bord. Un compte-tour virtuel apparaît et en son centre s’affiche le rapport engagé et la vitesse. Le moteur turbo 1,7 l TBI de 240 ch se met en route après un tour de clef, tandis que le bruit de l’échappement – ici dans sa version Racing (+ 500 €) – envahit l’habitacle où l’insonorisation est restreinte. Première enclenchée à l’aide de l’un des quatre boutons – et non pas d’un levier – de la boîte de vitesse, la voiture s’élance accompagnée par la sonorité spécifique du quatre-cylindres essence suralimenté. Les premiers tours de roue sont un moment unique avec cette position très basse, les jambes allongées sur les pédales au ressenti inhabituel et la direction dépourvue d’assistance. Un coup d’œil dans les rétroviseurs donne, à l’extérieur une vue sur les impressionnantes ouïes latérales et, à l’intérieur sur la mécanique, ainsi qu’une petite portion de la route se trouvant derrière soi.

Alfa Romeo 4C rouge alfa

Rouler en 4C, c’est l’assurance de ne pas passer inaperçu !

Dans le milieu urbain où débute l’essai de la 4C, la prise en main est assez rapide. Le maniement de l’auto ne pose pas de problème particulier, hormis la garde au sol réduite transformant les ralentisseurs en franchissement et le stationnement où le radar de recul (+ 500 €) sera une aide précieuse dans cet exercice périlleux.

Alfa Romeo 4C route

Sur le réseau secondaire et de préférence sinueux, terrain de prédilection de la 4C en-dehors des circuits, la biplace est réellement bouleversante ! Avec son architecture ultra-légère (coque en fibre de carbone de 65 kg, châssis en aluminium et carrosserie en matériaux composites) de 895 kg, la moindre pression sur la pédale d’accélérateur offre son lot de frissons ! L’effleurer donne lieu à une violente poussée immédiate et ininterrompue, le tout dans un concert totalement jouissif entre l’échappement, le moteur, le turbo et l’admission ! Pourtant habitué à la vitesse et aux fortes poussées en tant que motard, l’accélération m’a littéralement secoué, c’est pour dire la violence de l’engin ! Le tout est accentué par la position de conduite très près du bitume donnant autant de sensations que dans une sportive “classique” avec 30 – 50 km/h de moins.

test 4C

Même sur les aspérités, la 4C maintient un niveau de confort qui reste soutenable, une bonne surprise au regard de la radicalité de l’ensemble

Au niveau du comportement, le coupé présente une tenue de route très sûre avec ses quatre roues aux quatre coins de la carrosserie. Son poids plume, sa transmission et moteur arrière, l’électronique, ainsi que sa répartition des masses à 40/60 lui assurent une motricité exemplaire malgré les 350 Nm de couple disponibles de 2 200 à 4 250 tr/min. La chaussée trempée ne facilitant pas la tâche. La boîte automatique TCT à double-embrayage et carter sec a été reprogrammée spécifiquement pour la 4C. Selon le mode choisi sur le DNA – spécialité Alfa Romeo permettant d’influencer les logiques de fonctionnement des systèmes électroniques selon la conduite – allant de All weather (docile et prudent), Natural (équilibré et performant), Dynamic (nerveux et agressif) à Race (aides électroniques désactivées et launch control, à réserver au circuit), la boîte répond différemment. Le passage des rapports est très rapide (130 ms) et peut être brutal afin de renforcer le plaisir du pilote ou plus doux selon le mode sélectionné sur le DNA et la pression sur la pédale des gaz. En courbe, les vitesses se passent sans à-coup pour ne pas déséquilibrer la voiture.

Alfa 4C petite route

Sous cet angle, on pourrait la confondre avec une Ferrari miniature

Néanmoins, à haute vitesse la 4C demande une certaine implication de la personne se trouvant derrière son volant. En effet, la direction assez directe suit la route tout en demandant des corrections en permanence, même en rythme de croisière. Ainsi, lorsque l’on hausse le ton, il devient presque difficile de tenir sur sa voie de droite. L’Italienne demande beaucoup de concentration à l’attaque, mais bénéficie d’un système de freinage (disques autoventilés percés de 305 mm à l’AV avec étrier fixe à 4 pistons Brembo) ultra-performant.

Grâce à la petite cylindrée et au confort d’un bon niveau au regard des prétentions du coupé, l’Alfa Romeo 4C peut permettre de rouler tranquillement (régulateur de vitesse à 250 €) sur le sixième rapport sur plusieurs centaines de kilomètres avec une consommation comprise entre 7 et 8 l/100 km. Seuls, la direction, le bruit et le petit réservoir (40 l) brideront les puristes sur de longues escapades.

Essai sur circuit

La piste, voici bien sûr le lieu idéal pour tester dans ses derniers retranchements le nouveau pur-sang du biscione ! Pour cela, rendez-vous sur le circuit du Nogaro dans le sud ouest de la France. Malheureusement pour nous, tout comme pour le roulage sur départementales, l’asphalte est très humide et glissante les rares instants où il ne pleut pas.

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-2

Le 100 à 0 km/h demande seulement 36 petits mètres

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-4

La pompe After-Run permet de couper immédiatement le contact sans casser le turbo

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-8

L’accélération latérale est supérieure à 1,1 g et la décélération de l’ordre de 1,2 g

Par conséquent, il fut pas aisé de vérifier dans sa totalité les capacités de la 4C sur ce tracé très exigent. Cependant, ces quelques tours sur le Paul Armagnac (3,36 km) permettent de se rendre compte de plusieurs choses. Tout d’abord, la prise en main nécessite un peu plus de temps que sur des sportives moins radicales. Ici, les pédales de frein et d’accélérateur doivent être apprivoisées pour être maniées en douceur et de façon progressive. Sans cela il sera bien difficile d’obtenir un pilotage propre sur cette piste offrant que très peu d’adhérence en raison des conditions météorologiques.

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-6

Le différentiel électronique Q2 (il n’y a pas d’autobloquant mécanique) assure bien son rôle en sortie de virage

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-7

L’ESP est déconnectable pour les plus téméraires

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-9

Une fois que l’on commence à faire corps avec la machine, on apprécie énormément la masse contenue autours des 900 kg, la maniabilité – les reproches faits sur la direction s’évanouissant sur circuit – et l’efficacité du freinage, sans oublier l’aspect sonore très gratifiant. Le moteur issu de la Giulietta QV et retravaillé au passage marche très fort avec un rapport poids/puissance de 3,85 kg/ch. Il peut atteindre 258 km/h en Vmax, tandis que le 0 à 100 km/h est abattu en 4,5 s, soit 0,2 s de mieux qu’un Porsche Cayman S avec le Pack Sport Chrono (325 ch – 1 350 kg).

L’Alfa Romeo 4C à l’essai en vidéo

Vues extérieures, de l’habitacle, sonorité à l’échappement, ainsi que conduite sur route et circuit (en compagnie de Romain du BlogAutomobile) :

Que faut-il en retenir ?

Les plus Les moins
- futur collector, ligne irrésistible
- sensations au rendez-vous
- le poids et les performances
- la sonorité prononcée et spécifique
- prix, modèle sans équivalent
- la direction instable pénible à la longue
- l’absence de boîte manuelle
- le volant pas franchement joli
Modèle essayé Prix
logo alfa romeo Alfa Romeo 4C 51 900 €
Modèles concurrents Prix
logo Lotus Lotus Elise Lotus Elise S 220 ch – 48 010 €
logo-porsche Porsche-Cayman Porsche Cayman S PDK 325 ch – 65 828 €

Le retour d’Alfa Romeo dans le monde des sportives

Avec la 4C, Alfa Romeo fait son retour parmi les petites berlinettes et cela avec brio ! Tous les ingrédients sont présents dans ce coupé biplace au design remportant le sans faute et n’hésitant pas à faire parler la poudre. Très attachante, l’Italienne a réussi son coup avec des carnets de commande remplis pour plus d’un an (production limitée à 3 500 exemplaires/an). Son prix de base à 51 900 € (+ 2 200 € de malus) est très bien placé au regard des technologies et matériaux utilisés.

circuit Nogaro Alfa Romeo 4C-28

Sans véritable concurrence, mis à part une Lotus Elise S moins onéreuse et exclusive, l’Alfa Romeo 4C est prometteuse pour les futurs modèles de la gamme du constructeur. Ce dernier annonçant pour les années à venir un retour à la propulsion, au plaisir de conduite et au haut de gamme

A noter qu’à la fin de l’année 2014 arrivera une version spider qui perdra donc son toit fixe. Il y a fort à parier qu’elle trouvera sans mal ses futurs propriétaires…

Fiche technique Alfa Romeo 4C 1750 TBI 240 TCT Standard Edition

Informations générales
Commercialisation octobre 2013
Pays Italie
Carburant/énergie Essence
Prix du neuf 51 900 €
Mécanique
Cylindrée quatre-cylindres 1,7 l turbo
Puissance 240 ch à 6 000 tours/min
Couple 350 Nm à 2 200 tours/min, jusqu’à 4 250 tours/min
Transmission arrière (propulsion)
Performances
Vitesse max 258 km/h
0 à 100 km/h 4,5 s
Consommation cycle mixte : 6,8 l aux 100 km – cycle urbain : 9,8 l – cycle extra-urbain : 5,0 l
Rejets de CO2 157 g/km
Autonomie 588 km (sur la base du cycle mixte)
Poids et mesures
Poids à vide 895 kg
Dimensions L : 3,99 m / l : 1,86 m / h : 1,18 m
Réservoir 40 litres
Volume de coffre 110 litres
Pneumatique AV/AR 205/45 R17 – 235/40 R18

Galerie photo

  • 2 Responses

    1. tonycosworth

      Direction instable oui (vu l’architecture, comment pourrait-il en être autrement ) mais imprécise: évidemment pas !
      Mais comment pouvez-vous confondre ces 2 notions ?

      Répondre
      • Adrien S.

        Bonjour,

        oui, la nuance est fine, mais vous avez raison. Je rectifie. ;)

        Répondre

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publié.